Cela vous aura peut-être échappé au milieu des combats de la guerre anti-Covid : on discute, ces jours-ci, à l’Assemblée nationale, de la loi et Résilience, un noble projet issu des propositions de la Convention citoyenne.

Je le sais, j’ai fort mauvais esprit, mais comment vous dire… le titre à lui seul me donne des envies de ricaner. J’ai tort. La redevance sur les engrais azotés, les menus végétariens dans les cantines, les consignes pour la vente en vrac, la rénovation thermique, le délit d’écocide : tout ça, c’est très bien. C’est juste que je ne vois pas où se niche la résilience, mais que voulez-vous, le mot est à la mode. Mieux que cela : il est incontournable. De la pâte à tarte au sortir du frigo en passant par le malheureux qui se remet de son « Covid long », tout est qualifié de résilient. Le psychiatre Boris Cyrulnik, théoricien du concept, devrait demander des royalties.

Bref, pendant que nos députés s’écharpent, nos voisins britanniques célèbrent la madone verte. Une statue en bronze et en pied de la sainte Greta Thunberg vient en effet de prendre place, ce mardi, dans l’ de Winchester. La sculptrice Christine Charlesworth l’a baptisée Make a difference. Pour l’instant, ça fait plutôt scandale.

Les ne sont pas contents. Attention, hein, ils n’ont rien contre la sainte. Ils l’admirent même et seraient prêts à lui faire leurs dévotions si nécessaire. Non, ce qui les chagrine, ce sont les 24.000 livres sterling (28.000 euros) qu’a coûté la statue. Ils auraient préféré voir cette somme allouée au service de soutien aux étudiants. C’est mesquin, hein ?

Madame Figaro, qui s’en fait l’écho, cite les syndicats : « Nous sommes dans une année , beaucoup d’étudiants n’ont pas vraiment eu accès au campus, beaucoup d’entre eux essaient de suivre leurs études en ligne et ont vraiment besoin de soutien », dit la présidente du syndicat des étudiants. Celui de l’université dénonce, de son côté, « la “vanité” du projet » et « le montant investi, qui aurait pu être utilisé pour éviter licenciements et coupes budgétaires ». La direction, elle, assure que « l’édification de la statue correspond à l’ouverture d’un nouveau bâtiment phare de l’université, “l’un des plus ” de la ville, avec récupération des eaux de pluie et panneaux photovoltaïques. L’œuvre est “un symbole de notre engagement pour combattre l’urgence écologique et climatique dans l’élan” de la COP 26 prévue en novembre à Glasgow (Écosse) », dit sa présidente.

C’est vrai qu’elle est aimée, Greta. Jusque chez les royals. Harry, Monsieur Sussex, « l’époux de Megan », comme disent les tabloïds, lui avait rendu avant de s’envoler pour la Californie, paradis écologique, comme chacun sait. Elle est le modèle de « millions de » qui ont « rejoint son combat », « chaque a besoin de sa Greta Thunberg », avait-il déclaré à la cérémonie des OnSide Awards, en novembre 2019.

Les Sussex sont-ils verts ? Voire. Peut-être Megan Markle porte-t-elle des « culottes éco-responsables », comme en propose la boutique de lingerie près de chez moi. Des culottes à développement durable, j’imagine…

2 avril 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.