Audio - Editoriaux - Entretiens - Politique - 6 novembre 2019

Cédric Michel : « Le maire de Chanteloup n’a rien fait pour régler les problèmes de sécurité sur sa commune ! »

Le président du SDPM (Syndicat de défense des policiers municipaux) dénonce l’« incurie » du maire de Chanteloup dans la gestion, le sous-recrutement et le sous-équipement de la police municipale.


Suite aux événements de Chanteloup-les-Vignes, vous vous êtes ému de la situation dans un communiqué de presse.
Quel est le problème pour la police municipale ?

Vous avez pu lire, voir et entendre que madame le maire a fait le tour des plateaux de radio et de télé. Elle a obtenu le soutien des ministres en place qui lui ont dit : « nous allons rétablir l’ordre dans les cités ». Je suis très étonné que madame le maire puisse tenir ce discours-là, alors que jusqu’à ce jour elle n’a rien fait pour régler les problèmes de sécurité sur sa commune.
Je voudrais rappeler que le maire est le responsable de la sécurité. Elle a une police municipale sur sa commune, mais on pourrait dire qu’elle n’en a pas. Elle ne se compose que de trois agents qui ne sont même pas armés d’un bâton en caoutchouc ou d’une bombe lacrymogène. Faute d’être armés, ils ne mettent pas les pieds dans les quartiers. Aujourd’hui, madame le maire s’émeut d’une situation, obtient le soutien de tout le monde, alors qu’en réalité elle est en grande partie responsable de la situation. Elle n’a rien fait pour endiguer les problèmes de sécurité sur sa commune.

Chateloup-les-Vignes n’a pas de commissariat de police nationale. Trois policiers municipaux ne sont pas armés. Comment un maire fait régner la sécurité dans une ville sans police nationale et municipale?

La réponse est simple, elle ne fait pas régner la sécurité. Les renseignements que j’ai eu auprès de mes adhérents ont été très clairs. Lorsqu’ils sont face à une situation qui pourrait être conflictuelle, ils prennent la fuite. S’il y a besoin d’interpeller quelqu’un, ils ne l’interpellent pas faute d’effectifs et d’armement. Ils ne vont pas se mettre en danger eux-mêmes. Les quartiers sont livrés à eux-mêmes en matière de sécurité.


Que demandez-vous ?

Nous avons entendu les ministres, dont le ministre de l’Intérieur, dire qu’ils allaient rétablir l’ordre dans la ville. Suite à ces événements, certes l’ordre va être rétabli et les auteurs interpellés. Mais cela ne sert absolument à rien si dans un mois, il n’y a pas de police municipale armée pour faire régner la sécurité dans les quartiers. Deux individus ont certes été interpellés, la police a fait son travail. Quand le quartier a été mis à feu et à sang, ce sont des dizaines d’auteurs qu’il aurait fallu interpeller. Les émeutes ne concernent pas uniquement deux individus. L’incurie du maire se paiera à nouveau si rien n’est fait.
Il faut que madame le maire prenne ses responsabilités et mette en place une véritable police municipale armée avec des effectifs. Que voulez-vous faire avec trois agents non armés ? C’est un sketch. Le maire de Béziers, lui, prend ses responsabilités et se démène en matière de sécurité. Il a eu des événements gravissimes sur sa commune et n’a le soutien de personne. Madame le maire de Chanteloup-les-Vignes, quant à elle, n’a rien fait en matière de sécurité et bénéficie tout de même du soutien de tout le monde…

À lire aussi

Une « policière » travaillant pour la famille saoudienne condamnée ? Une affaire très étrange…

Si cette agente « indélicate » a été poursuivie, qu'en est-il de la famille saoudienne ? L…