Avec le « no deal » de Bojo, l’Union européenne, droite dans ses bottes, nous entraîne vers la récession

Boris Johnson

La perspective d'un Brexit sans accord - le fameux « no deal » - prend jour après jour plus de consistance. Depuis l'échec annoncé de Theresa May et le choc psychologique qu'a représenté l'arrivée, à Downing Street, de Boris Johnson, l'hypothèse naguère regardée de loin prend corps. À la fois à l'intérieur du Royaume-uni, où la détermination de Bojo à « y aller » recueille un réel soutien dans les sondages (The Telegraph du 3 août). Mais aussi à l'extérieur, dans l'Union européenne, comme le montre le titre de la tribune de l'économiste Jean Pisani-Ferry publiée dans Le Monde : « Le “no deal” est devenu assez crédible pour que les Européens doivent s’y préparer. » Comme s'ils n'y avaient pas cru...

C'est un renversement majeur et l'on est surpris de l'étrange jeu qu'a joué l'Union européenne. En effet, son inflexibilité a amené le Royaume-Uni, avec Bojo, à envisager ce « no deal » que le charisme du même Bojo est capable de rendre populaire jusqu'à - ce serait son plan - envisager d'organiser et de remporter de nouvelles élections sur ce thème.

L'Union européenne a-t-elle vraiment intérêt à un Brexit sans accord ? La réponse est évidemment non.

Il est tout de même étonnant que ce même économiste « mainstream » qui salue la fermeté de l'Union face à Theresa May et loue « un sans-faute », avec « le respect scrupuleux de la procédure de sortie de l’Union prévue par les traités, l’impeccable unité des Vingt-Sept, le refus d’accorder à Londres le moindre traitement de faveur, une solidarité sans faille avec l’Irlande et le professionnalisme méticuleux de Michel Barnier », souligne qu'un « no deal » risque d'entraîner toute l'Union européenne dans la récession !

« Tandis que les économistes britanniques débattent encore de l’ampleur de la commotion attendue, le FMI la chiffre à quatre points de PIB pour le Royaume-Uni et à un demi-point pour l’Union européenne. Dans un contexte de ralentissement et de tensions internationales, c’est dangereux. Cela peut suffire à nous faire basculer dans la récession. »

Récession, tiens... Avec la croissance misérable que connaissent déjà la France et l'Union, ces derniers mois, cela pourrait faire très mal.

Jean Pisani-Ferry sait bien que le Royaume-Uni travaille désormais à pallier les conséquences de ce Brexit sans accord et qu'il dispose d'atouts majeurs : ses relations avec les USA et le Canada, voire la Chine, la dévaluation de la livre, déjà en marche.
Et de l'autre côté ? Il est bien obligé de reconnaître que « face à cette perspective, l’UE n’a pas beaucoup de cartes en main » !

Il faudra un jour m'expliquer la logique de cette Union, et des têtes pensantes, qui nous ont amenés là. Le même Jean Pisani-Ferry qui soutient pourtant ce processus de somnambules doit encore concéder que « l’Union a péché par manque de vision stratégique dans les discussions avec Theresa May ». Que c'est joliment dit. Et il invite à préparer une « négociation de dernière minute ». Somnambules, oui, nos fins négociateurs.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois