L’incendie de la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Nantes a été circonscrit, après deux heures de lutte contre les flammes. Les premiers éléments de l’enquête pourraient mener vers la piste criminelle.

Trois départs de feu

L’incendie de la cathédrale de Nantes, samedi 18 juillet au matin, pourrait bien avoir été déclenché par un acte volontaire. Les pompiers ont détecté plusieurs départs de feu.
Les signes d’un acte intentionnel. Le procureur de la République de Nantes a confirmé l’hypothèse criminelle auprès de France Bleu Loire Océan. « Trois départs de feu, ça nous amène à privilégier l’hypothèse criminelle, ça n’est pas le fruit du hasard », a-t-il déclaré.

Les trois départs de feu se trouveraient « au niveau du grand orgue, à gauche et à droite de la nef », selon le chef des pompiers de Loire-Atlantique. Le procureur de Nantes indique, ce matin, être à la recherche de « traces d’effractions » dans l’édifice.

Trois ministres sur place dès cet après-midi

Une enquête judiciaire a été ouverte et confiée au service régional de la police judiciaire. Pour l’heure, les pompiers ont annoncé avoir pu sauver l’édifice, la toiture n’étant pas touchée. Le grand orgue est, par ailleurs, détruit. Les enquêteurs doivent entrer dans la journée dans la cathédrale pour faire les premières constations. Trois ministres, Jean , Roselyne Bachelot et , sont attendus sur place.

À lire aussi

Sondage : Croyez-vous à un prochain reconfinement ?

  Imprimer ou envoyer cet article …