Ce mardi 31 mai 2022, dans une petite salle de l’Hôtel de l’Industrie, à Paris, une cinquantaine de personnes s'est rassemblée pour assister à une conférence-débat autour d’un thème plus d’actualité que jamais : le nucléaire.

Organisé par le Cérémé, Cercle d’étude réalités écologiques et mix énergétique, une organisation qui ne cache pas son hostilité envers l’énergie éolienne, ce rassemblement avait pour but de montrer en quoi un mix faisant la part belle au nucléaire est la seule option viable pour l’avenir énergétique français. Fabien Bouglé, expert en politique énergétique et militant anti-éolien auteur de plusieurs livres, a donné le ton dès les premières minutes : « Il faut rappeler qu’à l’heure actuelle, l’éolien français représente à peine 1,6 % de la consommation totale d’électricité, le nucléaire, 40 %. » Il insiste également sur les premières victimes de cette énergie : les ruraux. « N’oublions pas que la lutte contre les éoliennes est avant tout un combat rural que reflètent très bien les sondages : si les citadins y sont majoritairement favorables, ce n’est pas le cas des habitants de nos campagnes ! »

Sur la dizaine d’intervenants qui défilent sur la scène et qui répondent aux questions du journaliste Bernard de la Villardière, tous sont unanimes : les énergies renouvelables, éolien et solaire tout particulièrement, sont une chimère. Première raison, leur impact serait quasi nul pour lutter contre le réchauffement climatique. Fabien Bouglé (encore lui), statistiques à l’appui, démontre que depuis 2001 et l’introduction des éoliennes en France, aucun effet n’a été perçu sur l’utilisation d’énergies fossiles. En revanche, le nucléaire aurait permis à la France de s’affranchir progressivement depuis les trente dernières années d’une trop grande dépendance au pétrole et au gaz.

Deuxième raison : la faible production et le caractère trop aléatoire de la fabrication d’électricité par les énergies renouvelables. Jocelyne Canetti, ancienne directrice des services énergétiques chez EDF, se charge de rappeler que les énergies renouvelables ne permettent pas d’approvisionner correctement le pays, notamment lors des pics de consommation qui ont lieu le matin et le soir. Cette dernière évoque même la possibilité de voir des « black-out » (coupures d’électricité) survenir dès l’hiver prochain.

Mais alors pourquoi, malgré toutes ses faiblesses intrinsèques, l’énergie éolienne est-elle parvenue à s’imposer comme un horizon quasi indépassable ?

André Merlin, ancien président-fondateur du RTE, Réseau de transport de l’électricité, rappelle très justement que ce culte voué au renouvelable est né outre-Rhin avant d’atteindre l’Hexagone. La mouvance écologiste naît en Allemagne dans les années 1980 et gagne très rapidement en influence, au point de pousser les autorités germaniques à s’affranchir progressivement du nucléaire jusqu’à le faire disparaître totalement en 2011 sous l’impulsion d’Angela Merkel. Dans le même temps, l’Allemagne se couvre d’éoliennes et de panneaux solaires et… rouvre ses centrales à charbon. Cette idéologie écologiste et antinucléaire contamine les dirigeants français via les recommandations de la Commission européenne et incite nos trois derniers Présidents à tout faire pour faciliter l’implantations de parcs éoliens sur le territoire, quitte à, comme le rappelle M. Merlin, « démanteler les règles en vigueur sur la préservation de la biodiversité française »...

Pourtant, le nucléaire continue d’être une énergie d’avenir

Cette restructuration de l’approvisionnement énergétique français s’est faite au détriment de ce qui faisait jadis la grandeur de la France : sa puissante infrastructure nucléaire jalousée par le monde entier. L’élection de François Hollande en 2012 marque un premier coup d’arrêt au développement du nucléaire avec le projet de fermer la centrale de Fessenheim, projet repris et achevé par Emmanuel Macron, explique le parterre d’experts présents à l’Hôtel de l’Industrie.

Pourtant, le nucléaire est la seule énergie décarbonée apte à offrir au pays un réseau électrique stable, pérenne et à des prix raisonnables. Envisager l’avenir du secteur nucléaire avec les fameux EPR (réacteur pressurisé européen) tout en modernisant et renforçant l’actuel parc de centrales françaises serait, selon Xavier Moreno, directeur du Cérémé, la seule alternative pour refaire de la France une puissance énergétique de rang mondial.

3018 vues

31 mai 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

46 commentaires

  1. Actuellement l’avenir énergétique de la terre est dans le nucléaire, sachant que les techniques d’élimination des déchets évolueront avec le temps.
    En attendant mieux lorsque l’on saura stocker et transporter autrement l’électricité, et que celle-ci soit produite à un coût très bas.
    L’éolien est déja obsolette et ne sert qu’à « engraisser » les industriels et les investisseurs, et politiquement à satisfaire un électorat d’appoint.

  2. l’éolien ne sert qu’à donner l’illusion qu’on fait quelque chose. Son bilan carbone est mauvais, il coûte très cher, il défigure les paysages, il est dangereux pour la faune.
    On le soupçonne d’être la cause d’une fréquence anormale de cancers pédiatriques à Sainte Pazanne (ligne qui passe sous l’école).
    Les Allemands qui en possèdent beaucoup plus que nous vont remettre 15 centrales à charbon en service.
    C’est l’exemple parfait de la fausse bonne idée.

  3. Un grand « Merci » à BV qui soutient les « Antis-Eoliens » et leur « Bras Armé » la Fédération Environnement Durable, même au prix de la Liberté d’Expression…! C’est plus facile de faire le « Buzz », au risque de ridiculiser la personne comme Ph. DE VILLIERS annonçant la fin du Puy du Fou, en cause 2 éoliennes distantes de plus de 35kms en arrière de la scénographie…! Ou Fabien BOUGLE et ses éoliennes sur le Grand Canal de Versailles…!

  4. Personne ne dit que lorsque l’éolienne est « morte », les frais de démolition sont à la charge du propriétaire du terrain ! Il y aura des surprises ! Mais l’Etat…paiera !
    Les vraies solutions sont autres, avec le nucléaire :
    Géothermie : Nous sommes sur une boule de feu inépuisable !
    Hydromotricité : Le mouvement des mers est éternel et on ne les voit pas !

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter