Editoriaux - Politique - Presse - Table - 27 juin 2017

Sur les pas de Hollande, Angela Merkel prête à dénaturer le mariage

Sous ses dehors austères de mère protectrice de la patrie germanique, Angela Merkel est une femme d’ouverture. La chancelière, on s’en souvient, avait ouvert les frontières de son pays aux migrants, avant de tergiverser. La toute-puissante matrone souhaite désormais ouvrir une “discussion” sur le mariage homosexuel.

C’est un véritable pavé qu’Angela Merkel vient de lancer dans la mare démocrate-chrétienne allemande. La CDU, son parti, s’est, en effet, toujours déclarée hostile au principe et préfère s’en tenir au “partenariat de vie” en vigueur depuis 2001.

Interrogée par le magazine féminin Brigitte – prénom désormais revenu à la mode -, Angela Merkel souhaite aller “dans le sens d’une prise de décision en conscience”. En d’autres termes, la chancelière est pour l’ouverture, mais craint une réaction hostile de l’opinion, semblable à celle qui avait ébranlé la France à l’époque de la Manif pour tous – quoiqu’une majorité d’Allemands semble être favorable au mariage pour tous.

Politiquement, Angela Merkel souhaite court-circuiter ses adversaires politiques qui, des sociaux-démocrates aux libéraux-démocrates, ont déjà affirmé qu’ils ne s’engageraient dans aucune coalition, après les élections de septembre, si le sujet ne se trouvait pas sur la table. Katrin Göring-Eckardt, coprésidente du groupe des Verts au Bundestag et chef de file des écologistes aux législatives, a pris la balle au bond et souhaite faire voter un texte “dès cette semaine”.

À une époque où les dirigeants politiques et leurs partis se pressent dans les Gay Pride – la palme revenant à Justin Trudeau défilant avec des chaussettes célébrant la fin du… ramadan à la marche des fiertés de Toronto -, la chancelière allemande a probablement voulu moderniser son image et celle de son parti.

On comprend qu’avec cette ouverture au mariage homosexuel, nous assistons à une nouvelle ouverture sur le front sociétal en Europe. Coïncidence : en France, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) vient de se prononcer pour l’ouverture aux couples de femmes et aux femmes célibataires de la procréation médicale assistée (PMA) jusqu’alors réservée aux couples hétérosexuels en cas d’infertilité.

En Belgique, qui se vante d’être « en avance » sur ces dossiers, le mariage est ouvert à des personnes de même sexe depuis 2003. Dans ce même pays, les partis démocrates-chrétiens y jouent les fiers-à-bras sur leur char à la Gay Pride. Peut-être qu’un jour, vu l’évolution du monde, Angela Merkel ambiancera la marche des fiertés de Berlin.

À lire aussi

Plus de droite en Belgique francophone après le 26 mai ?

La division de la droite assumée, pour des questions d’ego, est aujourd’hui catastrophique…