Editoriaux - Polémiques - Politique - 12 septembre 2019

Jean-Louis Touraine, Jacques Marilossian : les arguments hallucinants des petits pères de La République en marche

Décidément, en cette rentrée 2019, c’est la fête des pères tous les jours, sur tous les fronts et tous les tons. Pour la rentrée littéraire, on balance son père à coups de gros pavés, comme le remarque Gabrielle Cluzel. Et, pour défendre la PMA et le droit de créer délibérément, ex nihilo (le rôle du nihilo étant dévolu au « donneur »), des enfants sans père, le parti d’Emmanuel Macron, notre Président non père, a choisi de faire monter au front de la commission parlementaire ses représentants masculins les plus prestigieux. Pas de jeunes agité.e.s ignares, non, mais des hommes CSP+++, aux brillants CV, aux cheveux et à l’âge pouvant laisser présager des paternités, et même des grand-paternités. Et la sagesse qui devrait aller avec.

Petites fiches Wikipédia ?

Jean-Louis Touraine, 74 ans, professeur de médecine, spécialiste d’immunologie, du SIDA, du cancer.

Jacques Marilossian, 61 ans, « ingénieur de l’École centrale Paris, diplômé de Sciences Po Paris (service public, 1982) et licencié en sciences économiques à Paris I Sorbonne, […] exerce la profession de consultant indépendant en stratégie des systèmes d’information auprès des entreprises du secteur de l’énergie. Il bâtit son expertise dans de grands groupes informatiques (IBM, SUN Microsystems, CA puis Oracle) en France et à l’international. »

Des CV divers, riches, qui en imposent. Des gens que l’on a envie d’écouter pour se sentir plus intelligent.

Le parcours politique ? Toujours selon Wikipédia, il se trouve que c’est, pour le coup, exactement le même : Parti socialiste, puis En marche !, dès la première heure. Décidément, dès qu’on a à faire des recherches sur nos marcheurs, on tombe quasiment toujours sur ce gène que je croyais disparu, neutralisé… Bon, il faut dire que c’est un peu le gène de leur père, ou de leur fils, et ça me gêne, ce gène PS, car je croyais qu’en 2017, les Français avaient été immunisés. C’est ce qu’on a essayé de leur faire croire ? Mais le gène PS est toujours là.

Mais écoutons nos deux députés LREM qui mènent, ces jours-ci, le débat sur la PMA en commission à l’Assemblée nationale.

Jean-Louis Touraine : « Il n’y a pas de droit de l’enfant à avoir un père et heureusement ! Car s’il fallait donner à toutes les femmes seules ou toutes les femmes veuves…, leur imposer un conjoint pour que l’enfant ait un père, ça nous mettrait dans une situation inconfortable. »

Jacques Marilossian : « Mes collègues invoquent l’intérêt supérieur de l’enfant pour justifier la présence du père et s’opposer à la PMA pour toutes. Où est l’intérêt de l’enfant battu ou violé par son père ? »

Que ces hautes autorités intellectuelles et morales du macronisme puissent déployer des arguments de ce niveau est proprement hallucinant. De deux choses l’une : soit le sujet leur fait perdre toute la rigueur intellectuelle qu’on était en droit d’attendre d’eux, soit ils nous prennent pour des imbéciles capables d’approuver l’éviction des pères avec leurs histoires de pères morts, absents, violents ou violeurs.

Donc, deux mères, ce sera formidable.

Mais quand il va falloir nous vendre les enfants sans mère, les enfants à deux pères, en plus de la promo de Marc-Olivier Fogiel, ils vont nous raconter quoi, nos deux compères députés LREM ? Des histoires de mères alcooliques ? De mères infanticides ? Incestueuses ? Après Yann Moix, Médée, Phèdre et toutes les Génitrix de Mauriac assureront le spectacle de la rentrée et de l’Assemblée. À moins qu’ils ne préfèrent nous parler de ces mères qui ne font ça que pour l’argent, peut-être ? Il y a tellement de mauvaises mères, vous savez…

Pour s’en tenir à ce niveau d’argumentation, il faudrait quand même qu’ils nous prouvent, nos marcheurs-démarcheurs de la filiation en folie, qu’avec tous ces mauvais pères et toutes ces mauvaises mères, l’association de deux pères ou deux mères exclut de facto alcoolisme, violence, abandon, déséquilibres en tous genres, etc. Je ne sache pas que notre brillant professeur de médecine ait fait une découverte révolutionnaire en immunologie dans ce domaine.

Vous savez quoi ? Il va vraiment falloir les évincer, les petits pères d’Emmanuel Macron.

À lire aussi

Municipales : LREM a la « marque honteuse ». Les autres partis aussi

Nombreux sont les maires sortants PS ou LR à rejeter l'étiquette du parti qui les a faits.…