Le président algérien Abdelmadjid Tebboune peut se frotter les mains. La délégation française a fait demi-tour, ce lundi 10 octobre, après deux jours passés à Alger. Deux jours qui ne resteront pas dans les annales des démonstrations de puissance de notre pays. La France, sixième puissance mondiale, s’est rarement fait à ce point promener par un pays étranger, dont le PIB atteint 3.765 dollars par habitant en 2021, essentiellement grâce à ses ressources en matières premières, contre 43.500 dollars de PIB par habitant pour la France….

On s'y attendait. Le pouvoir algérien aura pu jouir, sans bourse délier, du spectacle des courbettes réalisées sans honte par l’ancienne puissance coloniale. La France avait mobilisé le ban et l’arrière-ban. Pas moins de quinze ministres ont traversé la Méditerranée. Sur place, Élisabeth Borne a déposé, comme prévu, une gerbe au monument des Martyrs, haut lieu de la mémoire algérienne de la guerre d'indépendance menée contre la France et ses soldats d'active ou en cours de service militaire. Soit une gerbe aux anciens ennemis du pays…

Tout cela pour… rien ou pas grand-chose. Le gouvernement algérien pourra se vanter d’avoir fait venir la moitié du gouvernement français et de l’avoir bercé des flûtes de l’amitié. Pas un accord concret, ni sur le gaz, ni sur les visas, ni sur les retours des migrants illégaux expulsés de France - les dossiers brûlants actuels. Pas un mot officiel sur la densité d’Algériens dans nos prisons et devant nos tribunaux. Le président algérien a gentiment promené ses visiteurs. « Il y a des discussions qui se poursuivent dans des domaines où nous n’avons pas encore signé d’accords », susurre-t-il, la bouche en cœur.

La visite a tourné à la foire aux protocoles : les ministres français présents sur place en ont signé pas moins de douze, truffés de belles phrases, de grandes déclarations d’amitiés et d’intentions naïves qui n’engagent à rien.

De son côté, le Premier ministre algérien Aïmene Benabderrahmane est allé droit au but : « Bienvenue aux investisseurs français en Algérie. » Les deux gouvernements ont d’ailleurs mis sur pied un forum d’affaires franco-algérien. Autrement dit, bienvenue à l’argent français ! Message reçu cinq sur cinq par Élisabeth Borne : « L'Algérie est engagée dans une ambitieuse diversification de son économie. Les entreprises françaises sont prêtes à participer à ce mouvement, à contribuer à l'amplifier », caresse le Premier ministre. C’est une nouvelle période, une nouvelle page, une nouvelle relation qui s’ouvre, explique le pouvoir. Jouez, flûtes du désert, chantez coucous ! La France ronronne de bonheur et ferme les yeux : l’Algérie, elle, se frotte les mains. L'Hexagone est déjà le deuxième investisseur en Algérie, selon le FMI. 500 entreprises françaises emploient là-bas 40.000 salariés. Tout cela ne semble pas engager les autorités algériennes à la reconnaissance vis-à-vis de la France, loin s’en faut.

Le gaz ? Un contrat mirifique vient d’être noué avec l’Italie. L’Espagne s’approvisionne largement en Algérie. La France, elle, est revenue bredouille. L’immigration illégale ? Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin en a, paraît-il, longuement discuté avec son homologue algérien. Les discussions se prolongent. C’est drôle, on a comme un doute sur leur issue… Les fameuses OQTF (obligations de quitter le territoire français) des citoyens algériens venus chez nous d’un bel élan de générosité mais en toute illégalité ? Darmanin aurait évoqué le sujet, discrètement, en tête à tête. En attendant, Paris fait semblant de serrer les visas, ce dont les immigrés clandestins n’ont cure. Pour Alger, la France reste une sympathique vache à lait qu’on rémunère au mieux de belles promesses et au pire d’un seau d’injures.

On allait oublier la commission d’historiens désignés par les deux pays pour apaiser le climat : sur ce point, la France est proche d’un accord. On craint le pire… La France a bien fait de mobiliser la moitié du gouvernement et pas mal de kérosène au moment où les Français faisaient la queue à la pompe. Évoquant ce voyage en Algérie, Élisabeth Borne a fait part de sa satisfaction : « J'ai le sentiment que, ensemble, nous avons avancé », s'est réjoui le Premier ministre.

Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 12/10/2022 à 22:04.

17120 vues

11 octobre 2022 à 21:15

Partager

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

51 commentaires

  1. Si on se réfère à l’histoire ancienne, le contentieux entre ce qu’il n’était pas encore l’Algérie de nos jours, soit avant 1830, les Algérois pratiquaient la course en Méditerranée et en Atlantique le long des Côtes Européen, on se rappel de l’affaire de l’île de Noirmoutier. Ces Algérois faisaient des razzias dans le sud de la France ce qui fait dire que le contentieux si on pratique comme eux de ressasser le passé, n’est loin d’être en leur faveur. Même sur internet nous pouvons très facilement nous renseigner avec bon nombre de faits avérés, comme par exemple le sort arrivé à Miguel de Cervantes auteur de Don Quichotte.

  2. Je ne comprends pas pourquoi les USA ne vont pas aussi s’excuser a Alger pour les horreurs qu’ils ont commises en Algérie et Lybie en 1805 et 1815. Leurs amiraux Decatur et Bainbridge ont bombardé Alger et Tripoli, détruit les flottes de pirates Barbaresques et tué l’amiral Algérien Hamidiou ! Biden devrait venir s’excuser avec la moitié du Congrés, verser des milliards de $ et accueillir des millions de migrants du Mahgreb !

  3. Et la fraude sociale on en parle , combien de centenaires perçoivent des pensions ? combien de fausses cartes vitales détenues par des algériens en France ? combien d’algériens en France ? combien d’algériens viennent se faire soigner en France ?
    Ce voyage est une honte et une humiliation de plus pour la France.

  4. Non , la France ne s’est pas mise à genoux devant l’Algérie ! Mieux , elle s’est déculottée ! Pas par exhibitionnisme pour montrer son fondement , mais pour se faire … (censuré par moi-même)… . Avec beaucoup de vaseline …
    Il faut absolument se passer de leur gaz . Au besoin en achetant du gaz de schiste américain : il n’est pas plus cher , car les Algériens ne nous font aucun cadeau . Remettons en route nos réacteurs nucléaires à l’arrêt ; construisons-en d’autres . Et que les escro-logistes arrêtent de nous seriner des sornettes imbéciles avec leur éoliennes dont personne ne veut près de chez soi et qui seront un gouffre financier quand il faudra les déconstruire dans une vingtaine d’années .
    Plus aucun visa pour les Algériens tant qu’ils ne reprendront pas leurs délinquants : migrants et bi-nationaux . ( supprimer la bi-nationalité ) .

  5. Comment voulez-vous que le peuple se comporte de manière civilisée et avec honneur et honnêteté lorsqu’il voit tous les jours ses gouvernants se comporter comme des sangliers dans une bauge ? L’exemple vient d’en haut. Ce n’est pas nouveau. Je n’ai pas honte d’être Français mais j’ai honte pour ces individus de cour des miracles.

  6. mais quand cette armada de croquants censes nous représenter ferat elle le travail? faudras il aller les chercher avec des fourches ou ressortir la bascule a charlot pour les obliger a justifier leurs rémunérations et leurs retraite les Francais ont ras le bol de cette immigration incontrolée et des retraite versées a des morts en Afrique, de changer de continent juste en prenant le bus ou le métro

  7. Fut un temps où on aurait envoyé la Royale bombarder Alger…..mais maintenant ils ont plus de chars et d’avions que nous…… et en plus et surtout, on ne veut pas être taxé de racisme,….

  8. Quand je vois ce que nous sommes devenus, j’ai honte d’être Français, et je pense à mon père, parachutiste pendant la 2ème guerre mondiale, et à mon grand-père, deux fois décoré pendant la guerre de 14. S’être battus pour ça !

    1. Vous n’êtes pas le seul à avoir honte ici aussi ont pense à nos anciens qui comme les vôtres se sont battus quant ils n’ont pas été mutilés ou y sont restés.

  9. J’ai honte de mon pays. Et tout ca pour ne rien obtenir de plus que les autres, voire moins…..

  10. Et pour l’ardoise laissée à la CPAM par tous les ressortissants algériens ( dont au moins un présidents) venus se faire opérer ou soigner dans nos hôpitaux, pas un traître petit mot, une perfide allusion de la part de Mme Borne? Cela passe en pertes et profits? A moins que cela ne soit laissé à la charge des assurés sociaux qui, eux cotisent dûment à la caisse?

  11. A croire qu’ils aiment se faire rouler dans la farine , pour ne pas dire autre chose , nos « valeureux » ministres Français ! Pauvre France ridiculisée !!!

Les commentaires sont fermés.