C’est l’affolement, depuis lundi soir. Sur les plateaux, les journalistes prennent un ton feutré, baissent le regard, s’habillent de noir… Encore un mort ? Non. Juste un moment de vérité. Un petit coup de projecteur sur les égouts de la gauche morale.

On n’est pas chez les pouilleux, non, on est dans le haut du panier, au cœur de la haute bourgeoisie socialiste, dans le saint des saints du intellectuel et politique. La figure qui tombe, ce lundi soir, c’est Olivier Duhamel. Un personnage que nul n’ignore, une figure à laquelle chaque ambitieux fait allégeance. Une autorité dont on cherche l’onction. Un socialiste historique redresseur de torts dont le bon peuple découvre que sa belle-fille l’accuse d’être un violeur d’enfant, d’avoir eu des gestes plus que déplacés sur son beau-fils. C’est la jumelle de la victime, Camille Kouchner, qui en fait la révélation dans un livre à sortir ce jeudi, La Familia grande (Seuil). L’intelligentsia, elle, savait mais n’a rien dit.

Pour comprendre, il faut replonger dans les alcôves de l’entre-soi. Déjà, en 1994, Jean-Pierre Colin ‑ un ami de jeunesse de Jack Lang qui l’avait suivi rue de Valois et ne s’en était pas remis – expliquait le maillage de ce petit monde. Dans L’Acteur et le Roi. Portrait en pied de Jack Lang, il écrivait d’Olivier Duhamel : « Fils de l’ancien ministre Jacques Duhamel, il a épousé Évelyne Pisier, laquelle est la sœur de Marie-France Pisier, longtemps la compagne de Georges Kiejman, laquelle Évelyne Pisier est aussi l’ex-épouse de Bernard Kouchner, lui-même devenu compagnon de Christine Ockrent, lequel Kouchner a un frère qui a épousé Georges Duby… J’arrête car je finirais par vous révéler que Serge July est ces derniers temps l’ami de Catherine Deneuve… » C’est la gauche tuyau de poêle.

On est dans la mouvance post-68, Évelyne Pisier (de dix ans l’aînée de Duhamel) a été, durant quatre ans, la compagne de Fidel Castro ; c’est aussi l’époque où Jack et Monique Lang s’en vont pêcher la langouste sur le yacht du révolutionnaire, drainant après eux le monde du spectacle qui pétitionne à tour de bras « contre l’interdiction pénale des relations sexuelles avec les enfants »… Mariés par Michel Rocard, les époux Pisier-Duhamel voulaient adopter des petits Chiliens. Encore un brevet de bonne conduite.

Les années ont passé, Duhamel a continué de grimper dans l’échelle sociale. Ariane Chemin, qui a enquêté sur l’affaire pour Le Monde, dresse la liste des médailles : « À 70 ans, le constitutionnaliste règne sur la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP), qui finance Sciences Po et dont le conseil d’administration est l’un des lieux d’influence les plus verrouillés du monde universitaire.[…] Il préside Le Siècle, ce club prestigieux – et très masculin – où se retrouve l’élite française. Il coanime aussi, chaque samedi, sur Europe 1, l’émission “Mediapolis ” et commente l’actualité sur les plateaux de la chaîneLCI. Enfin, il est membre du comité de pilotage de la fondation Culture et Diversité, de son ami l’homme d’affaires Marc Ladreit de Lacharrière. » Il a, ce mardi, démissionné de toutes ses fonctions et coupé son compte Twitter.

En haut lieu, on se pince le nez. On songe à l’affaire Strauss-Kahn, aux cris d’orfraie des bons amis plaignant cette pauvre Anne Sinclair. Camille Kouchner dit que l’affaire du Carlton fut, pour elle, un électrochoc. Sa mère Évelyne Pisier (morte en 2017), confite dans son alcoolisme, a toujours pris le parti de son mari contre ses enfants, excusant les faits qu’il ne niait pas avant de se poser, elle, en victime et d’accuser sa fille de détruire la famille. Classique dans les histoires d’inceste…

Le récit de Camille Kouchner est une plongée dans le sordide de la gauche caviar. L’omerta y règne plus qu’ailleurs : pas question de dénoncer les turpitudes de ceux qui se sont arrogé le monopole de la culture, de l’esprit et de la morale.

5 janvier 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.