Crack, prostitution, agressions : la spirale. Reportage choc à Marseille

img_4259

S’il fallait un exemple de la « défrancisation » de notre pays, Marseille en est assurément un. La cité phocéenne, jadis capitale de lumière pour toute la Méditerranée, est devenue en quelques années le laboratoire de tous les malheurs français : pauvreté, trafic de drogue, immigration de masse, islamisation, prostitution - tous les maux qui accompagnent le Grand Remplacement.

En quelques heures seulement sur place, notre équipe a été témoin de tous ces symptômes, à commencer par une agression survenue place Labadié. Sur des images transmises par un riverain, on peut apercevoir l’agresseur. Les badauds sous l'effet du crack tentent de le rattraper et la police de le saisir. « On voit ça tous les jours », nous témoignent alors des habitants de Marseille, fatigués. Tous les jours, ce sentiment de dépossession face à une paupérisation rampante de leur ville et de leur pays, l’arrivée toujours plus nombreuse d’immigrés imposant leurs codes, leurs commerces, leurs valeurs, leurs voiles.

L'islamisation de la ville de Marseille cohabite avec un phénomène qui survit depuis des dizaines d’années sur lequel nous avons aussi mené l'enquête : la prostitution, notamment place Labadié. Un phénomène pourtant peu compatible avec les mœurs islamiques… En plein cœur du Ier arrondissement, des réseaux font pourtant vivre cette économie locale parallèle. Des femmes y paraissent seins nus, devant un parc souvent fréquenté par des familles et des enfants. Notre équipe tentera de pénétrer après 23 heures dans la cité de la Castellane. Images choc.

Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 04/04/2024 à 13:36.
Jordan Florentin
Jordan Florentin
Journaliste à BV

Vos commentaires

23 commentaires

  1. Pour perdre une guerre, encore faut-il l’avoir menée, et dans le cas précis, à part la police qui fait son boulot du mieux qu’elle peut, cette chose qu’on appelle la « justice » est dévoyée par ceux du syndicat de la magistrature, les autres ont peur de représailles, car non soutenus par la hiérarchie et les politiques, la France va devenir un narco-état.

  2. Merci aux journalistes de BV qui prennent de gros risques afin de nous tenir informés sur la France de Macron.

  3. La Ve République devrait s’inspirer des États d’où proviennent nombre de nouveaux indésirables! Par quelle tordue formule politique s’y prennent-ils pour se départir ostensiblement de leurs mal-aimés via un parcours du combattant méditerranéen ? Au grands maux les grands remèdes, le verbatim de l’État de droit Hexagonal devrait être frappé de quelques alinéas avant d’être frappé d’une spirale de paupérisation de force majeure, trouvez pas?

  4. Tant que les autorités n’appliqueront pas la bonne méthode pour traiter tous les criminels ou récidivistes de tous acabits, il y aura sans cesse un retour du bâton et tout sera à recommencer: pas assez de place en prison, de gardiens pour les surveiller et les crédits pour organiser tout ça. Pour les criminels, pas nécessaire de respecter la convention de Genève, donc vous savez quoi faire….

  5. Au moins les pays d’Amérique du sud envoient la police et l’armée faire le ménage de temps en temps. En France, on ne fait surtout rien de peur de mécontenter la gauche. Au moins, qu’on laisse les usagers crever de la drogue et les dealers des règlements de comptes puisque c’est ce qu’ils cherchent

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois