C’est un très beau titre dans Le Monde daté du 24 : “Universités bloquées : “Avec les cours alternatifs, je passe plus de temps à la fac qu’avant”.”

Magnifique, se dit le lecteur. On se demande pourquoi on n’y a pas songé plus tôt.
Et puis le lecteur lit, et là il découvre la supercherie. Qu’est-ce, en effet, que ces “cours alternatifs” ? Réponse : des séances d’endoctrinement.

Dans le cadre de la mobilisation étudiante contre la loi sur l’orientation et la réussite des étudiants, “des “universités libres” ou “cours alternatifs” ont essaimé dans plusieurs établissements ces dernières semaines”, écrit le quotidien. C’était le cas à Tolbiac jusqu’à l’évacuation du 20 avril dernier, et ça l’est encore à Nanterre, Grenoble ou Rouen. On est donc très intéressé de savoir quel est le contenu de ces cours mirifiques auxquels, ô merveille, les étudiants se presseraient.

À en croire Le Monde, on organisait chaque jour à Tolbiac une dizaine d’ateliers et cours “essentiellement consacrés à l’explication de la loi ORE et de ses conséquences”, puis ouverts à une diversification vers “de nouveaux publics”, à savoir cheminots, personnels hospitaliers, loi Asile et Immigration, etc.

Plus intéressant encore, on apprend que l’association GENEPI, “qui effectue des ateliers socio-créatifs dans les prisons”, s’est chargée de l’organisation. “Pour nous, c’est une manière de venir soutenir la mobilisation des étudiants et des cheminots”, dit l’une de ses militantes. On ignorait que Tolbiac fût une fac de cheminots, mais passons. Elle poursuit : “Ils sont déjà militants, donc leur réflexion est plus ou moins poussée et leur prise de parole est plus facile que dans les établissements scolaires et facs où nous intervenons habituellement. Ils ont soif d’apprendre des termes techniques à réutiliser dans leur lutte quotidienne.”

Donc, si je comprends bien, GENEPI intervient d’ordinaire dans les établissements scolaires et les facs pour y donner des cours de vocabulaire révolutionnaire.

Je viens d’aller faire un tour sur leur site. J’y découvre leur publication, Le passe-murailles, et ses titres : Matonerie contre mutinerie ; Tous.tes prisonniers.res des mots ; Prison & fiction : divertir, dénoncer, désinformer ; Manuel d’impunité : les puissants face à la justice ; Culture en prison : un outil de domination ? Etc. Il y a, là, comme un ton…

Il va sans dire que les “professeurs” dispensateurs de ces cours mirobolants sont des personnalités très marquées à gauche. Ainsi la communiste Clémentine Autain est-elle venue à la Sorbonne donner une conférence intitulée “Mai 68-Mai 2018”. À Tolbiac, c’est l’ineffable Filoche qui distillait récemment sa haute pensée sur le thème “Macron, sa société sans statut et sans cotisation sociale”. Et de s’offrir lui aussi un grand moment de nostalgie : “On va avoir Mai 68 ! Mais si on ne gagne pas cette année, il va falloir remettre le couvert, car l’an prochain ce sera pire.”

Quant à ce qui provoque l’enthousiasme du Monde au point d’en faire un titre, ce sont les propos d’une certaine Wafae, étudiante en deuxième année de socio à Paris VIII (Saint-Denis). C’est elle qui “passe beaucoup plus de temps à la fac depuis qu’on a lancé ces ateliers” parce qu’“on voit la fac d’une autre manière, on s’investit plus”

À Rouen, on a invité “quatre mineurs isolés étrangers” à venir témoigner devant quelques poignées d’étudiants en sociologie, ou peut-être en histoire, ou en psycho, ou en techniques du cinéma… allez savoir. Des sciences très humaines, en tout cas. “Ils sont venus parler de leurs situations administratives, de leurs parcours de migration et, enfin, de leur rapport à l’école et surtout leur désir d’école, ça avait forcément une résonance particulière”, dit une maître de conférences en histoire, très impressionnée par “la qualité d’écoute” de ses étudiants. Ce qui en dit long sur ses propres cours…

25 avril 2018

À lire aussi

Le nouveau monde (suite) : épuration accélérée du vocabulaire

Voilà l’affaire qui agite le Canada depuis des semaines. L’incident remonte au 23 septembr…