En Allemagne, l’AfD progresse : la grande peur des bien-pensants

AfD logo

Elle monte, elle monte, l’AfD, le parti que l'on dit frère du Rassemblement national et qui siège à ses côtés au Parlement européen dans le groupe Identité et Démocratie. Selon un récent sondage, cette formation politique est créditée de 22 % des voix pour les prochaines élections européennes. Une telle percée inquiète les partis dits de gouvernement, que ce soit le centre droit (CSU-CDU) ou les partis de gauche, SPD, Die Linke ou les Verts.

Car il y a, bien sûr, la perspective des élections européennes où, selon les projections de la plate-forme d’analyses et de sondages Europe Elects, l’AFD gagnerait 22 sièges, contre 9 actuellement. Signalons, au passage, qu’Europe Elects se décrit « comme un chien de garde vigilant de la démocratie dans les pays autoritaires décrits » et entend développer la vision d’« un monde caractérisé par une compréhension politique transfrontalière et une démocratie mondiale dirigée par des citoyens politiquement autonomes ».

Il ne s’agit donc pas vraiment d’un sondage de complaisance.

Et puis, selon le politique spécialiste des droites européennes Lionel Baland, l’AfD est créditée de 31 % aux élections de Thuringe en septembre prochain et le parti de gauche anti-immigration, nouveau venu de la scène politique allemande, obtiendrait dans le même Land 17 % des voix. Dans le Land de Brandebourg, l’AfD, toujours pour ces élections de septembre prochain, est créditée de 28 % des voix.

C’est dire si la question migratoire et, donc, identitaire cristallise les inquiétudes des Allemands, tandis que la coalition de gauche menée par Olaf Scholz se trouve en difficulté dans une Allemagne en crise.

Tout récemment, Alice Weidel, patronne des parlementaires AfD au Parlement fédéral a déclaré au Financial Times qu’un « Dexit » (sortie de l’Allemagne de l’Union européenne) pourrait être envisagé s’il s’avérait impossible de réformer l’UE de l’intérieur, à commencer par la Commission européenne « non élue ». Selon elle, le Brexit est un modèle et non un échec.

À cela s’ajoute la révélation d’une réunion semi-secrète dans un hôtel de Potsdam, en novembre dernier, en présence d’hommes d’affaires et d’hommes politiques identitaires de l’AfD, dont Alice Weidel, mais aussi d’Autriche. L’Autrichien Martin Sellner y a développé - horresco referens - sa vision de la remigration.

Stupeur et tremblements ! En Allemagne, c’est désormais tous contre un

Comme le rapporte avec minutie Lionel Baland, auteur d’une très précieuse veille informationnelle sur la droite patriote et conservatrice en Europe, aucun moyen n’est négligé pour mettre l’AfD au ban de la société civile et politique : ainsi, des manifestations monstres ont eu lieu en Allemagne, le week-end dernier. Les chemins de fer allemands, mais aussi des sociétés de ramassage d’ordures (!) à Berlin prennent position contre l’Afd ; l’ancien président du Bayern de Munich a lancé un appel contre l’AfD lors d’un hommage au footballeur Franz Beckenbauer. Ici, ce sont les évêques allemands qui s’élèvent contre ce parti ; en Hesse, c’est la candidature d’Anna Nguyen, d’origine vietnamienne et membre de l’AfD au poste de vice-président du Parlement, poste qui devait lui revenir de droit, qui est écartée. En Bavière, poursuit Baland, « le ministre-président de Bavière et président du parti social-chrétien CSU Markus Söder désire que la question de savoir si un membre du parti patriotique AfD est autorisé à travailler en tant que fonctionnaire soit examinée ». Et ainsi de suite.

Cet inventaire à la Prévert de la diabolisation montre que celle-ci tourne à plein régime et que, dans une démocratie occidentale à bout de souffle, les élites politiques rejettent ouvertement l’exercice souverain du vote et, donc, la démocratie représentative.

Le peuple, voilà l’ennemi ! Il convient donc de l’invisibiliser dans une sorte de cancel culture politique. Au nom de la démocratie, bien sûr.

C’est donc très démocratiquement que, devant le danger du « retour de la peste brune », la classe politique allemande évoque maintenant l’interdiction du parti. « L’État a le devoir d’étudier une éventuelle interdiction de l’AfD » : ces propos de Wolfgang Thierse, ex-président social-démocrate du Bundestag, que l’on peut lire sur le site 7sur7.be, sont appuyés par cette menace aux allures de sentence du vice-chancelier écologiste Robert Habeck : « s’il est prouvé qu’un parti veut transformer le pays en un État fasciste, il doit être interdit, quelle que soit sa force. » Au nom de l’État de droit ?

Marie d'Armagnac
Marie d'Armagnac
Journaliste à BV, spécialiste de l'international, écrivain

Vos commentaires

32 commentaires

  1. « réunion semi-secrète dans un hôtel de Potsdam » Ils font fort les Allemands, 10 km plus loin et ils étaient à Wannsee ! Pour calmer leurs détracteurs ils auraient plutôt du choisir Munich ou Nuremberg. Cela étant, le projet de l’AfD est tout à fait pertinent.

  2. Je suis en train de relire « L’archipel du goulag » de Soljenitsyne. Nous y allons…Voyez, CNEWS sanctionné…et bientôt BV!

  3. Cela fait bien longtemps que j’explique à mes connaissances que nous ne vivons plus en démocratie ( pas plus en France qu’en Europe ), et que ce fascisme larvé est 10 fois plus dangereux qu’un dictateur assumé, et donc combattable ! J’ai été ainsi taxé d’extrême droite, mais depuis quelque temps, je n’ai plus qu’un silence embarrassé devant mes propos: il semblerait que les yeux s’ouvrent enfin !

  4. Je vis en Allemagne depuis quelques décennies. Certes l’AfD progresse partout, mais surtout dans l’est.
    Soyons prudents cependant : nous vivons ici ce que le FN a vécu et ce que vivent les partis dits d’extrême droite en France (Philippot, Dupond Aignan, Asselineau, Marion Maréchal). Diviser pour mieux régner, on n’invente rien et ça marche. Cabales en tous genres, comme le décrit bien Mme d’Armagnac. Ajouter que Mme Wagenknecht a créé ce nouveau parti (BSW) pour capter une partie des voix qui iraient sinon à l’AfD, notamment donc à l’Est.
    Ces quelques mots pour tempérer fortement un enthousiasme, un espoir qui sera forcément déçu le soir des résultats. Cela fait aussi partie de la manipulation, restons vigilants : faire espérer pour mieux décourager ensuite…

    • Ce n’est pas une bonne nouvelle. Les écolos allemands à 5% des voix, certes, mais à 100 % pour la politique énergétique de la Commission Européenne et de ses sujets. Grâce à Soros.

  5. Quand l’Etat de Droit se transforme en état de droits, on arrive à saccager la démocratie et pour cela la macronie en France et ailleurs en Europe, genre Sanchez en Espagne avec son coup d’Etat pour garder le pouvoir ou encore la Pologne avec Trust qui expulse de leurs postes les gens qui ne plaisent pas et en Allemagne, c’est le parti AfD qui ne plait pas. « J’ai le droit de vous dissoudre », « vous n’avez pas le droit de participer à une élection »…

  6. Ces « partis de gouvernement ont trahi , mais ils veulent conserver le pouvoir, à jeter aux prochaines élections.

  7. C’est amusant que, pour ces gens, un etat « totalitaire » est toujours de droite. L’ex URSS était un havre de liberte, la Chine, la Coree du Nord, Cuba, tous communistes, pour ne citer qu’eux, sont des explemples de pays « libres ». Interdire les partis de droite ? Entre 1920 et 1930, le gouvernement américain a voulu interdire la vente, la production ou l’importation d’alcool. Ce fut la  » prohibition  » dont le résultat à été la multiplication des bars clandestins, l’augmentation de la consommation d’alcool, le développement du crime organisé tournant autour de laboraroires clandestins, et l’apogée du règne d’Al Capone. A tel point qu’au début des années trente, le président Hoover à du « jeter l’éponge », le remède s’etant avéré pire que le mal… Vouloir interdire la droite, c’est mettre le couvercle sur une marmite qui bout : ça fini par exploser…

    • « et l’apogée du règne d’Al Capone » Plus que ça. Grâce à l’énorme tas de fric du trafic d’alcool, Capone et ses associés, parmi lesquels figure en place d’honneur Jean Monnet, fondateur de notre Europe, s’allièrent avec la haute finance de Wall Street en fondant des banques d’affaires. Grâce au carnet d’adresses ainsi obtenu (David Rockefeller, p. ex.), ils n’ont eu aucun mal à investir la sphère politique, décuplant ainsi leurs bénéfices. Et leurs successeurs détiennent toujours le pouvoir politique en Occident, ce qui explique beaucoup de leurs coups-fourrés.

  8. Et en France, Marine le Pen prend ses distances avec l’AFD. Question : Est ce une déclaration de type prophylactique ou une nouvelle manifestation de sa volonté de  » rentrer dans le rang  » s’agissant de l’immigration ? Comme le disait Zemmour, Marine le Pen se chiraquise ! Mais, à force de vouloir être lisse, l’on perd son âme !

    • Ne nous occupons pas trop des autres… chaque chose en son temps… faisons le travail jusqu’au bout, en France… après on pourra voir avec l’Allemagne, les Pays Bas, la Belgique et autres pays qui arriveront à droite… et puis, faudra faire nos preuves… pas vrai ?

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois