Ces dernières semaines, alors que s’ouvrait, en France, le procès de « l’affaire du siècle » suite au recours déposé contre l’État par quatre ONG environnementale du Réseau Action , subventionné par le ministère de l’Écologie, des températures très basses étaient enregistrées un peu partout dans l’hémisphère nord.

Les journaux ont fait la une des chutes de neige importantes et inhabituelles dans la région de Madrid, que dis-je, des « épisodes neigeux » puisque, désormais, le terme « chutes de neige » appartient au passé : il est quasiment banni des éléments de langage des présentatrices météo, forcées de s’adapter à la politique du moment. Si cet événement a été relaté, les températures très basses enregistrées dans les Asturies ont été passées sous silence. Le site Noromet (association météorologique du nord-est de la péninsule Ibérique) indiquait un record à peine croyable de –35,8 °C à la station de Vega de Llordes (1.872 m), le 7 janvier, à 9 h 31. Le site 7sur7.be faisait mention d’un -34,1 °C dans la province de Lérida, à 2.305 m d’altitude.

En France aussi, il a fait très froid. Le site infoclimat.fr faisait part d’un –24,5 °C à La Chapelle-en-Vercors, le 19 janvier, à 6 heures du matin, et d’un –18,9 °C à Méaudre, à 8 h 30, dans la Drôme.

Il n’y a pas que la France et l’ qui ont été touchées. Selon le site JapActu.info, le 10 janvier, pour la première fois en 35 ans, la ville de Toyama, dans le centre du , a connu des chutes de neige dépassant un mètre. La vague de froid a aussi couvert la , au point que certains ports du nord du pays ont vu leur activité réduite du fait de l’apparition de glaces de mer (info du site gcaptain.org) ! Ces basses températures ont entraîné une augmentation énorme de la consommation en électricité et combustibles. Dans ce pays, en 2020, la consommation de charbon pour alimenter les centrales était au plus haut depuis 2015, faisant fi des accords de sur le climat signés par la Chine et que Joe Biden s’est empressé de remettre au goût du jour dès sa prise de fonction. Mais les promesses climatiques n’engagent que ceux qui veulent bien y croire, et en France, on y croit très fort !

Certes, les records enregistrés dans le pays et en Espagne ne seront pas tous homologués car certains proviennent de stations ne remplissant pas les critères normalisés du réseau des stations de référence, et rien n’est plus relatif qu’une mesure de température. Mais imaginez que ces mêmes stations aient enregistré des records de chaleur. Pensez-vous qu’ils seraient restés sous silence ?

23 janvier 2021

Partager
BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Les dessous du sommet sur le climat de Joe Biden

Même Xi Jingping s’y est mis, annonçant prudemment l’objectif d’une neutralité carbone d’i…