Quel est le plus gros scandale de ce lundi ? La petite phrase d’Éric Dupond-Moretti ? Ou le fait que cette petite phrase n'ait fait rigoureusement aucun bruit ? L’un des premiers (rares) médias à l’avoir relayée est… le magazine Gala (25 juillet), assorti du titre « Il fait une surprenante révélation ». Pourtant cette « révélation » mérite un peu plus d’attention que la couleur insolite de la dernière robe de Kate Middleton : Invité dans la matinale de RTL, ce 25 juillet, notre garde des Sceaux a avoué avoir voté NUPES. Tout de go, sans vergogne.

Le ministre de la vote pour le parti de ceux qui crient que la tue, qui défilent aux côtés d’Assa Traoré, et de celui qui se vante d’avoir vendu de la drogue comme si c’était un job étudiant comme un autre.

« Il y a un certain nombre de députés de la NUPES qui sont républicains », se justifie, du bout des lèvres, Éric Dupond-Moretti. « Je pense à ceux qui appartiennent à un parti de gouvernement. Dans ma circonscription, j'ai voté pour quelqu'un de la NUPES qui appartenait à la gauche démocratique. » Pour l’extrême droite, c’est barrage en bloc, tout est à jeter. Pour l’extrême gauche, on pratique délicatement, avec une loupe, le tri sélectif. Sauf que faire partie de la NUPES, c’est considérer que toutes les errances et provocations de ses compagnons de route ne sont pas rédhibitoires. Que l’on peut s’en accommoder.

Une brève recherche montre que le candidat NUPES en question devait être une candidate : l’EELV Émilie Ducourant, à laquelle le ministre de la n’a pas porté chance puisqu’elle a échoué face au candidat RN Pierrick Berteloot.

Sur son compte Twitter, Émilie Ducourant relaie Sandrine Rousseau. Et à La Voix du Nord (15 juin), Claude Nicolet - co-créateur du Mouvement des citoyens avec Jean-Pierre Chevènement - confiait, entre les deux tours, ses réticences à son sujet : « Je lui ai posé plusieurs questions auxquelles elle n'a pas répondu... » Il lui avait demandé notamment si « [elle était] solidaire des propos de Sandrine Rousseau », si « [elle pensait] aussi que la police tue ». Si « [ elle cautionnait ] l'autorisation du burkini dans les piscines comme à Grenoble. » Qui ne dit mot consent, dit le proverbe, non ? Voici donc la gauche démocratique telle que la conçoit Éric Dupond-Moretti.

Et que dire de l’indifférence dans laquelle est tombé cet aveu du garde des Sceaux alors qu’un sondage IFOP pour le JDD révélait, la veille, que 73 % des Français étaient mécontents de la Justice, soulignant notamment son laxisme ? Imagine-t-on un instant le tollé si Gérald Darmanin avait avoué avoir voté pour un candidat RN ou Reconquête ?

35316 vues

25 juillet 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter