[INFO BV] À Bruxelles, aussi, les eurodéputés s’augmentent pour 2024

parlement strasbourg

À l'instar des députés et des sénateurs, les eurodéputés ont vu leur enveloppe de dépenses gonfler pour l’année 2024. Ainsi, en novembre dernier, le Parlement européen votait le projet de budget pour l’année à venir. Ce dernier venait ajouter une rallonge au budget à long terme couvrant les dépenses 2021-2027.

Il faut savoir que la procédure de révision du budget européen fixé par le cadre financier pluriannuel (CFP) se fait en trois temps : le secrétaire général fait d'abord une proposition. Une fois votée, celle-ci est envoyée à la Commission européenne qui établit, sur cette base, un projet de budget soumis au vote du Parlement européen. S’ouvre, enfin, une phase de conciliation afin de trouver un accord pour parvenir au vote final. Le texte final du budget européen pour l’année 2024, modifié par les propositions retenues du Parlement européen, a donc été ratifié le 22 novembre, à 519 voix pour et 79 contre.

Une augmentation réévaluée par le Parlement européen lui-même

La proposition initialement votée en avril 2023, avant cette rallonge sept mois plus tard, prévoyait déjà une indexation des rémunérations sur l’inflation. En ce sens, les fonctionnaires de l’Union européenne voient donc leurs revenus augmenter deux fois. Au total, le budget à long terme voté pour la période 2021-2027 allouait à l’administration publique européenne une somme de 82,5 milliards d’euros. En novembre 2023, le Parlement européen a demandé un ajustement de ce budget pour l’année 2024 : une hausse de 33,8 millions d’euros par rapport au budget initialement prévu. Selon les propositions du Parlement européen, les dépenses des députés européens doivent échapper à la limite de hausse fixée à 2 % dans la mesure où elles sont classées en tant que dépenses salariales.

La gauche a voté pour

De même que l’augmentation de l’avance pour frais de mandat (AFM) votée par les députés pour les députés, ce sont les eurodéputés qui votent leur propre augmentation. De la proposition originelle au vote final, les eurodéputés RN siégeant au sein du groupe ID ont voté contre ce texte (Mariani, Olivier, Garraud, Lacapelle, Androuët, Bardella…). À l'inverse, des eurodéputés du groupe Renew (LREM, MoDem et partis partenaires), qui ont approuvé ce budget du projet initial au vote final (Bijoux, Boyer, Séjourné, Chabaud…). De même pour les députés européens de gauche siégeant dans les rangs du groupe Les Verts/Alliance libre européenne (Alfonsi, Biteau, Carême…). Quant aux élus LR, s'ils ont voté en faveur du projet initial, ils se sont abstenus lors des modifications (Bellamy, Colin-Oesterlé, Morano…). Pour le vote final, certains se sont abstenus, d’autres ne sont pas inscrits sur la liste des votes exprimés, mais aucun n’a voté en faveur du projet définitif.

Une complexité demeure : ce vote ne concerne pas uniquement une inflation des revenus des fonctionnaires européens. Le budget de l’Union européenne comprend, entre autres, l’aide à l’Ukraine, la transition écologique de l’Europe (30 % du budget européen sont consacrés aux projets liés au climat), les programmes numériques, les programmes de santé, les dispositifs mis en œuvre pour les contrôles de l’immigration… Un vote revient à tout accepter ou tout rejeter en bloc. Toujours est il qu’au bout du compte, les fonctionnaires européens se sont augmentés, incognito.

Raphaelle Claisse
Raphaelle Claisse
Journaliste stagiaire à BV. Etudiante école de journalisme.

Vos commentaires

48 commentaires

  1. Et pendant ce temps là, la Méditerranée, qui se trouve à deux pas, joue avec les galets. (comme dit cette belle chanson de G. Becaud) Tous s’accordent des augmentations mais restraignent les peuples notamment les retraités en France. Faites ce que je dis et pas ce que je fais. Encore et toujours du mépris, de l’exploitation des peuples par l’ensemble de l’Europe. La ruine, et non le bout du tunnel, est droit devant et on courre pour y arriver plus vite encore !

  2. S’abstenir de voter contre n’est qu’une version édulcorée de voter pour, hein LR ! Tous les mêmes, centre mou, gauche et ultra-gauche, tous dans la course à la gamelle, tous à mettre dans le même sac… Cela dit je ne vote pas pour cette secte.

  3. Il serait bien que Bd Voltaire s’attarde un peu plus que les euro députés RN ont voté contre cette augmentation scandaleuse de leur salaire contrairement aux eurodéputés gaucho bobos !!!

  4. C’est avec plaisir que l’on constate que les députés RN sont toujours droits dans leurs bottes contrairement à la gauche.

    • La corruption sans limite. Le fait simplement de se surpayer au regard de la valeur ajoute individuelle est déjà etre la corruption.

  5. Bravo le RN mais alors tous les autres parties honte à eux tous. S’augmenter des salaires déjà plus que confortables et c’est les pauvres gens qui payent cela avec leurs impots…..pas d’accord…d’ailleurs ce parlement il faudrait tout simplement l’enlever! On fait un référendum Mme Von der Leyen ?

  6. Il me semble plus important de noter que 30% du budget européen est gaspillé en faveur de projets écolo dont l’effet sera totalement négligeable sur le plan mondial. Quand donc arrivera-t-on à faire rentrer dans le crâne des eurocrates que diviser par deux 10% d’un impact mondial à un coût exhorbitant est une stupidité que même un élève de CM est capable de comprendre ?

  7. Qu’on nous fiche la paix avec L’Ukraine ;une guerre dont on ne voit ni les tenants, ni les aboutissants et qui de toute manière ne nous concerne pas.
    Ce conflit organisé ne sert que les intérêts américains, sous l’œil goguenard de Poutine

    • Exact n’empêche qu’elle nous coûte une fortune.
      Quelqu’un pourrait il nous dire à combien est évaluée la vie d’un mort dans ce conflit ?

    • Si l’Ukraine avait respecté les accords de Minks de février 2014 et pas bombardé les enclaves russophones cette guerre n’aurait certainement pas eu lieu, elle ne nous concerne pas mais nous coûte chère en armement et en finances.

      • Les Allemands prennent leur part, Poutine a tout prévu depuis longtemps et nous ne sommes pas au bout de nos surprises…

  8. D’autant plus inexplicable quand on sait le peu de présence aux assemblées de ces représentants. Mais nous sommes là pour payer les élucubrations de nos députés , sénateurs sur le plan national mais aussi à Bruxelles.
    Les uns rament , galèrent contre vents et marées pendant que les autres s’oxygènent sur le pont du navire.

  9. On fiche-le-camp de cette organisation inutile et malfaisante ! Qu’est-ce qu’on attend, ça devrait être fait depuis des années.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois