Bien avant qu’un seul Blanc n’ait mis le pied sur le sol africain, l’esclavage était, depuis de longs siècles, comme un mode de vie, une tradition, en Afrique. Tout était esclave ou propriétaire d’esclaves. On se revendait entre cousins. Les hommes servaient de monnaie d’échange contre les produits et les biens. Jusqu’à ce que les Africains nourrissent des liens avec les pays méditerranéens. Le commerce deviendra triangulaire quand il s’étendra à l’Europe et à l’Amérique à partir du XVIe siècle.

L’historien et anthropologue sénégalais Tidiane N’Diaye affirme que toute traite et esclavage par les Blancs n’aurait pas été possible sans cette collaboration initiée par des fournisseurs africains. Nos compatriotes noirs sont donc passés entre les mailles. Félicitons donc Yannick Noah, Omar Sy, , Christiane Taubira, Lilian Thuram, Louis-Georges Tin et tant d’autres. Ils ont accédé à la réussite professionnelle malgré le racisme ambiant. Le sujet passionne nos journalistes. Ils accusent de tous les maux, et tour à tour, Blancs, ancêtres ou passé. Est-ce de l’inculture, de la mauvaise foi ou du masochisme ? Et que dire de la traite oubliée de deux millions d’esclaves blancs en Afrique du Nord ?

Ce mythe de l’esclavage unique initié par les Blancs est cautionné par la gauche et l’extrême gauche depuis quarante ans : , , anarchistes et autres révolutionnaires s’en nourrissent, et toujours dans cette obsession : détruire notre pour faire un joli monde neuf. Non merci, les communistes ont déjà fait le coup. En supprimant carrément les populations.

Il ne manquait plus que l’huile sur le feu jetée par notre président de la République, voire nos deux grands derniers. Ils cautionnent, dans leurs discours, cette idée de maltraitance des Français contre l’Algérie et l’Afrique noire. Bientôt, si on n’y prend garde, les Français de souche n’auront plus qu’à rendre les clés. Et quitter la . Mais comment ce pays, à l’Histoire si sombre, reste pourtant le plus visité et le plus admiré du monde ?

L’Histoire du monde n’est-elle pas celle d’une suite de colonisations ? Le mot n’est ni méchant ni grossier. Les peuples ont été nomades avant d’être sédentaires. La France est le premier pays au monde à avoir combattu et interdit l’esclavage, dès le VIIe siècle. D’abord sur son propre sol, sous l’influence de la civilisation chrétienne. Par décision de la reine Bathilde, veuve de II, tout esclave était affranchi. Le terme « France » vient du mot « Franc », « homme libre ». On ne refait pas l’Histoire. Sous Louis XIV, le fameux Code noir destiné aux colonies constituera une avancée juridique pour la protection des esclaves. Mais qui le dit ?

L’ancien secrétaire d’État de Mitterrand, Franco-Togolais, Kofi Yamgnane, récuse toute idée de racisme français et condamne avec fermeté les récents propos d’Omar Sy et Virginie Despentes. Alors, Mesdames et Messieurs Taubira, Diallo, Noah, Thuram, Tin et les autres, faites encore un effort ! Plutôt que des discours, que de donner des leçons, plutôt que de vouloir déboulonner nos statues, puisque vous êtes si sensibles, si concernés et préoccupés par le destin des Africains, faites donc profiter l’Afrique de votre talent, de vos compétences et de vos richesses. Ce grand continent n’attend que vous.

21 juin 2020

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Malgré le bonnet d’âne, les têtus de l’écriture illisible persistent…

Il est vrai que depuis la Révolution et la naissance de la gauche, grand paradoxe, on a vu…