Nous sommes nombreux à dénoncer le port obligatoire du et les dérives vers lesquelles il peut nous conduire. La vidéo, postée sur Twitter et reprise par plusieurs médias comme France 3 Alpes-Côte d’Azur, en est une bien triste illustration. L’occasion pour moi, une fois encore, d’interpeller le sémillant ministre de l’Intérieur si va-t-en-guerre, du moins dans ses propos : les forces de l’ordre n’ont-elles pas mieux à faire ?

Un employé du Carrefour de Breil-sur-Roya (Alpes-Maritimes) rangeait tranquillement un rayon avec son masque sur le visage. Mais le masque était mal ajusté : juste en dessous des narines. Quand deux gendarmes, dont on peut se demander ce qu’ils faisaient en patrouille dans un magasin sauf à y faire peut-être leurs courses, interpellent violemment l’homme. La scène a été heureusement filmée par une caméra du magasin et diffusée avec l’autorisation de la direction outrée par l’attitude de la gendarmesque.

L’employé aurait essayé d’expliquer que, portant ce masque de 7 à 19 heures, il lui arrivait parfois de vouloir respirer un peu. Rien n’y fit. Les deux gendarmes l’ont bousculé et malmené. Un client du magasin, témoin de la scène, a essayé d’intervenir auprès des gendarmes qui lui ont simplement répondu que s’il continuait à se mêler de ce qui ne le regardait pas, ça allait être aussi son affaire…

Interrogé sur cette arrestation, le Service d’information et de relations publiques de la gendarmerie (SIRPA gendarmerie) a répondu par un communiqué que cette interpellation avait été motivée par des injures proférées à l’encontre des gendarmes et non par le mauvais port du masque.

Mais, chère France macronienne, où vas-tu lorsque tu obliges tes forces de l’ordre à agir de cette façon pour un port du masque pas tout à fait réglementaire ? Sommes-nous déjà dans un État soviétique ? Alors que des racailles font la loi dans la rue et nos territoires perdus ? Ce masque est-il devenu matière à nous conduire à la rébellion ?

Où, donc, ce masque stupidement obligatoire va-t-il nous emmener ? Je recommande à notre cher Président d’encourager ses ministres à plus de modération. Mais on n’en prend pas le chemin, si l’on en croit la dernière intervention de Michel Onfray sur le site de Front populaire au cours de laquelle il raconte son tout récent entretien avec le professeur Raoult. On serait en train d’entretenir une sorte de panique nouvelle autour de ce port du masque, panique qui aurait pour but d’empêcher que les gens ne se rebellent face à une augmentation du chômage et de la pauvreté à la rentrée, avec une économie à genoux.

J’ai donc la très mauvaise impression que cette scène du Carrefour de Breil-sur-Roya est malheureusement appelée à se répéter à l’envi à travers nos villes et villages si les consignes données aux forces de l’ordre ne sont pas assouplies. Au pays de Descartes, peut-on revenir à un peu plus de raison ?

À lire aussi

Vers la dictature sanitaire ?

Tout juste si la police ne sera pas autorisée à frapper à votre porte pour vérifier que vo…