Le débat en forme de suspense qui fait les unes des est le « duel » Le Pen-Zemmour. Dîneront ensemble, débattront, s’abstiendront ? On tourne en rond ! Donc, attendons ?

Mais l’un des protagonistes, le nouveau venu Zemmour, s’il se déclare enfin candidat, devra affronter la compétition des parrainages, ce sésame primordial à l’ambition présidentielle.

Les partisans du novice doivent penser qu’il vaincra aisément cet obstacle constitutionnel, étant donné l’audience de ses émissions et l’estime dont il fait preuve. Et sans doute aussi les qui le créditent, à ce jour, de 8 % des intentions de vote.

Cependant, je le rappelle, les sondeurs piochent dans un échantillon de la population dit « représentatif », mais très limité en nombre. Rien de commun avec les parrainages qui exigent 500 signatures d’élus (sénateurs, députés, députés au Parlement européen, conseillers régionaux, conseillers départementaux, maires, etc.) émanant d’au moins 30 départements ou collectivités d’outre-mer différents, ces départements ou collectivités ne pouvant en proposer que 50 au maximum. Cette représentativité est d’une autre essence qui rend les pronostics beaucoup plus improbables.

Et, pour exemples, voyons les chiffres – validés – obtenus par certains candidats pour la présidentielle de 2017. Résultats publiés par le Conseil constitutionnel.

Le champion toutes catégories était Fillon, avec 3.635, ce qui – on connaît la suite – ne lui servit à rien ! Aucun autre n’avait atteint un tel niveau. Plus surprenant et modeste, celui de Marine Le Pen, avec 627, inférieur à Dupont-Aignan (707), ou encore le pittoresque Lassalle (708).

Pour cet exercice, deux autre postulants seulement obtenaient plus de 1.000 : le jeune Macron, à 1.829, et Hamon, à 2.039 !

Le second suspense, avec Éric Zemmour, sera donc celui-ci. Mais peut-être son retard à la déclaration de candidature est-il dû à un besoin de perception plus large, plus crédible et plus convaincante des opinions d’élus que celles des influenceurs et encenseurs proches qui le voient déjà Président…

La tournée de promotion pour son livre La France n’a pas dit son dernier mot, qu’il vient d’annoncer, concomitamment avec le lancement d’un site Internet, vise assurément le besoin de se faire entendre dans les territoires, mais aussi d‘écouter les voix des responsables locaux.

L’annonce – ou non – de sa candidature est probablement liée à ce qu’il fera lui-même sur le terrain…

 

5 septembre 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

4.2 6 votes
Votre avis ?
22 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires