La deuxième session plénière du Conseil national de la refondation s’est tenue hier à l’Élysée. Cette nouvelle institution, ou « machin » pour certains opposants, créée par le Président lui-même n’est pas autre chose que le symbole d’une nouvelle aristocratie démocratique. En effet, il faut désormais se réunir et envisager des « points d’étape », afin de faire mûrir une réflexion qui pourrait permettre des concertations en vue, éventuellement, de la mise en œuvre d’actions concrètes qui aboutiraient pour les partenaires dans leur ensemble à s’accorder car ils auraient joué le jeu du débat démocratique…

Bref, tempête et enfumage à l’Élysée ! Rappelons que ce Conseil national de la refondation fut très largement délaissé par l’opposition mais se veut tout de même une « nouvelle méthode pour revivifier le débat démocratique et faire face aux enjeux forts dans lesquels se trouve le pays ». Les parlementaires ayant rejeté ce nouvel ODNI (objet démocratique non identifié) ont rappelé, de façon légitime, qu’ils portent déjà la parole d’un peuple par le biais de la représentation nationale.

Reste que, de façon devenue quasiment systématique, le Président Macron entend discréditer tout ce qui pourrait lui opposer une contradiction. Pour ce faire, le dernier argument, qui n’a pas ému grand monde, consiste à affirmer que les parlementaires feraient preuve d’un « corporatisme de la représentation ». Autrement dit, le chef de l’État conteste aux parlementaires le droit de demeurer les seuls à représenter le peuple. C’est donc oublier que le droit constitutionnel occidental moderne n’organise que des régimes politiques fondés sur le principe de la représentation démocratique, c’est-à-dire des régimes où le peuple ne gouverne pas directement. Il s’agit de l’article 3 de la Constitution de notre pays qui prévoit que « la souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum ». Or, ce qui est justement reproché aux gouvernants depuis la crise des gilets jaunes, c’est l’absence de considération du peuple dans les décisions prises. Le Covid-19 a ainsi vu l’émergence d’un organe opaque et autoritaire qui a permis la mise en œuvre de décisions bien souvent liberticides, et ce, au nom de valeurs prétendument supérieures. Alors, en instituant ce nouveau « CNR », le président de la République jugerait que les matériaux juridiques à sa disposition seraient insuffisants.

Il semble surtout, en réalité, que la création de ce type d’institutions non prévues par la Constitution résulte d’un complexe de supériorité intellectuelle, signifiant que Macron ne pourrait accepter d’être contredit par un peuple qu’il méprise profondément. Il avait pourtant le pouvoir de revivifier le débat démocratique en usant des moyens offerts par la Constitution, et notamment le référendum. Les méthodes comme le vocabulaire employé sont toujours les mêmes et s’inscrivent dans une défiance permanente du peuple français. Il s’agit d’une volonté pérenne d’évitement qui ménage néanmoins l’apparence démocratique, le tout sur un ton professoral assumé. Mais pendant que le CNR se réunit à l’Élysée et tente de « revivifier la démocratie », Élisabeth Borne use, une fois encore, de l’application de l’article 49.3. On peut alors s’interroger sur l’apathie générale dans laquelle semble s’être enferré ce fameux peuple souverain, qui se laisse ainsi soumettre.

4935 vues

13 décembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

50 commentaires

  1. Étonnant que le Conseil Constitutionnel ne réagisse pas! Et pas un député ou sénateur pour le saisir ! Comme c’est étrange !

  2. Quels étaient les noms des invités ? ! tirés au sort je suppose ! ! ! La Démocratie voudrait à minima que nous ayons connaissance du pédigrée de ces bienheureux ! Au sort dans une liste Excel où figure des Frères et Soeurs d’Obédience délétère maléfique, organisée en hiérarchie qui ne peuvent que se taire disciplinés, ou eureka trouver pour nous contraindre afin de se promouvoir…

  3. Son CNR n’attire que son électorat et veut faire croire que c’est tout le peuple. Il enfonce la France par trahison. Mais je pense que 2023 et 2024 il y aura un grand soulèvement populaire pour la défense du pouvoir d’achat. L’augmentation d’électricité va mettre plusieurs familles en détresse. J’ai reçu mon contrat vente particulier pour mon pavillon de 88m2 + 1500€ année 2023. Donc ce menteur de président de la République va devoir rendre des comptes. Lui qui fait des cadeaux des millions d’€ aux autres Nations. Son CNR c’est du pipeau ! de la poudre à perlimpinpin.
    Préparez vous à de grandes manifestation. Il n’y a plus d’autre solution.

  4. Les plus à plaindre, certainement les députés Renaissance. Piétinés, ignorés, certainement jugés inaptes à toute réflexion intelligente. Nous avons connu un précédent avec N. Sarkozy, en 2005. La nouvelle approche démocratique. Les uns ne donnent pas satisfaction, on se précipite vers d’autres plus soumis.

  5. Un peu comme dans les cours d’école lorsque le capitaine choisit ses partenaires « toi OUI, toi NON ,etc… » , ainsi une équipe soudée et tout acquise à sa cause. Moi on ne m’a jamais interrogé ni même consulté , peut-être trop éloigné de la capitale et au fin fond de la ruralité, pas d’intérêt !!!

    1. Commencez par « pointer du doigt » les lieux de pouvoir tels que le Sénat et l’Assemblée Nationale ! …
      La majorité des français n’a pas été voter ! …
      Lorsque quelques mois de récession, de froid et de faim auront « ruisselée » vers le haut de la société … et pas que pour les 10 millions de pauvres et précaires, on en reparlera de votre « rien ne bouge » ! …
      Bonnes fêtes de fin d’année 2022 …

  6. Toutes ces insultes que macron nous a jetées au visage ( souvent à partir d’un discours à l’étranger ) la façon d’agir de la première Ministre ( tout passe au 49.3 ) qui emploie le 49.3 sans jamais s’occuper de l’Assemblée !
    Tout cela prouve que Macron instaure une dictature ! où les Français honnêtes et chrétiens , ceux qui aiment la France auront toujours tord face aux assassins venus du continent africain !

  7. Mais que fait le parlement ? L’Assemblée Nationale et le Sénat ne servent à rien puisque, TOUT se règle au 49/3 et maintenant après le conseil de pseudo scientifique pour le covid maintenant le CNR et certains m’empêchent de parler de régime autoritaire, pour ne pas dire le mot qui est interdit !!!!

  8. Une dictature est un régime politique dans lequel une personne ou un groupe de personnes exercent tous les pouvoirs de façon absolue, sans qu’aucune loi ou institution ne les limitent ; il faut préciser que même un régime autoritaire peut avoir des lois, des institutions, voire un parlement avec des députés élus, mais qui ne représentant donc pas des contre-pouvoirs, quand ils sont paralysés par des 49-3 par exemple. Les lois qu’il promulgue sont éthiquement illégitimes, et les institutions y sont factices.
    Le caractère arbitraire du pouvoir se traduit par le non-respect de l’État de droit (violation de la Constitution, on crée des conseils cherchant à contourner la représentation du peuple), absence de référendums quand ils ne sont pas respectés (2005), établissement de lois d’exceptions, comme confinement, obligation rampante de vaccinations, lois liberticides (effacement de nombreux blogs d’opposition, etc.).
    Bien sûr, cela n’existe pas en France, car nous sommes dans une véritable démocratie.

  9. Voilà un mec qui fabrique à longueur de temps des comités Théodule dont le seul objectif est qu’une voix « populaire representative » lui donner raison !
    Donc il choisit ceux qui lui plaise,
    Il décide des questions,
    Il trace les réponses de son bon vouloir.
    Ensuite restera à l’AN d’enreriner ce qu’il aura décidé pour « obéir » à la voix du peuple !!!
    Voici donc la nouvelle démocratie du seigneur et maître de la France.
    Sa vraie direction : détruisons la France ensemble !

  10. On se souviendra du « Président Macron » pour avoir été le Président le pire et le plus détesté de l’histoire.

    1. Et cependant réélu, un comble ! Les historiens du futur risquent d’avoir à plancher beaucoup pour résoudre l’équation !

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter