Il était temps que s’achève cette annus horribilis, il était temps que disparaisse 2020, et on sera peu nombreux à la regretter car jamais l’Occident n’aura été autant marqué par de telles tensions communautaires. On était donc en droit de croire qu’un conflit racial allait se déclencher avant le 31 décembre en Amérique ou en Europe, mais l’année va s’achever dans une relative situation de paix.
En 2020, le fait marquant, dans ce domaine, aura été le décès de George Floyd qui a suscité l’émotion dans le monde entier.
Mais paradoxalement, cette n’aura pas fait avancer d’un iota la situation des Noirs en Occident, et ce drame a mis en avant la rancœur d’une communauté beaucoup plus en quête de rattrapage que d’inscription dans une démarche constructive pour le bien commun.
Est-ce que le de George Floyd a changé la condition des Noirs aux USA ?
Assurément non, puisqu’ils sont toujours les premières victimes de violences et eux-mêmes en sont les principaux auteurs.
Ils sont toujours à la traîne économiquement, même si, grâce à la politique d’autonomisation des minorités menée par l’administration Trump, beaucoup de Noirs ont pu retrouver un emploi, se prendre en charge socialement et acquérir un bien immobilier.
Il y a une chose que cet événement a malheureusement encouragée, c’est le sentiment de toute-puissance d’une communauté raciale, c’est la légitimation de la comme moyen d’expression, c’est l’exploitation outrancière de la victimisation, c’est le besoin de réécriture de l’Histoire, c’est la hargne du déboulonnage.
Ils sont devenus fous, ces Américains  !
Black Lives Matter est la plus grosse arnaque depuis le communisme.
Comment peut-on, objectivement, faire croire à des gens que leur vie compte alors qu’il n’y a aucun doute sur ce sujet ? C’est un truisme : toute vie compte.
Les tenants d’une certaine idéologie – gauchiste – ont voulu capitaliser sur ce drame pour faire passer des messages et asseoir les valeurs de la société ouverte à laquelle ils aspirent. La mort de George Floyd a surtout permis la convergence des luttes racialistes, sexistes, gays, écolos, mondialistes se trouvant une nouvelle tribune avec l’aide du système médiatique bien-pensant.
Que des hypocrites ! Ils hurlent #BlackLivesMatter mais se fichent totalement de voir le petit Congolais de huit ans bosser dix heures par jour dans les mines de terres rares afin d’extraire les matériaux dont les bobos, en Occident, auront besoin pour faire fonctionner leur smartphone dernier cri et les batteries de leur véhicule électrique.
Ils hurlent #BlackLivesMatter mais ne lèvent pas un petit doigt pour dénoncer les crimes commis par Boko Haram en Afrique.
Ces gens font beaucoup de mal aux Noirs, il faut le dire, il faut le crier haut et fort, pour qu’en 2021, les Noirs ne se laissent plus berner par #BlackLivesMatter puisque, en vérité, toutes les vies comptent !

31 décembre 2020

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.