« Vous avez la de contester les lois, Monseigneur, de vous battre pour qu’elles changent. » Qu’elles semblent lointaines, ces déclarations de Gérald Darmanin, le 26 juin dernier, en présence de Mgr Lebrun, archevêque de Rouen. C’était à l’occasion de la cérémonie républicaine pour la paix et la fraternité organisée en au père Hamel, assassiné cinq ans auparavant par des terroristes islamistes. Aujourd’hui, après que Mgr de Moulins-Beaufort a affirmé que le secret de la confession était plus fort que les lois de la République, le ton a sensiblement changé : « La loi de la République s’impose aux églises », martèle le matamore de la place Beauvau qui a convoqué le président de la Conférence des évêques de France au ministère de l’Intérieur, ce mardi 12 octobre.

semble ignorer ce que Mgr de Moulins-Beaufort sait très bien : l’ est d’abord l’Église du Christ et, à ce titre, elle n’est maîtresse ni de son enseignement ni de ses sacrements. L’inviolabilité du secret de la confession fait partie de ce dépôt qu’on ne peut changer comme l’est, par exemple, l’exclusion des femmes du sacerdoce. Elle est une conformation du prêtre au Christ qui était un homme. Que se passera-t-il, demain, quand les « lois de la République » exigeront, au nom de la parité, que la moitié des personnes ordonnées soient des femmes ? On mesure là les limites de la loi de séparation de 1905 qui semblait considérer que les religions ne se préoccupaient que de considérations spirituelles, cantonnées aux lieux de culte et aux sacristies.

Or, toute est porteuse d’une anthropologie et donc d’une vision de l’organisation de la société. Cette conception, pour le croyant, n’est pas négociable car elle repose sur la volonté de Dieu, qui ne change pas, et non sur des majorités démocratiques ou des combinaisons d’appareil, par nature fluctuantes.

Enfin, il est un peu navrant d’entendre Mgr de Moulins-Beaufort définir la confession comme un « espace de parole libre qui se fait devant Dieu ». C’est un peu court. Quand l’Église croyait au péché et à la nécessité du pardon, elle enseignait que la confession était le sacrement par lequel le pécheur, ayant fait l’aveu de ses fautes à Dieu, recevait de Dieu, par le simple intermédiaire du prêtre, le pardon de ses péchés. À condition d’effectuer la pénitence demandée et de prendre les moyens d’éviter de chuter à nouveau. Trahir le secret de la confession revient à trahir l’aveu du confessant à Dieu lui-même. Qui, parmi les doctes commentateurs de ce bras de fer, mesure l’impossibilité, pour un catholique et pour un prêtre, d’accéder à cette exigence ?

8 octobre 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

4.4 8 votes
Votre avis ?
60 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires