Le 11 novembre dernier, le compte officiel de la série israélienne Fauda annonçait la mort de son producteur, Matan Meir. Ce dernier était engagé comme sergent-chef réserviste de Tsahal au sein du 697e bataillon de la 551e brigade et participait aux opérations militaires qui ont encore cours dans la bande de Gaza en réponse aux sanglantes attaques du 7 octobre dernier. Il aurait été tué aux côtés de cinq autres soldats lors d’une opération dans un tunnel près d’une mosquée de Beit-Hanoun, au nord de la bande de Gaza. Il avait 38 ans.

Officiellement, Tsahal a annoncé la mort de 44 de ses soldats depuis le début des opérations militaires en territoire palestinien, s’ajoutant aux militaires tués lors des attaques du 7 octobre. D’autres membres de l’équipe de tournage de Fauda se sont également engagés dans l’armée israélienne, comme les acteur Tomer Kapon, Yaakov Zada Daniel, Idan Amedi et Lior Raz ou encore le cocréateur de la série Avi Issacharoff. Il est à noter que Lior Raz s’est engagé dans l’organisation Frères d’armes, critique de la politique de Netanyahou mais néanmoins patriote. La série Fauda, très populaire en Israël et dans le monde, suit le quotidien des membres d’une brigade spéciale des services secrets israéliens, Mista’arvim, et leurs efforts pour infiltrer le commandement du Hamas. Elle compte déjà quatre saisons diffusées et en préparait une cinquième avant les attaques du 7 octobre.

Cette nouvelle dramatique nous rappelle qu’il est encore possible, à l’ère des réseaux sociaux et de l’intelligence artificielle, d’appartenir au monde de la culture et du spectacle tout en étant prêt à se battre et mourir pour son pays et son peuple. Cela s’est également vérifié lors du conflit russo-ukrainien où participèrent, notamment, le joueur de rugby Oleksi Tsibko, tué lors de la bataille de Boutcha, l’acteur Pasha Lee, tué à Irpin, ou encore l’ancien boxeur devenu homme politique et maire de Kiev, Vitali Klitschko. Alors que la grande majorité des membres de ces professions se signalent, outre un engagement très à gauche, par une hostilité sans faille au patriotisme considéré comme fasciste, voire par une haine de leurs origines, il existe encore de solides exceptions, y compris en Europe et aux États-Unis (tels James Woods ou Jon Voight).

Retrouverait-on de semblables engagements courageux et même sacrificiels, en France, parmi les célébrités actuelles ? Il y a, a priori, peu de chances, même si l’on n’est pas à l’abri d’heureuses surprises. Il est également bon de se souvenir qu'il fut un temps où l’on pouvait encore compter sur de tels engagements chez nous, ceux d’un Jean Marais, d’un Claude Dauphin ou d’un Jean Gabin durant la Seconde Guerre mondiale notamment.

4347 vues

15 novembre 2023 à 18:36

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

12 commentaires

  1. Sans aucunement le souhaiter, bien que tout soit fait pour qu’on y tombe, un conflit où la France devrait s’engager distinguerait vite les patriotes des profiteurs. La position des « célébrités » nationales après les attaques contre le peuple Israélien a en parti donné une réponse.

    1.  » un conflit où la France devrait s’engager distinguerait vite les patriotes des profiteurs.  » Vite alors, car vu l’état de notre armée et de notre esprit de défense, il y a peu de chances que ce conflit dure plus de trois jours.

  2. « Retrouverait-on de semblables engagements courageux et même sacrificiels, en France » !! Poser la question c’est y répondre ………..

    1. Contrairement à Le Pen, Delon n’a pas participé aux combats en Indochine. Né en novembre 1935, à 17 ans il devance l’appel sous les drapeaux et effectue son service militaire dans la Marine nationale. Après un passage au Centre de formation maritime de Pont-Réan, il poursuit son service militaire en 1953 à l’École des transmissions des Bormettes. Après qu’il a été pris pour un vol de matériel17, la Marine nationale lui laisse le choix entre quitter la Marine ou prolonger son engagement de trois à cinq ans. Matelot de 1re classe, il est alors affecté à la compagnie de protection de l’arsenal de Saïgon. Vers la fin de la guerre d’Indochine, il est mis aux arrêts pour avoir volé une jeep et fait une virée au cours de laquelle le véhicule est tombé dans un arroyo. Son brevet de radio lui est retiré et il est exclu de la Marine

  3. En France tel BHLevy ils se font photographier en studio sur un tas de ruines pour duper les gens ,quand aux palestiniens ils manifestent ici mais ne font aucun effort pour rejoindre leurs frères d’armes et se battrent à leur côté . Honneur à ceux qui se battent pour leurs pays .

    1. La Palestine ne possède pas suffisamment d’armes pour les bras palestiniens, d’où l’Intifada, où ils doivent se contenter de pierres pour combattre les chars de l’armèe sioniste.

      1. Heureusement pour les israëliens parce que si c’était le cas il n’y aurait plus d’Israël et plus non plus la question de l’existence de deux pays .

      2. « La Palestine ne possède pas suffisamment d’armes pour les bras palestiniens » Première nouvelle. Ca vient de sortir? La Palestine, entité abusivement élevée au rang de pays, croule sous les dotations des pays voisins, Arabie, Egypte, Iran entre autres. Et la Commission européenne, jamais en retard pour les conneries dispendieuses.

    2. Les Palestiniens essaient de défendre leur pays occupé, et, eux, ne veulent pas l’abandonner et ne traversent pas la Méditerranée pour accoster à Lampedusa…

Les commentaires sont fermés.