Il s’agit là d’une ancestrale loi d’airain en  : chaque fois que l’on promeut tel ou tel, on ne fabrique que des ingrats (les promus) ou des aigris (les pas promus). Ainsi, et toujours à propos de promotion, , participant de cette seconde catégorie, ne l’a pas été… promue, au secrétariat d’État à la Communication audiovisuelle, sous-maroquin qu’elle guignait pourtant de longue date.

À en croire L’Opinion, Aurore Bergé aurait pu être bloquée par le nouveau ministre de la , Roselyne Bachelot, l’ayant semble-t-il jugée trop « légère ». Parole d’experte ? Toujours selon les mêmes sources, la députée des Yvelines et porte-parole de LREM, « insupporterait en haut lieu, notamment dans sa façon de survaloriser les attaques dont elle fait l’objet ».

Il est vrai que, le 24 février 2018, invitée sur le plateau de « Salut les Terriens », émission alors présentée par Thierry Ardisson, les internautes l’avaient quelque peu raillée quant à sa tenue, le bas de son décolleté arrivant tout près du haut de sa robe, assez courte du bas, elle aussi. Bref, ce soir-là, elle avait fait des économies sur le tissu. D’où ce tweet offensé : « Alors vous savez quoi ? Je n’ai pas à être jugée sur la longueur de ma robe. Ni moi, ni aucune femme. Je n’ai pas à subir d’insultes, de harcèlement ou pire, en raison d’une robe. Ni moi, ni aucune femme. Rien ne justifie ou n’excuse cela. » La vérité oblige à dire que « cela » était tout de même un brin surjoué. La prochaine fois où elle ne voudra pas affronter des yeux égrillards, ceux de Laurent Baffie par exemple, elle se fera inviter au « Jour du Seigneur », émission dominicale toujours en quête d’hôtesses de marque.

Plus sérieusement, ce sont d’autres intermittents du spectacle qui n’ont pas été retenus au casting gouvernemental, dont , patron du parti au pouvoir, ou Gilles Le Gendre, président de son groupe parlementaire. Mais encore , le mathématicien à l’araignée (au plafond ?) ayant fait montre de tout son talent, lors de la dernière élection municipale à . Et, pour finir, (LR), seul de son camp à avoir voté la confiance au gouvernement Castex : cette audacieuse reptation d’échine n’aura manifestement pas suffi.

C’est finalement un député LREM qui résume le mieux l’affaire, à nos confrères de L’Opinion : « Il y a volonté, pour 2022, de nous débarrasser de tous ceux qui nous ont emmenés dans le mur. » C’est-à-dire tous les amateurs et autres transfuges estimant que la victoire d’Emmanuel allait signifier leur triomphe. Voilà de sympathiques gandins et péronnelles qui ont encore beaucoup à apprendre en matière politique, n’ayant visiblement pas compris que l’heure n’était plus à la « start-up nation » mais plutôt au retour à ces vieux fondamentaux politiques ayant de longue date fait leurs preuves.

Quant à Aurore Bergé, dont on ne sait pas de quelle manière elle était habillée ce jour-là, Le Point nous dit que, ce 6 juillet, au pot de Matignon censé fêter le tout nouveau gouvernement de Jean Castex, elle aurait fait comme un caprice d’enfant, à en croire l’un des participants : « C’était lunaire ! Elle est partie en courant dans le parc et en est revenue peu après avec les yeux rougis. On l’entendait dire tout haut “J’ai tout donné à la Macronie” ! »

On remarquera qu’avant, elle avait déjà « tout donné », dans le désordre et sans ordre de préférence, à Valérie Pécresse, , Nicolas Sarkozy, Nathalie Kosciusko-Morizet, François Fillon, quittant l’un pour rallier l’autre. Et d’ensuite faire don de sa personne à Emmanuel Macron.

En politique, la fidélité n’est que rarement récompensée. On ne le dira jamais assez.

30 juillet 2020

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Pass sanitaire : ça a du mal à passer, dans la majorité présidentielle !

Le pass sanitaire a du mal à passer, à l’Assemblée. D’où cette pièce de boulevard, avec le…