Droits des femmes : le silence complice de l’ONU devant l’Arabie saoudite

©Roman Krukovsky/wikimedia
©Roman Krukovsky/wikimedia

Certains ont cru à un poisson d’avril ou à une nouvelle du Gorafi, et pourtant, c’est bien l’Arabie saoudite qui a été élue, le 27 mars, pour présider la 69e commission de la condition féminine à l’ONU en 2025. La monarchie du Golfe est désormais aux commandes pour promouvoir « l’égalité des sexes et de l'autonomisation des femmes ». Nous voilà rassurés !

Droit de violer sa femme

Si une poignée de progressistes se félicite des pseudo-avancées du roi Mohammed ben Salmane depuis sa loi relative au statut personnel du 8 mars 2022, date de la Journée internationale des droits des femmes, permettant entre autres un âge minimal pour le mariage, la liberté de conduire, de détenir un passeport, de ne pas être voilée dans l’espace public, l'accès aux stades ou aux concerts, la réalité est évidemment encore loin de faire rêver.

« Aucun de ces changements ne change la condition réelle de la femme. L’homme continue d’avoir un droit de veto sur toutes les nouvelles libertés octroyées », témoigne Lina al-Hathloul, sœur d’une militante féministe emprisonnée trois ans par le régime saoudien. Car outre quelques réformes positives, Amnesty International, qui a publié une analyse détaillée de cette loi présentée comme « une avancée vers le progrès et l’égalité », rappelle que les femmes doivent toujours « obéir » à leur époux, et de cette obéissance dépendra le soutien financier du mari envers sa femme. Le refus des relations sexuelles avec son mari, de vivre au domicile conjugal ou de voyager sans lui « sans excuse légitime » pourra également conditionner ce soutien pécuniaire, comme le rapporte le Guardian. En outre, elles doivent obtenir l’autorisation d’un tuteur de sexe masculin pour se marier et pour valider le contrat de mariage. Enfin, le viol conjugal n’est pas considéré comme une infraction.

De façon prévisible, désormais, l’heure est aux cris d’orfraie et réactions indignées derrière son clavier : « Un pays qui emprisonne des femmes simplement parce qu'elles défendent leurs droits n'a rien à faire au sein du principal forum des Nations unies pour les droits des femmes et l'égalité des sexes », dénonce, sur X, Louis Charbonneau, directeur du plaidoyer auprès des Nations unies à Human Rights Watch : « Cela témoigne d'un mépris choquant pour les droits des femmes partout dans le monde. »

Les féministes avaient piscine

Mais le plus grave, dans cette affaire, n’est peut-être pas tant que l’Arabie saoudite incarne le droit des femmes, aussi incongrue et scandaleuse que cette élection puisse paraître à l’évidence. C’est aussi, et avant tout, le silence pesant et coupable des 45 membres de la commission, qui n’ont présenté ni candidat rival ni objection. Abandonnant, par aveuglement, les femmes de demain entre les mains d’une monarchie des plus répressives, ces lâches petits soldats onusiens ont acclamé Abdulaziz Alwasil, l’ambassadeur saoudien. Quelle crédibilité peut encore avoir cette commission dite de la condition féminine ? Sans doute la même que celle de nos féministes en carton qui se couchent, elles aussi, apparemment, devant cette élection. Silence radio de Mathilde Panot, Alice Coffin ou Sandrine Rousseau. Cette dernière, trop occupée à défendre le droit des orques et des dauphins de Marineland, devait avoir piscine, ce jour-là…

Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 05/04/2024 à 22:27.
Iris Bridier
Iris Bridier
Journaliste à BV

Vos commentaires

24 commentaires

  1. « Quelle crédibilité peut encore avoir cette Commission dite de la condition féminine ? » Plus largement, quelle crédibilité peut encore avoir l’ONU? Et toutes les autres agences internationales, OMS et Unicef en tête, qui ont oublié depuis longtemps leur rôle fondateur pour se livrer aux délices de la politicaillerie.

  2. On ne sait plus quoi faire pour montrer des signes de soumission à cette religion et à ces gens-là à quelques jours près j’aurais pris ça pour un poisson, mais c’est la triste réalité. Je me demande ce que cherche l’Occident, ce qu’on veut démontrer et où on veut aller, à moins que quelque générosité fasse pencher le fléau de la balance.

  3. l’Iran et le Pakistan, ont été élus en 2021 pour rejoindre la Commission de la condition de la femme des Nations Unies (CSW) – organe intergouvernemental «dédié exclusivement à la promotion de l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes ». Au royaume des aveugles les borgnes sont rois !

  4. Quand il s’est agi de poursuivre la délinquance, on a mis Vidocq (ex-malfrat repenti) comme chef de la police. De même, pour fermer les maisons closes, on a nommé Marthe Richard, es-prostituée repentie comme ministre. Il est donc normal de mettre le chef d’un pays misogyne comme défenseur de la femme. Logique ! (à condition qu’il soit vraiment repenti ???!!!)

  5. @Iris Bridier votre article me semble tout de même très à charge contre l’Arabie Saoudite!
    Je me permets de vous rappeler que pour nous, femmes chrétiennes, nous sommes sensées écouter les paroles de Saint Paul, qui nous rappelle que la femme doit être soumise à son mari !
    Moi je pense que malheureusement pour lui et pour son peuple, MBS semble être un monarque très moderne qui va certainement provoquer l’Ire des conservateurs de son pays …

    • Saint Paul doit d’urgence retrouver le chemin de Damas ! C’est un appel des Saintes Femmes que j’ai entendu lors de mon dernier passage à la Sainte Baume.

    • Il me semble qu’entre être sensées et être obligées sous peine de de répudiation, voire pire, il y a un monde.

  6. L’ONU, l’OTAN, c’est la même soupe!
    Seuls les couards y adhérent, on n’y favorise que ceux qui détiennent le fric et l’énergie …
    Et les seuls qui y commandent dans leur seul intérêt, ce sont les USA.

  7. Évidemment la priorité absolue de Mme Rousseau et des extrémistes de gauche est d’intervenir à l’appui du bâillonnement de la liberté d’expression sur les chaînes de TV par l’ARCOM. Comme en URSS sous Staline !

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois