Avant Avignon, des artistes en panique à l’idée de l’arrivée du RN

Capture d'écran X
Capture d'écran X

À quelques jours du Festival d’Avignon et son lot de « créations », dont certaines œuvres subventionnées laissent à désirer, les artistes sont fébriles. Voyant le RN aux portes du pouvoir, ils ont peur. Peur pour leur liberté de s’exprimer, mais aussi et surtout peur de se voir couper les vivres.

Certains choisissent de « décrire toute la palette du racisme, ses différents degrés, jusqu’à son inverse, la bienveillance ou la culpabilité », telle Julie Delpy, qui réalise le film Les Barbares (en salles le 18 septembre). Elle nous raconte l’histoire d’un joli village qui accueille de charmants réfugiés syriens. Mais, hélas, lit-on dans le synopsis, « certains, dans ce charmant petit village breton, ne voient pas l’arrivée de leurs nouveaux voisins d’un très bon œil. Alors, au bout du compte, c’est qui, les barbares ? » Vous avez la réponse ?

Une propagande immigrationniste qui devient d’autant plus insupportable que le cinéma français est financé en partie par le contribuable, y compris pour les films qu’il déserte. Ainsi, le sénateur LR Roger Karoutchi pointait, dans un rapport en 2023, dont le titre « Itinéraire d’un art gâté : le financement public du cinéma » laisse aisément présager le contenu, « l'abondance de moyens » dilapidés au service du septième art (financé à hauteur de 31 % par des fonds publics en 2021) et appelait l'État à être plus regardant.

D'autres vont se plaindre sur les plateaux télé. À l’instar d’Ariane Ascaride, comédienne engagée contre le réchauffement climatique, pour la diversité et l’égalité hommes-femmes dans le cinéma et l’audiovisuel, artiste militante donc, qui s’exprimait chez BFM TV, le 19 juin. Pour cette dernière, en cas de victoire du RN aux législatives, « c’est sûr, tout ce qui est (sic) les théâtres subventionnés, qu’est-ce qui va rester comme subventions ? […] Je suis sûre qu’ils vont faire disparaître les intermittents. […] Ils s’en prendront pas à la culture, ils s’en foutront, ils enlèveront l’argent, c’est tout, puis de toute façon, ça a toujours été comme ça. »

« Fake news » à charge

Déjà, en avril 2022, Roselyne Bachelot, encore ministre de la Culture pour quelques jours, signait une tribune dans Libération, accusant Marine Le Pen de « mettre au pas les artistes, les journalistes et les responsables d’institutions culturelles ». Des accusations aussitôt réfutées par l'intéressée, qui répondait à France Bleu : « N'ayez aucune inquiétude. J'aime autant la culture que vous et je ferai tout pour la développer au maximum dans notre pays. » L'occasion de confirmer qu’elle maintiendrait le régime des intermittents du spectacle : « C'est un régime qui coûte cher, c'est vrai. Mais c'est un choix, parce que sans ce régime-là, il n'y a plus d'offre culturelle possible, il n'y a plus de création culturelle possible. » Concernant le nerf de la guerre (ces précieuses subventions), Marine Le Pen ajoutait : « Je ne choisis pas les subventions que je donne en fonction de la proximité politique des gens. C'est peut-être ce qui me différencie des autres. »

Ainsi, bien des contre-vérités régulièrement médiatisées nourrissent les inquiétudes des gens du spectacle. Ceux-ci feraient mieux de regarder la politique déjà appliquée par des municipalités RN. À Perpignan, par exemple, Louis Aliot, contacté par nos soins, dénonce à son tour ces faux procès : « On nous accuse toujours de vouloir tout déconstruire et tout arrêter. Ce n'est pas ce que j'ai fait dans ma ville. Il faut de la culture pour tout le monde, il n'y a aucune raison d'en priver ceux avec qui nous ne partageons pas un certain nombre d'idées. À Perpignan, j'ai fait ces efforts-là, même si nous n'aimons pas tout. Mais nous faisons également des offres culturelles qui n'existaient pas, je pense par exemple au Festival de la culture gitane. » Et l'édile de citer, comme preuve supplémentaire, les subventions non seulement maintenues mais augmentées au Festival international de photojournalisme, alors que « son directeur est un adversaire du Rassemblement national ».

Mais il n'est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir. Enferré dans son idéologie, le monde de la culture poursuit son matraquage, persiste et signe.

Iris Bridier
Iris Bridier
Journaliste à BV

Vos commentaires

54 commentaires

  1. ces « comédiens » qui nous disent « c’est toujours comme ça » mais quand ? Le RN à part quelques communes n’a jamais été autorisé a gérer, donc ne dites pas n’importe quoi. Par contre ce qui est vrai c’est qu’une grande partie des productions soit financée par l’argent public et que ce ne sont pas des chefs d’oeuvre d’intelligence, mais vous n’êtes pas astreint à un résultat.

  2. Petite phrase de Maurice DRUON (ministre de la Culture) en 1973 : « Les gens qui viennent à la porte de ce ministère avec une sébile dans une main et un cocktail molotov dans l’autre devront choisir. »

  3. Ah bin parce qu’il y a des artistes pas de gauche ? pas lèche babouche ? On me souffle que ce ne sont pas des vrais artistes mais des incapable sencartés à gauche ou barbus…. Eh bien il leur suffira de quitter la France si le RN gagne le 7 juillet… il ya plein de terres d’islam qui vont les « adorer »…

  4. Des artistes en panique ! Tient donc , ils ont vite oublié qui a amené la FRANCE dans l’état ou elle se trouve , c’est a dire dans un état de déliquescence jamais vu en FRANCE . Il ne faut pas perdre de vue messieurs et mesdames les « artistes » que c’est bel et bien Macron qui a mis notre nation au bord de la faillite .Ce cuistre aura été le fossoyeur de la FRANCE , et nous ne vous avons jamais entendu ! Et là vous allez râler parce que le peuple en a marre et qui veulent changer ceux qui ont détruis la FRANCE , quelle outrecuidance !

  5. Le milieux culturel et artistique devrait arrêter leurs anti RN primaire ! Pourquoi ? Parce que quand Jacques Bompard FN a été élue Maire d’Orange, l’or des élections Municipales de 1995, après les élections Présidentielles ! C’est l’Association des Chorégies d’Oranges, qui avait refusé la subvention de la Mairie et avait refusé que le Maire d’Orange devienne par tradition Président d’Honneur du festival des Chorégies d’Orange, uniquement par rejet et animosité vis à vis du FN ! Si vous ne me croyez pas ! Vous n’avez qu’à demander la confirmation, à Thierry Mariani qui habitait le Vaucluse et était Député RPR dans la Circonscription d’Orange du Vaucluse ! Parce que c’est lui qui a dut pallié le défaux de la subvention d’Orange, pour le festivales des Chorégies d’Orange ! Il y a ut le même problème, entre le Maire FN de Toulon dans le Var, Jean Marie Le Chevalier et l’Association Chateauvalon, tristement corompue de notoriété Publique ! Amitiés à tous ! Hervé de Néoules !

  6. C. Masiero insulte près de la moitié des Français qui vont voter RN en les traitant de bâtards!
    Cela fait déjà longtemps que je ne regarde plus le Capitaine Marleau qui deshonnore la Gendarmerie avec ses dialogues vulgaire s et méprisants

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois