[Émeutes] L’autorité de l’État ou le chaos

Nahel Nanterre marche blanche

Après une nouvelle nuit de guérillas urbaines, de pillages et de chaos, la France se réveille encore meurtrie. Du nord au sud de l’Hexagone, des hordes ensauvagées et prédatrices se sont déchaînées et, on ne sait pas par quel miracle, de très nombreux drames ont pu être évités. Car il semblerait bien que la violence ait franchi un seuil par rapport aux émeutes de 2005. Cette fois-ci, ce ne sont plus seulement les voitures des particuliers ou encore les transports et les bâtiments publics qui ont été ciblés. À Fresnes, la prison a été assaillie par des émeutiers bien décidés à tenter de libérer les détenus, à Villeurbanne, un immeuble d’habitation a été volontairement visé par des tirs de mortiers et, à Nanterre, un centre Enedis a été incendié. Autant de signes d’une désinhibition de plus en plus forte de la part d’individus qui, depuis des décennies, savent pouvoir agir en toute impunité.

On a froid dans le dos à la lecture de certains récits comme celui du Figaro, jeudi, décrivant des policiers contraints de « déserter » le quartier Pablo-Picasso à Nanterre en pleine nuit, face aux violences qu’ils subissaient : « Et puis, soudain, à deux heures du matin, tous les véhicules quittent les lieux, abondamment caillassés. "On a gagné !" Un tumulte de ferveur s'empare de la cité, désormais livrée aux seuls émeutiers, qui dressent des barricades dans toutes les rues pour boucher les accès et continuent d'incendier des voitures », indique l’article.

« J'ai mal à ma France », a tweeté, mercredi, le footballeur Kylian Mbappé à l’annonce de la mort du jeune Nahel. Quelle France, a-t-on envie de lui répondre ? Car, manifestement, il en existe plusieurs, aujourd’hui. La France d’Alban Gervaise (médecin militaire égorgé devant ses enfants, en mai 2022) et de Lola (jeune collégienne de 12 ans violée et tuée, en octobre 2022), par exemple. Cette France qui est sommée de se taire et de se soumettre à l’injonction du « padamalgame ». Elle s’en remet alors à la Justice de son pays et ne se répand pas dans les rues en éructant et en incendiant tout sur son passage. Cette France a mal, elle aussi. Mais qui s’intéresse à sa souffrance ? Certainement pas les médias, qui n’y trouvent rien à redire. Ce ne sont, pour eux, que des « faits divers ».

Et puis, il y a une autre France, celle des communautés et des « quartiers ». Une France clanique qui prospère dans les zones dites « sensibles » où sévissent l’islamisme et le narco-banditisme. Ce sont tout sauf des zones de « non-droit ». D’autres règles s’y appliquent, celles du clan. Dans son livre consacré à la violence gratuite en France (aux Éditions l'Artilleur), le pédopsychiatre Maurice Berger décrit des individus ne parvenant pas à se positionner face à lui comme des sujets capables de développer une pensée personnelle. Dans le fonctionnement clanique, le groupe a plus d’importance que l’individu et l’appartenance prend la forme « d’une sorte de lien "inconditionnel" de chacun des membres à l’égard des autres membres ». Quant aux personnes extérieures, elles ne sont elles-mêmes pas perçues comme des sujets mais comme les membres d’un autre clan bien souvent jugé hostile.

Dans cette perspective, les situations dramatiques comme celles ayant abouti à la mort d’un adolescent à la suite d’un refus d’obtempérer ne sont pas considérées comme des « faits divers » impliquant des individus spécifiques mais comme une atteinte au groupe tout entier qui, alors, réclame vengeance et se charge lui-même de l’exercer. Il y a une identification communautaire et clanique qui génère une solidarité d’abord victimaire puis vengeresse.

Nous retrouvons ici la problématique de la « décivilisation » dont Emmanuel Macron s’est récemment fait l’écho, lui qui aime tant se prélasser dans les charmes de la « pensée complexe » plutôt que de trancher et d’agir. Comme l’avait analysé en son temps le sociologue Norbert Elias (1897-1990), les poussées décivilisatrices sont liées à la décomposition de l’État lorsque celui-ci renonce à maintenir son monopole de la violence et de l’exercice de la justice.

Une masse d’individus trouve désormais parfaitement légitime de déchaîner sa fureur et son agressivité à l’occasion du moindre drame ou conflit, encouragée par une extrême gauche toujours prête à souffler sur les braises qui, espère-t-elle, finiront par mettre le feu à la société tout entière et provoqueront l’apocalypse du Grand Soir.

Face à la France tribalisée, il n’est alors d’autre alternative que le rétablissement de l’autorité de l’État ou le basculement dans le chaos. On peut, malheureusement, douter que ceux qui nous ont conduits jusque-là prennent les décisions nécessaires. Alors, oui, face à notre pays qui s’effondre sous nos yeux, nous pouvons dire à notre tour : « J’ai mal pour la France. »

Frédéric Martin-Lassez
Frédéric Martin-Lassez
Chroniqueur à BV, juriste

Vos commentaires

65 commentaires

  1. Nahel, 17 ans, est passé devant le juge 15 fois. Il a joué à la roulette russe une fois de plus. Une fois de trop.

  2. Il y a lieu de faire une distinction entre la France, celle des français constamment agressés ou tués, et la République, celle des voyous, casseurs, et tueurs en tous genres !
    Le chaos est orchestré par la République depuis 1789, sa devise est « ordo ab chaos » ! Ne comptez pas sur l’Etat qui la représente pour y mettre fin, cela devrait être fait depuis longtemps ! Il appliquera sa devise jusqu’au bout, pour instaurer son nouvel ordo, sur ordre du Nouvel Ordre Mondial !

  3. Duoont Moretti monopolise ence moment toutes les chaines infos pour tenir des propos de cafe du commerce devant des magistrats et des elus abasourdis.
    On les a donc réunis en plein we, en pleine crise pour ecouter ces aneries indigestes.
    Ces gens sont indignes et incompétents

  4. Il peut être aussi une stratégie politicienne de laisser un chaos contrôlé à minima afin de conserver le Pouvoir…c’est ce qu’ILS et ELLES appellent « Ordo ab chaos »….Ils se régalent de danser autour du chaudron de Satan. Ce n’est pas nouveau, et la Macronie (de Gauche) est bien formée à cela. Accepter des immigrés plus que de raisons, alors que la consommation, l’industrie, est en recul, la guerre à notre porte, une crise mondiale en cours, c’est jouer aussi avec le feu. Les risques d’agressions de ce petit jeu ne sont pas pour ces Ediles.
    Macron était plus fort pour partir en Guerre contre Covid un ennemi bidonné, que contre les délinquants des quartiers qui sont vraiment là….

  5. Hélas, trois fois hélas Monsieur LASSEZ, combien sont justes vos propos !

    Quel député (de ‘drouate’ peut être, mais aussi, possiblement d’un mouvement simplement adepte de la sécurité dans le pays ??) aura le courage de demander la réouverture des ‘maisons de corrections’ bien utiles au 20ème siècle, pour mater les fortes têtes de ces adolescents imbus de violences àqu’ils exercent seuls ou, de préférence, en groupes ????

    • Oui, je vous suis Maria. En dehors de la suppression des alloc, il faudrait donner à la Police ou aux Gendarmes plus de libertés d’action. Annuler les JO serait souhaitables mais ne pas les annuler serait en cas de gros débordement mortels une grande claque à l’UE et à la petite merde prétendument maire de Paris. Ce sera gravissime je vous le concède.

  6. Il faut responsabiliser les parents des mineurs délinquants en leur faisant payer les dégâts, supprimer les allocations familiales et placer les enfants en centres de rééducation en cas de récidive.

  7. Donnez moi le nom d’une seule entreprise qui voudrait s’investir en France contrairement à ce qu’a annoncé Macron.

  8. Vous condamnez à juste titre la vague de violences qui enflamment notre pays et exprimez l’urgence d’y mettre un terme.
    Mais le problème fondamental qu’il importera de résoudre après coup est celui des causes profondes de la crise. Selon Rivarol,  » Les peuples cessent d’obéir lorsqu’ils cessent d’aimer ». Cette flambée de violences juvéniles traduit un mépris d’une grande partie de la jeunesse pour ses aînés. Le rétablissement de cette irremplaçable confiance intergénérationnelle va s’imposer comme un impératif. Vaste programme comme dirait quelqu’un !

  9. Au vu de la situation actuelle en partie prévue par les renseignements généraux on comprend pourquoi le gouvernement, il y a quelques mois, a demandé aux français de rapporter les armes en leur possession….

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois