Editoriaux - International - 25 juillet 2019

Ce que la nomination de Boris Johnson peut changer pour la France…

C’est fait. Le Royaume-Uni a un nouveau Premier ministre en la personne du très extraverti Boris Johnson, succédant ainsi à la plus qu’inodore Theresa May. On ne savait plus trop bien si cette dernière était pour ou contre le Brexit. Pour eurosceptique qu’il ait été, Boris Johnson n’a pas forcément toujours été contre ce même Brexit. La preuve en est qu’à la veille du référendum, il aurait préparé, pour le Telegraph, deux tribunes différentes : l’une pour et l’autre contre. Cet homme a toujours été un pragmatique.

Ce pouvoir qu’il détient enfin, il l’a ardemment désiré depuis son plus jeune âge, lorsque camarade oxfordien de l’un de ses prédécesseurs conservateurs : David Cameron. D’ailleurs, le look hors normes qui est depuis longtemps devenu chez lui marque de fabrique – costume froissé et tignasse ébouriffée – en a été l’un des atouts majeurs ; un peu comme Winston Churchill et son cigare. Ça tombe bien, Boris Johnson a consacré une biographie au plus prestigieux des locataires du 10 Downing Street. Parlait-il de lui en creux ? C’est plus que probable.

Comme son modèle avoué, il a le verbe haut, l’humour ravageur et ne s’embarrasse pas de circonvolutions, tel le gros bébé joufflu et mal élevé qu’il est – ou feint d’être.

Pour le moment, quoique cette nomination ait fini par devenir aussi prévisible qu’inévitable, les chancelleries ne savent plus trop sur quel pied danser. Ami ou ennemi ? Partenaire fiable ou imprévisible ludion ? Pour le moment, le seul homologue à l’avoir officiellement félicité demeure Donald Trump, au moins complice en deux choses : des manières pour le moins rustiques et des expérimentations capillaires qui auraient même fait reculer un Rod Stewart dans ses années les plus erratiques.

Pour autant, dans ce prudent pas de deux diplomatique, on sent poindre une commune et sourde inquiétude : après la Hongrie, l’Italie, presque l’Autriche, le RU serait-il en voie de basculer du côté populiste ? À en juger de la personnalité de Boris Johnson, tout cela n’est pas faux, quoique le populisme soit plus un contenant qu’un contenu, un style qu’une doctrine.

Il est vrai qu’il n’est pas aisé de se mettre dans la tête de ce nouvel arrivant à la tête de cette puissance mondiale qu’est le Royaume-Uni. Descendant d’un ancien ministre ottoman, les origines ethniques de Boris Johnson ne sont pas sans évoquer celles, sociales, d’une Margaret Thatcher, fille d’épicier ; ce qui n’est pas exactement la voie royale en Grande-Bretagne, société de castes par excellence. De ce point commun ayant poussé l’une, en attendant que le second ne lui emboîte le pas, en découle un second, consistant à vouloir renouer avec la traditionnelle alliance transatlantique de jadis – il n’y a qu’un pas. Churchill afffirmait déjà à de Gaulle qu’entre le Vieux Monde européen et l’empire des mers, Londres opterait toujours pour le second. Après le couple Reagan-Thatcher, celui que pourraient former Donald Trump et Boris Johnson ? Les deux principaux intéressés semblent le souhaiter, quoique le nouveau Premier ministre ne soit pas forcément partant pour suivre son actuel homologue en matière belliqueuse, vis-à-vis de l’Iran, principalement. Par nature, les populistes ont l’art d’aller là où on ne les attend pas forcément.

Et c’est là que la position de la France n’est plus la même. À l’Est, le pôle d’attraction est désormais allemand. L’Angleterre renouant avec son passé maritime, voilà qui nous laisse seuls, non plus au cœur du continent européen, mais en son extrême Ouest. Bref, nous ne sommes plus au cœur de l’Europe. François Ier avait dû, en son temps, affronter pareil dilemme en concluant la fameuse « alliance impie » avec les Ottomans, renouant ainsi avec la traditionnelle influence française en son Sud.

Pour que cette piste puisse à nouveau être envisagée, tel que Nicolas Sarkozy l’avait fait en son temps avec son projet d’Union méditerranéenne, il faudrait peut-être qu’un Emmanuel Macron ne mobilise pas son temps de cerveau disponible entre sauvetage de François de Rugy et boum organisée pour Greta Thunberg au palais Bourbon.

À lire aussi

Israël, plus seul que jamais ?

En Orient, le temps prend le sien et ce qui, un jour, semble immuable ne l’est plus forcém…