Le Gaulois réfractaire est bien plus docile et discipliné qu’on ne le pense : il s’adapte et adopte la ligne de conduite, assez pratique, de son chef d’État. Quand interdit les déplacements à plus de 10 km de son domicile, ce week-end, et, en même temps, autorise les déplacements interrégionaux jusqu’à lundi, qu’il annonce un renforcement des contrôles et, en même temps, une tolérance jusqu’à mardi, il ajoute de la confusion dans les esprits. Seul remède pour s’en sortir : s’habituer à ce nouveau paradigme post-Covid en vivant et pensant le « en même temps ».

Pour tenter d’endiguer cette cacophonie devenue coutumière, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, ou Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué chargé des Transports, ont beau venir au micro de BFM ou Europe 1 préciser la longueur de la laisse, les Français se sont fait leur opinion. 70 % approuvent ces nouvelles mesures de restrictions et, en même temps, 46 % d’entre eux (soit près d’un Français sur deux) ne les respecteront pas !

Ces chiffres proviennent d’un publié jeudi et réalisé par Odoxa Backbone Consulting pour France Info et Le Figaro. Il venait mesurer les répercussions de l’allocution d’Emmanuel Macron. Et chez les jeunes, le chiffre de transgression est encore plus élevé : 6 sur 10 comptent bien profiter des premiers rayons printaniers. L’enquête nous apprend que 72 % des personnes interrogées apprécient la fermeture des enseignements scolaires, ce vendredi soir, pour trois à quatre semaines, les mêmes certainement qui dénonceront bientôt le décrochage scolaire, les dépressions juvéniles, les suicides ou les violences familiales, les difficultés à faire ou suivre un cours à distance…

Et 71 % de nos compatriotes approuvent l’interdiction des déplacements entre régions à compter du 5 avril. Cette capacité de résilience force l’admiration ; impressionnante, cette facilité à s’habituer aux pertes de liberté. Et en même temps…

2 avril 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.