Trop de Blancs et d’Asiatiques dans les concerts de musique classique, pas assez de représentants de la diversité dans les orchestres. C’est le nouveau combat des militants pro-noirs.

1,8 % des musiciens sont noirs

La musique classique est-elle un privilège d’hommes blancs ou asiatiques ? Un rapport datant de 2016 et remis en avant par Le Figaro prétend que seulement 1,8 % des membres d’orchestres sont des Afro-Américains et 2,5 % d’origine latino-américaine.

Ainsi, lors de représentations, certains médias regrettent le manque de diversité ethnique des morceaux interprétés. Le San Francisco Chronicle s’en est ému lors de la saison 2017-2018, lorsque l’orchestre symphonique de la ville avait presque exclusivement repris des compositions créées par des hommes blancs.

Une campagne médiatique

Le Seattle Magazine appelle à « s’attaquer à sa blancheur », tandis que, pour le New York Times, ce domaine musical serait « l’institution la moins diverse du pays » et que cela dissimulerait « un problème raciste ». Du côté du New Music USA, on estime que « la musique classique est intrinsèquement raciste ».

Après une vague de campagne dans des domaines comportant une proportion trop forte de Blancs, que ce soit sur le hockey sur glace ou le cinéma, c’est donc autour de la musique classique de recevoir des injonctions à « s’ouvrir à la diversité », quitte à discriminer… « positivement ».

À lire aussi

Boulevard Voltaire est désormais aussi sur Instagram. Pour nous aider, pensez à vous abonner !

Boulevard Voltaire est aussi présent sur Instagram ! Vidéos, articles, actualité… S&…