Mystère : « dogme révélé comme objet de foi et qui ne peut être expliqué par la raison », nous dit le dictionnaire. Le premier mystère, c’est celui de la foi. Celle de ceux qui, il y a deux mille ans, ont suivi entre Galilée et Judée ce très déroutant Jésus, Dieu verbe de Dieu qui a pris notre condition d’homme. La chair, Natalia sait ce que c’est. Elle ne cache pas l’épreuve de sa lourde maladie, la douleur l’accompagne chaque jour.

Natalia Trouiller a écrit des méditations poétiques sur chacun des vingt mystères du rosaire. Elle a trempé le calame dans la souffrance de sa propre chair. Les mots qu’elle a écrits surprennent parfois. Il en est qui secouent le lecteur, qui claquent sèchement. Il en est d’autres qui feraient pleurer de joie. Mais tous transcendent les maux que sa chair endure pour nous confronter, nous lecteurs, à ces mystères.

François-Xavier de Boissoudy a peint sur les mots de Natalia. Ses toiles sont inspirées, elles transportent avec un rapport plus immédiatement sensuel que ne sauraient le faire des mots. Là encore, il y a des surprises, des images déroutantes qui interrogent. Mais un mystère nous renvoie toujours au questionnement, il est trop tôt pour connaître les réponses. Elles méritent d’être contemplées, aussi bien dans le sens esthétique de ce terme que dans son sens religieux.

« >Alors que les Juifs réclament des signes miraculeux, et que les Grecs recherchent une sagesse, nous, nous proclamons un Messie crucifié, scandale pour les Juifs, folie pour les nations païennes. » C’est un beau livre, c’est un livre charnel qui fait du bien au catholique. On peut le déposer devant la crèche.

11 décembre 2021

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 1 vote
Votre avis ?
1 Commentaire
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires