Les révélations sur Hassan Iquioussen s’enchaînent dans la presse hexagonale. Un imam « fiché S », selon le JDD, un possible « marchand de sommeil », selon ses détracteurs, rapporte Le Figaro ; le feuilleton Iquioussen ne cesse d’alimenter les polémiques après la suspension de sa procédure d’expulsion par le tribunal administratif de Paris. Bras de fer entre le gouvernement des juges et le pouvoir exécutif, l’épilogue de l’affaire Iquioussen dira si la France dispose encore d’un tantinet de souveraineté pour mettre à sa porte ceux qui la détestent. Mais le cas d’Hassan Iquioussen permet aussi de braquer les projecteurs sur l’influence des Frères musulmans en France. Mouvement international porteur d’un islam rigoriste, la pensée « frériste » se dissimule au sein de la société française depuis une quarantaine d’années sans réelle réaction des autorités. Qui sont-ils, que disent-ils et que veulent-ils ? Enquête sur les premiers acteurs de l’islamisation française.

Une nébuleuse présente sur tout le territoire

Fondée en 1928 par l’instituteur égyptien Hassan el-Banna, le grand-père de Tariq Ramadan, la confrérie dispense une vision panislamiste du monde et milite contre l’occidentalisation des sociétés arabes. L’organisation s’appuie sur une vision intellectuelle et une approche historique de la religion, en militant pour un retour de « l’islam des sources » ; c’est-à-dire l’islam tel qu’il était vécu sous les califats arabes du Moyen Âge. Transnationale, la confrérie s’installe dans de nombreux pays du Moyen-Orient et se heurte frontalement au panarabisme du parti Baas, notamment présent en Irak et en Syrie.

Mais les Frères musulmans ne s’arrêtent pas au monde arabe. Dès le début des années 80, l’organisation débarque en Europe et des étudiants fréristes défont leurs bagages sur le sol français. Sous une forme dissimulée, la confrérie commence à s’activer partout dans le pays. Joachim Veliocas, directeur de l’Observatoire de l’islamisation et auteur de plusieurs ouvrages sur la question, a accepté de répondre à Boulevard Voltaire. Il raconte : « Les étudiants fréristes arrivent en France et créent plusieurs associations. Ils ne se font jamais appeler Frères musulmans. À la fin des années 80, ils fédèrent leurs associations dans l’Union des organisations islamiques de France (UOIF). À l’époque, l’UOIF avait des liens visibles avec la confrérie et faisait venir en France les chefs internationaux des Frères musulmans. »

C’est également à cette époque que l’imam Hassan Iquioussen, avec son coreligionnaire Hani Ramadan, frère de Tariq Ramadan et petit-fils d’Hassan el-Banna, le fondateur de la confrérie, commence à prêcher l’islam dans les banlieues. Celui que Gérald Darmanin veut expulser aujourd’hui se faisait appeler, à l’époque, « l’imam des cités ». Au début des années 2000, les Frères musulmans, cachés sous d’autres appellations, commencent a être installés sur une bonne partie du territoire français. « Les fréristes, parfois avec l’aide de pays étrangers, édifient des grandes mosquées partout en France : Nantes, Mulhouse, Caen, Reims ou Créteil ; mosquées qui dispensent une approche radicale de l’islam », explique Joachim Veliocas.

Frères musulmans : quel est leur projet ?

Mais quel est le dessein des fréristes ? Quelle vision d’avenir justifie les moyens employés par ceux qui, en France, gravitent depuis des années autour de la confrérie ? D’abord, la pensée frériste repose sur une aversion profonde envers les sociétés occidentales contemporaines, aversion que résume bien cette citation du fondateur Hassan el-Banna : « Cette vie occidentale, avec tout ce qu’elle possède d’artifices et de séductions, d’apparences, de force et de richesses, tente de mettre la main et de tenir sous sa coupe tout ce qui nous reste de spécificités. » On retrouve là un discours aux accents « décolonialistes » particulièrement précurseur qui a su trouver, en France, un terreau fertile pour son développement. « Préserver les musulmans des vices de la société occidentale », voilà comment l’on pourrait, grossièrement, résumer la pensée frériste.

Mais l’expansion de la pensée des Frères musulmans s’est faite parallèlement à l’instauration de flux migratoires massifs vers la France. Cette arrivée massive d’individus de confession musulmane dans notre pays a servi de plateau d’argent pour le discours frériste. Sous le joug d’une société occidentale viciée, le musulman qui vit en France doit retourner à sa religion originelle, quitte à adopter un comportement contraires aux principes républicains et aux mœurs françaises. Hassan Iquioussen ne dit d’ailleurs pas autre chose lorsqu’il affirme, dans l’une de ses vidéos, que le musulman assimilé « est un musulman désintégré » et que ceux qui prônent l’assimilation sont « les ennemis de l’islam ».

Une force de frappe particulièrement étendue

Les fréristes sont nombreux, organisés et déterminés. Adeptes de la taqiya, cette stratégie du double jeu qui consiste à infiltrer la société pour y diffuser les idées islamiques quand le rapport de force n’est pas à leur avantage, les fréristes disséminent leur discours un peu partout dans le pays. Joachim Veliocas rappelle ainsi l’influence de la pensée frériste sur l’islam de France : « Ils ont des associations de musulmans, des mosquées, mais aussi deux écoles religieuses qui forment le plus d’imams en France ! Le cas de l’Institut européen des sciences humaines à Saint-Léger-de-Fougeret est intéressant. Cet établissement de formation, doté d’une antenne à Aubervilliers, rend autonomes les instigateurs de la pensée frériste en France et leur permet de réfléchir, entre eux, aux spécificités françaises et à la façon d’enseigner la charia. »

Mais les fréristes n’agissent pas qu’en faveur de l’enseignement religieux. Par d’autres moyens, ces derniers parviennent à se rendre indispensables auprès de la communauté musulmane de France. L’exemple d’AVS, l’un des principaux organismes de certification de viande halal français, est frappant. AVS a pendant longtemps été dirigé par Fethalla Otmani, un expert de la question du halal devenu conférencier sur des sujets théologiques. D’après nos recherches, Fethalla Otmani a été un membre très actif de l’UJM, l’Union des jeunes musulmans, un collectif rattaché au centre Tahwid et dont les liens avec les Frères musulmans sont particulièrement ténus. Aujourd’hui, Fethalla Otmani continue de dispenser, via plusieurs centres de formation et une chaîne YouTube, un rapport au Coran particulièrement littéral et une vision frériste de l’islam français.

L’influence des Frères musulmans se retrouve partout en France et les lumières braquées sur quelques personnalités médiatiques comme l’imam Hassan Iquioussen ou l’essayiste Tariq Ramadan ne permettent pas, à elles seules, d’exposer toute l’étendue de la toile islamiste que les fréristes s’appliquent à tisser sur le territoire français depuis quarante ans. Prendre le problème de l’islam frériste à bras-le-corps demanderait à l’État un courage énorme, tant celui-ci a su se répandre au sein des instances musulmanes françaises. En Europe, seules l’Autriche et la Russie ont réellement pris des mesures fortes contre la confrérie : la première a fait interdire tout symbole lié aux Frères musulmans, la seconde a inscrit l’organisation sur la liste des groupes terroristes. La difficulté pour les pays d’Europe réside dans la malice des organisations fréristes qui refusent toujours de prendre l’appellation de « Frères musulmans » mais continuent à se revendiquer de leur courant de pensée. Se réfugiant derrière des positions de pseudo-respectabilité et de discussions intellectuelles ou théologiques, les fréristes, en dispensant l’amour de la charia aux musulmans de France, contribuent à créer toutes les conditions d’un profond séparatisme. Il faut garder à l’esprit les mots de son fondateur, Hassan el-Banna : « La bannière d’Allah sera arborée au-dessus de l’Occident, et la Méditerranée redeviendra islamique. »

5276 vues

11 août 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

31 commentaires

  1. L’Islam en France n’est pas dévoyé ! Il s’exprime comme il peut s’y exprimer. Ces expressions sont très diverses, car l’Islam n’est pas « organisé » comme l’Eglise catholique. Ces expressions restent sous l’influence de facteurs aussi divers que nombreux . C’est ce que j’appelle la mosaïque islamique. Mais l’Islam reste l’Islam. Avec ses Piliers, ses Lois, la Charia, sa culture, sa langue, ses atavismes. Son ADN en quelque sorte. Il n’y a pas les bons musulmans d’un côté et les méchants de l’autres . Il y a un continuum fait de 1000 nuances qui va du citoyen intégré ou assimilé (un très mauvais musulman celui-là) jusqu’au djihadiste (un combattant d’Allah) . Nos visions franco-françaises face à cette problématique mondiale sont le plus souvent ridicules. Et ils le savent !

  2. Nos dirigeants se mettent à genoux devant l’islam et accordent aux musulmans tous les droits et bien plus que ce qui sont accordés aux Français ou aux bi nationaux européens
    L’Etat leur accorde de construire des mosquées avec minaret mais à nous Français Catholiques refuse de faire sonner nos cloches et de nous aider à entretenir nos églises !!!

    1. Ne pas oublier que la majorité des églises et cathédrales ont été volées, en 1905, par l’état français, qui a donc la charge !
      L’état ne s’acquitte pas de ses devoirs. Il préfère sûrement la construction de mosquée avec de l’argent étranger.

  3. Cet article nous montre combien l Islam en France est dévoyé et infiltré par les branches extrémistes et donc à tendance sectaire et terroriste. Nous avons Plus d autre solution que d interdire l Islam sur le sol Français, démolir une grande majorité des mosquées où les recycler et provoquer par ce moyen une forte re migration des musulmans dans les pays de tradition musulmane, réglant au passage tous les problèmes liés au communautarisme. L exemple Norvégien de re migration est assez éloquent en termes de résultats sur l insécurité en particulier. La re migration volontaire sous la pression ne peut être bloquée par les pays de destination comme ils le font avec les expulsions judiciaires.

  4. En 2027, votez pour Éric Zemmour et ce cas sera réglé une fois pour toute. En attendant payez des impôts pour subvenir aux besoins de ces nouveaux arrivants accueillis à bras ouverts par Macron et la NUPES; savourez leurs bienfaits: viols, escroqueries, squats divers, dépravations, caillassage, feu dans les poubelles, trafic de drogue, etc…

  5. La France n’a pas le courage d’expulser ces individus nos dirigeants se mette à genoux devant les musulmans

  6. Ces hypocrites prétendent vouloir appliquer le coran et la charia, mais se gardent bien d’appliquer le verset qui commande aux musulmans de ne pas vivre en pays non-musulman et de retourner aussitôt que possible en pays musulmans !

  7. Quelle mouche a piqué Darmanin, aujourd’hui ! il a été dit que si des plaintes avaient été déposées au fur et à mesure de ce qui avait été perçu comme anti républicain depuis 15 ans, Iquouissen aurait été expulsé ! Mais voilà, on préférait crier sur le baudet RN ou extrème droite ! IL y a plus de 10 ans, Iquouissen prêchait à une multitude d’ enfants, que la musique « transformait en porc  » !! Comment de jeunes enfants peuvent ils s’y retrouver alors que l’Educ. Nationale donne des cours de musique ! qu’à cela ne tienne, ils se bouchaient les oreilles ou sortaient de la classe !! A partir de là, il y avait séparatisme ! qu’ont fait les gouvernements ?? RIEN ! c’était déjà là gravissime !

  8. Il me semble que notre société n’est plus, hélas, en mesure de combattre ce genre de péril. Ce qui anime les frères musulmans c’est tout ce que notre société laïque a perdu : la foi et l’esprit missionnaire qui l’accompagne. Or, la foi est capable, dit-on, d’abattre des montagnes. C’est dire que si le 21ème siècle doit être religieux, il y a peu de chances qu’il soit chrétien et beaucoup plus qu’il soit musulman.

    1. Notre société est encore capable de se défendre mais pas dans la câlinerie et il ne lui reste effectivement que peu de temps pour survivre

      1. Le manque de courage des Français est le meilleur terreau pour que se développe cette gangrène.

    2. « notre société n’est plus, hélas, en mesure de combattre ». Pourquoi ce défaitisme? La « pensée » musulmane vous aurait elle aveuglée au point d’annihiler en vous toute combativité? Si tous les Citoyens Français en état de réfléchir se donnaient le courage d’agir face à cette gangrène, la FRANCE redeviendrait le pays ou le bon et le savoir vivre étaient la règle. La défection et le j’m’en foutisme du peuple a laissé les similis cerveaux politiques, dégradés et corrompus, conduire notre pays vers l’esclavage et la décrépitude actuels.

    3. Et l’Occident retournera au Moyen Âge dont les musulmans ne sont jamais sortis, la preuve, toutes les grandes découvertes et inventions ont été faites par des Européens ou leurs descendants, les avancées scientifiques des musulmans se sont arrêtées au XIIe siècle.

  9. Et certains voudraient accorder le droit de vote aux étrangers. La France en fait moins pour les Anglais ayant acheté des maisons depuis plus de 40 ans et qui participent amplement à la vie des communes où ils sont, répondant à des critères en français vocabulaire et grammaire plus que correcte.

  10. Lire « Furie Divine  » de JR Dos Santos, un roman efficace pour plonger dans l’histoire de l’islam et de ses différents courants, apprendre à connaître la pensée fondamentaliste et décrypter le dessein final des djihadistes. Un roman sans parti-pris ni idéologie, juste visionnaire.

    1. mais aussi histoire de l’islamisation française ou 40 ans de soumission chez l’Artilleur.

  11. L’erreur grossière et fatale des tenants du progressisme et de la mondialisation heureuse, c’est de croire que toute les populations vont se diluer dans leur consumérisme libéral-libertaire. Cette vision occidentale et nombriliste se heurte de plein fouet aux valeurs de l’Islam. Je vois mal cette dernière plier.

    1. Votre vision est juste et l’avez bien résumé. Mais en ce moment ils s’accordent de cette pensée libérale et progressiste qui fait leur jeu. Jusqu’à leur prise de pouvoir qui est en cours, par le ventre de leurs femmes et par les urnes. Une fois leurs desseins réalisés ils pourront faire ce qu’ils veulent dans, je pense, la première République islamiste d’Europe. Cf soumission de Houellebecq. Faite que je me trompe.

  12. L’expulsion de ce fauteur de trouble est d’une urgence absolue, au même titre que la lutte contre tous ces incendies qui dévorent notre pauvre France aux mains d’organisations déstabilisantes et mortifères.
    De même tous ces prêcheurs doivent être expulsés vers les pays qui financent leurs méfaits sur notre territoire.

  13. Je ne vois pas pourquoi uniquement l’Occident serait concerné, n’est il pas écris dans le livre vert que tout être venant au monde est musulmans, que l’islam doit conquérir le monde et ce pour le plus tranquille, il y a pire. Dans la réalité, en quoi ces gens sont ils tant intéressés par l’occident, la région du moyen Orient, pour ne parler que cette région, était à la pointe du développement de l’humanité et bien avant l’apparition de l’islam qui n’a que mille cinq cent ans.

    1. Soumettre les autres à une idéologie, un art de vivre, une religion etc… par tous les moyens, a toujours, et depuis la nuit des temps, été le but des conquérants. Le seul but du chef est de satisfaire ses égos avec l’aide de ses disciples, peu importe le peuple qui, s’il ne dit rien, consent.

  14. Ces gens là. sont les bataillons avancés d’une idéologie moyenàgeuse à la conquête de l’occident. Les politiques, et ceux qui les gouvernent , regardent cela passivement en estimant que ce n’est pas grave. Les pays de l’islam qui ont « réussi  » sont ceux où il y a du pétrole, trouver par les occidentaux.
    L’avenir des pays islamisé est la déchéance. L’Iran et l’Afghanistan en sont la démonstration.
    Il faut cesser de subventionner ces ennemis de la liberté et urgement les expulser .

    1. « Les pays de l’islam qui ont « réussi  » sont ceux où il y a du pétrole  » ! Ce sont justement eux, qui grâce aux pétrodollars, essaiment tout l’occident de mosquées, écoles coraniques et plus si affinités avec une certaine gauche.

  15. Si nous lisons le Livre de leur religion, nous constatons que Iquioussen a raison . Il a rason de dissimuler autant que nécessaire comme il est prescrit et il a raison de dire que ceux qui ne pratiquent pas la charria sont de mauvais frères.
    Il y a bien sûr des Musulmans qui s’intègrent quelque peu mais ce sont de mauvais croyants, des faux-frères .

    1. En fait la « taqiya » est une notion morale d’absolution du péché de mensonge « si c’est pour le bien de l’islam ».

  16. Signalons au passage que Iquioussen est le beau frère de l’imam préféré de Juppé, je veux parler de l’Imam de la grande mosquée de Bordeaux qui soit disant aurait quitté les frères musulman, Taqqyia quand tu nous tiens.

    1. Juppé un des grands cerveaux d’acier de la politique Française, le pire c’est que lui aussi a engendré de la descendance.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter