Le député RN Grégoire de Fournas écope donc de la condamnation la plus lourde. Le bureau de l’Assemblée a voté, ce vendredi 4 novembre, une « censure avec exclusion temporaire », soit l’interdiction de paraître au palais Bourbon pendant quinze jours de séances et la privation de la moitié de son indemnité parlementaire pendant deux mois. Amer mais respectueux des institutions, le député se soumet à cette décision prise par ses adversaires politiques. « Je suis totalement innocent des faits que l’on me reproche », dit-il, et il précise : « Je ressens cette sanction d’une dureté inouïe avec une grande injustice. »

Cette sanction est la deuxième dans l’histoire de l’Assemblée sous la Ve République, a précisé la présidente de l’Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet. En mars 2011, le député PCF Maxime Gremetz avait reçu la même punition après avoir fait scandale : des voitures de ministres et de dirigeants du nucléaire bloquaient sa propre auto... Il avait été exclu de son groupe et avait démissionné de l’Assemblée quelques mois plus tard.

Une sanction un peu moins lourde avait été prononcée, en 1984, contre trois députés de l’opposition de droite (Jacques Toubon, Alain Madelin et François d’Aubert) pour « insinuations injurieuses à l’encontre de M. le président de la République » : ils avaient émis des doutes sur le comportement de Mitterrand sous l’Occupation… No comment. À dire vrai, Fournas était condamné d’avance. Sur les 22 membres du bureau de l’Assemblée nationale, qui compte le président de l’Assemblée, les six vice-présidents, les trois questeurs et les douze secrétaires, le RN ne comptait que… deux vice-présidents : Sébastien Chenu et Hélène Laporte. La sanction décidée par le bureau a été immédiatement approuvée par un vote assis-debout de l’Hémicycle.

Tant pis si Fournas a immédiatement démenti l’interprétation de ses propres mots. Tant pis si l’Assemblée a bien validé l’expression « Qu’il retourne en Afrique ». Les différentes composantes de la NUPES continuent à mobiliser sur une phrase tronquée : « Retourne en Afrique. » Fournas portera-t-il l’affaire sur le terrain judiciaire, où il aura au moins le pouvoir de plaider le mensonge, au-delà d’un vote partisan joué d’avance ? Il le pourrait. La cause de la sanction retenue par le bureau est révélatrice : Fournas est coupable d'une « manifestation troublant l'ordre ou qui provoque une scène tumultueuse ». Un comble, puisque c'est la NUPES qui créé le tumulte après avoir entendu, sans doute de bonne foi pour certains du reste, une phrase tronquée. Le reste tient à l'idéologie, à ses syllogismes - le RN est raciste, pense la NUPES, donc il a prononcé une phrase raciste - et à l'exploitation purement politicienne de l'incident.

Avec l’expérience longue du RN, Marine Le Pen prend de la hauteur, pas dupe. « Voilà une procédure où on est jugés par ses adversaires politiques qui jugent vos idées politiques, a-t-elle dit à BFM TV. J’ai entendu des représentants des différents groupes venir nous expliquer que réclamer que des bateaux déposent les migrants non dans des ports européens mais dans les ports de départ qui sont en Afrique est raciste. À partir du moment où ils considèrent que l’idée politique doit être condamnée, on s’éloigne totalement de la liberté d’expression, de la démocratie et, accessoirement, du fondement même de cette Assemblée qui est précisément de débattre des idées politiques. »

C’est bien de cela qu’il s’agit : bâillonner la droite sur le sujet. Bruno Retailleau ne s'y est d'ailleurs pas trompé.

https://twitter.com/BFMTV/status/1588597222358360065?s=20&t=fvmrC68uqTc9GYlTRO0BxQ

Doucement, l’extrême gauche change son fusil d’épaule devant l’évidence du propos du député. Elle élargit le débat sur les sentiments d’humanité vis-à-vis des migrants. Le scandale est le même s'il a dit « Qu'ils retournent en Afrique ». On ressuscite les vieux réflexes, le barrage contre le nazisme, les postures morales qui ne coûtent pas cher, les indignations la main sur le cœur. L’objectif est commun avec la Macronie qui soutient la NUPES de toutes ses forces sur ce dossier : contraindre les Français, de gré, de force, par humanité ou pour éviter le tapage, à accepter les migrants qui souhaitent se rendre sur notre sol. Tous les migrants.

Et surtout stopper net l’ascension, préoccupante pour Macron, la NUPES et LR, du RN dans les intentions de vote des Français. Il y avait le feu. La vraie fausse affaire Fournas est un grain de plus à ajouter aux scandales montés de toutes pièces pour étouffer le réflexe de survie d’un peuple.

La NUPES, qui n’a pas vraiment brillé depuis septembre, emporte donc sur ce mensonge grossier un joli coup, le premier. Mais le match n'est pas terminé. Les Français seront-ils dupes ?

10777 vues

4 novembre 2022

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

56 commentaires

  1. Un montage politique grossier touchant une personne intègre qui sert de bouc émissaire. On ne peut s’empêcher de penser que s’il avait été noir il n’aurait pas été soupçonné , car dire que les gens sont mieux chez eux qu’à l’étranger n’est pas discriminatif puisque le gouvernement parle de renvoyer chez eux les délinquants étrangers et autres fauteurs de trouble, pourquoi le fait de le souhaiter pour les victimes des passeurs serait-il
    «  nauséabond » et «  à vomir » ( sic la NUPES) ?
    Tou ça sent l’embrouille pour faire passer une dictature.

  2. On parle d’un gouvernement qui utilise le 49.3 à tour de bras, on ne peut donc pas dire que c’est l’esprit démocratique qui le préoccupe.
    On est donc face à la bonne vieille judiciarisation de l’opposition chère aux dictatures.
    Zemmour est dans le même sac avec la condamnation qu’on vient de lui faire.
    Quand on regarde nos élus, on se rend compte qu’en France il est plus dangereux de parler que de détourner de l’argent public.
    La nouvelle vague de sanctions contre les « Fake news » (dont beaucoup se sont avérés plus honnêtes que les Real news) est encore un nouveau stade dans le baillonnage des opposants à Macron.

  3. pourquoi traiter le s LR de traitre ? ce sont avant tout des gauchistes universalistes donc en parfait accord avec l’extreme -gauche

  4. Un scandale de plus, qui déconsidère les députés LR qui se sont prêtés au jeu. Une occasion en or pour les médias bien-pensants d’interroger sur « les propos racistes » tenus à l’Assemblée, alors que ce prétexte n’a pas pu être confirmé par les verbatims. Le coup est bien exploité au moment où les conséquences de la politique énergétique calamiteuse du Gouvernement vont être ressenties douloureusement par tout le onde.

  5. Cette sanction est une honte. Mais le RN est l’ennemi à abattre pour lrem et nupes. Voir que LR se soumet me conforte dans ma décision de les quitter il y a plus d’un an

  6. J’ai vu et entendu à cette occasion des députés LFI chanter la Marseillaise ! Évènement mémorable qu’a provoqué l’interpellation du député RN ! Ils chantaient tous sauf Mme Panot , hélas en gros plan. On voyait bien que chanter la Marseillaise était au dessus de ses forces à cette « patriote ».

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter