Élisabeth Borne, Premier ministre ou première collaboratrice d’Emmanuel Macron ?

élisabeth borne

Ça y est, c’est fait. On a enfin l’oiseau rare, le mouton - ou plutôt la brebis - à cinq pattes, la perle rare. Élisabeth Borne est donc le nouveau Premier ministre. Elle est la vingt-quatrième personnalité et la deuxième femme de la Ve République à être désignée pour prendre possession de l’hôtel de Matignon, considéré comme une véritable lessiveuse pour ses occupants.

Celle qui fut, cinq ans durant, ministre des différents gouvernements d’Emmanuel Macron (Transports, Écologie, Travail) est une technicienne bardée de diplômes (X, Ponts), haut fonctionnaire, préfète, patronne de la RATP de 2015 à 2017. Aucun mandat électif, aucun poids politique, ce qui est un avantage pour Emmanuel Macron. Un avantage car cette bosseuse qui connaît ses dossiers ne fera pas d’ombre au Président. Peu de chance qu’elle lui fasse le coup de celui qui veut être calife à la place du calife. On serait méchant comme Sarkozy, on dirait qu’elle sera sa première collaboratrice, on va dire sa directrice de cabinet. Elle connaît le job puisqu’elle dirigea celui de Ségolène Royal, ce qui lui donne, vite fait et de fait, un label de gauche.

Son nom avait été soufflé, au lendemain du second tour de l’élection présidentielle. Et puis d’autres noms étaient sortis du chapeau médiatique : Marisol Touraine – on a eu peur, franchement -, Audrey Azoulay – charmante personne qui fait sans doute de l’excellent travail à l’UNESCO - et même la LR Catherine Vautrin - une horreur absolue pour les progressistes que sont les macronistes : elle avait manifesté contre le mariage homosexuel ! On pourrait se demander à quoi Emmanuel Macron a joué durant ces longues semaines. A-t-il trouvé du plaisir à faire gamberger tout le petit monde politique et médiatique, sachant que le bon peuple se moque probablement de cette désignation qui n’aura sans doute pas de conséquences sur le prix de l’essence à la pompe et du litre d’huile ? A-t-il vraiment hésité, coché, décoché, recoché les noms sur son petit carnet ? Ou bien cette attente était-elle calculée ? En amusant la galerie avec la désignation du successeur de Jean Castex, Emmanuel Macron a gagné trois semaines sur la campagne des élections législatives qui se tiendront les 12 et 19 juin prochains. C’est toujours ça de pris. Passons sur l'événement que serait la désignation d’une femme à Matignon : on s’étonne, en effet, qu’en France, en 2022, on en soit encore à s’esbaudir d’un tel événement qui ne devrait pas en être un.

On vante les capacités de négociation du nouveau Premier ministre. Peut-être. Néanmoins, on notera que le nom d’Élisabeth Borne est associé à la suspension des soignants non vaccinés. Très important, il paraît qu’il faut dire « Première ministre » et non « Premier ministre ». Effectivement, le progressisme est aux commandes du pays.

Georges Michel
Georges Michel
Editorialiste à BV, colonel (ER)

Vos commentaires

107 commentaires

  1. Serait-ce la même personne en charge de la mission écologique macroneuse du gouvernement qui plébiscitait l’avion au détriment du train au prétexte qu’il était plus polluant et qui sans vergogne portait l’objectif de réduction du parc nucléaire de 50%????
    De qui se moque-t-on?

  2. La France s’apprête à vivre des heures bien sombres… Le verrouillage de Macron va continuer à s’effectuer dans de bonnes conditions avec cette ministre technocrate et dans 5 ans la France la France ne sera plus que l’ombre d’elle-même et disparaîtra peu à peu dans le gloubi-boulga de l’union européenne…

  3. de toutes manières le « 1° ministre » obéira aux ordres du chef, donc je n’attends rien d’elle

  4. Reconnaissons et soutenons votre résistance à ce dictat d’Etat qui voudrait que nous évoquions « une première ministre ». L’Etat sait nous montrer la voie de l’indiscipline en tolérant l’écriture inclusive dans ses Services. Emboitons lui les pas. A l’occasion, nous parlerons du « Premier Ministre ».

  5. la fonction de Premier ministre en France est curieuse, le texte de la Constitution de 1958 fait de lui le chef du gouvernement, et puis une réforme constitutionnelle postérieure fit élire le Président de la République au suffrage universel , onction démocratique oblige, le Président nomme un « collaborateur » , un « paratonnerre politique » , qui suivant les cas, homme politique ou technicien, peut être une menace politique ou non.

  6. Félicitée par Édith Cresson, allez parions : la môme Cresson était restée un an en poste, alors combien de temps pour la nouvelle ?!!

  7. Il nous appartient de permettre à cette dame de battre le record d’un mandat express de moins de 100 jours comme de Premier ministre. Aux urnes citoyens, donnez une majorité droitière à l’Assemblée dès juin prochain et empêchez aux démolisseurs de la France et de sa culture (Nupes, Rennaissance) d’obtenir des sièges lors de cette élection de la dernière chance. Il est encore temps d’inverser la tendance avant l’émergence d’une guerre civile inévitable alors.

  8. Ma prédiction d’hier sur une « Bonne à tout faire » à Matignon est confirmée !
    « Une Borne à tout faire »,
    Borne. E, de plus… ! Elle est bien bonne !

  9. Et de mon expérience des polytechniciens ingénieurs de l’armement, j’ai retenu que contrairement à eux, un TGV qui déraille finit par s’arrêter, lui.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois