Fêtera-t-on encore Noël en France, dans 50 ans ?

Strasbourg marché de Noel

Quel avenir, en France, pour Noël ? La question se pose, tant les attaques en règle contre la plus symbolique des fêtes chrétiennes ont dernièrement redoublé d’intensité. On l’observe aux quatre coins du pays. À Brest, par exemple, un premier « marché de Noël LGBT et féministe » a été inauguré en grande pompe cette année, avec pour but de « valoriser le travail des artistes queer ». À Nantes, les traditionnelles décorations ont été remisées au profit d’une mère Noël en jogging et d’une célébration qui « laisse la place à toutes les confessions ». Dans beaucoup de villes, c’est le simple mot « Noël » qui a disparu des illuminations, remplacé par des expressions épurées de toutes références religieuses : « Fantastique décembre » à Besançon, « Bel hiver » à Saint-Denis, « Hiver en fêtes » à Angoulême… Cette tendance lourde ne devrait hélas pas s’inverser dans les années à venir dans ces municipalités dirigées par des élus de gauche pour lesquels la fête de la Nativité représente au mieux un jour férié, au pire le vestige d’un Occident désuet à déconstruire de toute urgence.

La menace d’un islam conquérant

Au-delà des attaques déconstructivistes de la gauche, c’est aussi l’islam conquérant avec son bras armé terroriste qui représente aujourd’hui une menace pour la survie de Noël. Voyez les hommes en armes qui doivent désormais patrouiller aux alentours des églises, le soir du 24 décembre. Voyez les blocs de béton qui poussent comme des champignons, aux abords des marchés de Noël, en prévision d’éventuels « camions fous ». Les flux migratoires étant ce qu’ils sont, il serait bien présomptueux de penser que les chrétiens de France ne puissent pas connaître, dans un avenir plus ou moins lointain, un sort différent de leurs compatriotes juifs, contraints aujourd’hui de retirer leur mezuzah de leurs portes et de célébrer leurs fêtes religieuses dans la plus grande discrétion. La démographie dicte le destin de l'Histoire, nous enseigne Samuel Huntington, et la nôtre semble écrite d’avance : celle d’un peuple voué à devenir minoritaire chez lui, remplacé par un autre qui ne s’est jamais illustré par sa tolérance avec les minorités.

L’auto-déchristianisation du peuple français

Cela posé, il serait injuste de ne pas aussi pointer les responsabilités inhérentes à la communauté des chrétiens. Ils ont laissé leur héritage spirituel tomber en déshérence, n’ont pas suffisamment cultivé leur foi, ont cédé aux sirènes mortifères de la modernité. Si leurs églises se sont vidées, les croyants ne peuvent s’en prendre qu’à eux-mêmes. De nombreuses paroisses peinent à renouveler leurs équipes d’animation liturgique, comme dans certaines paroisses où, faute de bénévoles, aucune crèche n’a été installée cette année.

Les chrétiens se sont aussi laissés culpabiliser, n’ont pas réagi face aux assauts des tenants d’une laïcité dévoyée. C’est tout juste s’ils ne tendent pas l’autre joue quand on les attaque. Beaucoup de catholiques sont, en fait, à l’image de leur pape François : plus préoccupés par le sort des migrants musulmans que par celui de leurs coreligionnaires. Il existe bien une jeune génération qui relève la tête et entend donner un nouveau souffle à leur communauté, mais ce regain de foi ne suffit pas encore à inverser les courbes. Il est un fait qu’en moins de trente ans, le nombre de prêtres (diocésains et religieux réunis) a été divisé par deux, pour s’établir autour de 14.000 en 2021. La France perd 700 prêtres par an, soit 7.000 sur dix ans. Faites le compte sur ce que sera la situation à ce rythme dans cinquante ans…

Jean Kast
Jean Kast
Journaliste indépendant, culture et société

Vos commentaires

38 commentaires

  1. Si les catholiques n’avaient pas placé la naissance de Jésus le 25 décembre, fête qui était censée remplacer les festivités du solstice d’hiver, ( après tout, on ignore quel jour il est né, il y a même des doutes sur l’année ) peut-être que oui, tout le monde pourrait fêter le solstice sans le problème des différences de religion.

    • Entre-nous je ne vois pas le rapport ? Ce que je constate, c’est une hargne de la part de médiocres qui n’ont comme but dans l’existence, que d’emmerder les autres. Si vous ne supportez pas cette crèche qui vous accueille, à la mairie, demandez-vous pourquoi vous êtes là ! qui-êtes-vous donc pour user d’arguments fallacieux pour casser tout un passé qui a permis à nombre de médiocres de la ramener aujourd’hui. Combien de chrétiens ont sacrifié leur vie pour leur foi, regardez-donc autours de vous ce que la laïcité amène dans sa friche intellectuelle ? Un Islam arrogant !

  2. Célebrera t’on encore, dans 50 ans, la fête de la nativité? Je ne pense pas, si la foi catholique continue dans sa lente descente dans l’oubli.
    Fêtera t’on encore Noël, célébration païenne du solstice d’hiver et début d’un nouveau cycle ? Peut être, si les païens continuent à s’accrocher aux traditions antiques et traditionnelles.
    Mais ce qui est sur, c’est que la société consumériste et vénale a encore de beaux jours devant elle.

  3. Et s’ils ont que les chants rock’n’roll pour faire revenir les chrétiens dans les églises ,c’est pas gagné

  4. Tout laisse à penser qu’on né fêtera plus Noël dans 50 ans. L’histoire en définira les responsables, mais il sera sans doute trop tard.

  5.  » L’argent et les considérations purement matérielles tiennent désormais lieu de spiritualité dans notre société et cela explique certainement nombre de nos problèmes actuels … » Vous avez parfaitement raison, mais avec un iota : le matérialisme, même imposé de force, est incapable de remplacer la spiritualité. Comme tout artefact, il finira par mourir de lui-même. L’URSS en est un exemple flagrant. Par quoi sera-t-il remplacé? Nul ne le sait, mais certainement pas par l’Islam, car on ne fait pas rentrer un poteau carré dans un trou rond, même en tapant très fort.

  6. Noël 2073…J’aurais eu 119 ans, personne n’ayant absolument démontré que j’étais infailliblement mortel…Reste ma descendance, à qui j’essaie d’insuffler courage et esprit de résistance !

  7. Personnellement en ce qui me concerne, oui je continuerai à fêter noel en France, quoi qu’il arrive ! Ce sont mes valeurs Chrétienne ! Amitiés à tous Hervé de Néoules !

  8. Je pense sincèrement qu’il y a une prise de conscience sur le sujet de la civilisation et de l’identité . Ce n’est pas pour rien que Darmanin s’en est pris à génération identitaire et une organisation chrétienne , academia christana ! Les imams qui préconisent le djihad peuvent, eux ,dormirent sur leurs deux oreilles !

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois