Choses vues : Emmanuel Macron à Pau, ou le plaisir autocratique

macron

30 septembre 2022, 6 h 45, crachin sur le Nord-Béarn. Collégiens et lycéens du « là-bas » périphérique patientent sous l’auvent des arrêts de bus. Sous les lampadaires blafards, la pluie froide continue de tomber. À Serres-Castet, les jeunes pianotent sur leur mobile, à la pêche des dernières infos. Après deux semaines de « mouvement social » qui a perturbé les trafics, le bus numéro 6 du réseau IDELIS est en retard ! Encore un coup de la CGT luttant contre les cadences infernales ?

Non, le prince va venir ! Déviation des lignes ! Sous les auvents, les jeunes sont perplexes. Que faire, ouèche ? Les parents, énervés, lassés, font ronfler les moteurs. Les essuie-glaces balaient frénétiquement les pare-brise embués. Changement de programme : on conduit les enfants au lycée…

À 7 h 35, boulevard Alsace-Lorraine, la ville est en état de siège. Sur les ronds-points, les fourgons blancs de police stationnent. Les rues adjacentes sont bloquées ; barrières, flics au calot sombre, partout ! Ils vont par deux ou trois et s’effacent sous les balcons pour se protéger un peu de la pluie fine qui s’insinue partout, elle aussi. Filtrage, contrôles. Ah ! Une jeune fille, cheveux longs mouillés, légèrement pâle, à vélo, veut aller au centre-ville : on lui demande d’ouvrir son sac. On ne sait jamais…

Stationnement et circulation interdits dans tout le périmètre des Halles jusqu’en début d’après-midi. Public trié sur le volet. Et pour les autres, circulez, rien à voir ! Rien à voir ? Mais si : le Président inaugure ce jour un « centre culturel ». Temps estimé de la visite : une heure, après pose sur le tarmac d’Uzein. C’est qu’on ne lésine pas, en province, lorsque le prince vient. Argent magique des Français, que tu nous fais rêver !

Le centre culturel du « Foirail », qui rassemble désormais une salle de spectacle et un cinéma « d'art et d'essai » déplacé, a été financé par le plan « Action cœur de Ville » qui vise, dit-on chez les sachants du sérail, à redynamiser le centre des villes moyennes. Interrogé en janvier sur le coût de la création de ce Foirail à bobos, François Bayrou avait avancé le chiffre de 15 millions d'euros. Beaucoup d’habitants sont perplexes sur ces projets versaillais à leur porte.

Mais peu importe. Le prince vient pour embrasser le courtisan du baiser de paix. Il se fera plaisir. N’est-ce pas ce qui compte ?

D.945, route de Sault-de-Navailles, 8 h 5. Circulation fluide vers le nord, loin de la ville cadenassée. Il ne pleut plus. De gros nuages couvrent tout l’horizon. Deux hélicoptères Tigre viennent de décoller. La patrouille monte lentement dans la grisaille. L’avion présidentiel est en approche, dit-on à la radio…

Vive l’autocratie à la française !

Pierre Arette
Pierre Arette
DEA d'histoire à l'Université de Pau, cultivateur dans les Pyrénées atlantiques

Vos commentaires

33 commentaires

  1. En autorisant la vente de la branche d’Alsthom qui fabriquait les turbines nucléaires à General Electric , Macron s’est rendu coupable de forfaiture. Maintenant, si la France souhaite lancer un nouveau sous-marin nucléaire, elle est obligée de demander à General Electric, i.e. aux USA. C’est de la trahison pur et simple. Normalement, cela devrait finir coller à un mur et 12 balles dans la peau.

  2. Je pense qu’il doit se sentir très menacé pour déployer un tel renfort de police. Il n’est pas très courageux ce petit homme qui se prend pour un grand.

  3. Il s’la joue « grave » comme disent les d’jeunes…… Comme s’il n’avait rien de plus urgent à résoudre en priorité dans ce pauvre pays où PREDATEURS et BOUFFONS sont devenus ROIS ?

  4. Un moulin à vent qui visite une girouette…cela reste en famille ! C’est très cher pour le con-tribuable tout de même, non ?

  5. Macron se prend et joue à la Grande Catherine de Russie !
    C’est tout juste si on ne badigeonne pas des façades sans rien derrière, construites pour la venue et le passage du Prince !
    On envoie même la police chez des particuliers, en les menaçant d’exploser leur porte, parce qu’ils osent exposer un bout de carton sur lequel est écrit un message négatif à l’attention du Prince.
    La Grande Catherine de Russie connu le reigne le plus long…
    Je crains qu’à l’époque d’internet, le Prince Macron ne connaisse jamais la fin de son second quinquennat, ou alors bien seul !
    J’avais dit l’autre jour que lors de la venue à Londres du Prince Macron, pour les Funérailles de Sa Majesté la Reine Elisabeth II, qui elle aussi connu le plus long reigne (coïncidence ?), celui-ci avait choqué Scotland Yard pour le nombre de ses gardes du corps, et pour le fait qu’il exigea d’arriver à Westminster Abbey dans sa voiture blindée, comme Biden…
    L’Histoire a de ces raccourcis…

  6. Voici donc le contre pied de ce que nous avons pu observer pendant 10 jours chez nos voisins où le Roi (un vrai) allait et venait au milieu de la circulation ordinaire sans cortège de crs et autre gardes mobiles…
    Le petit roitelet (ça fait pas grand) français aurait-il peur de ce peuple qui le hait un peu plus chaque jour ?
    Il devrait pourtant bien savoir que les kalachnikov sont l’apanage de quartiers qu’il ne fréquente pas et que les black block ne perturbent que les manifestations citoyennes…
    Voici une belle démonstration de sobriété de l’état !

    • Ce n’est pas de la poutinisation, mais la caractéristique des narcissiques psychopathes immatures. « Malheur à la ville dont le prince est un enfant » prévenait l’Ecclésiaste. Sans se douter que l’enfant qui occupe l’Elysée cumulerait les tares :
      1/ L’idée qu’il n’existe pas d’autre limite que les siennes propres.
      2/ Un sentiment infantile de toute-puissance non maîtrisée.
      3/ Un narcissisme malveillant. (Professeur Sagatori, psychiatre.)
      «Les serial killers détruisent les familles alors que les psychopathes au sommet de la politique et de la finance ruinent les sociétés».

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois