Assurances : vous payerez pour les émeutiers !

argent

650 millions d'euros. La facture s’alourdit pour les assureurs qui se retrouvent devant plus de 11.000 sinistres déclarés directement liés aux émeutes qui ont éclaté après la mort du jeune Nahel, à Nanterre. Une facture salée qui pourrait bien s’alourdir encore, car toutes les informations ne sont pas encore remontées. Dans le détail, les sinistres sur les biens professionnels représentent 55 % des 650 millions d'euros évoqués, et ceux sur les biens des collectivités locales 35 %, indique France Assureurs auprès de l'AFP.

Une addition salée, donc, qui pose la question du coût, certes pour les compagnies d’assurance, mais aussi pour les clients. « Dans certains quartiers, des commerçants vont voir leur prime d’assurance exploser », réagit un professionnel du secteur joint par BV, et encore, ce serait dans le meilleur des cas. « Au pire, certains auront le plus grand mal à trouver un assureur acceptant de les prendre en charge, au vu des risques », craint-il. C’est le problème du principe de la mutualisation des risques… Vous subissez un dommage et c’est l’ensemble des assurés qui payent pour vous. On est donc bien loin du principe du casseur-payeur et de la volonté des politiques de mettre les émeutiers et leurs familles à contribution.

Heureusement pour les assurés, aucune compagnie d’assurance n’a essayé de faire passer ces dommages sous le compte d’une « émeute » au sens juridique. En effet, « l’émeute » ne fait pas partie des éventualités couvertes par les assurances, puisque cette éventualité engage la responsabilité de l’État. « Les assureurs vont donc payer… cette fois », craint le député de Vaucluse Hervé de Lépinau, qui martèle : « Si ce scénario venait à se reproduire, le risque sera[it] de voir les assureurs refuser de payer l’ardoise des manquements de l’État. »

Les « petits connards » ne payeront pas ?

La classe politique et particulièrement les élus locaux n’ont pas directement mis la main au portefeuille pour réparer les dégâts, et c’est le moins qu’on puisse dire. Comme le déclare le sénateur LR Thierry Meignen, ancien maire du Blanc-Mesnil, : « Ces gamins-là qui n’ont pas de cerveau paieront […], on ne cédera pas à cette poignée de petits connards qui veulent troubler l’ordre public », a déclaré l’élu, dans une courte vidéo sobrement intitulée « J’en ai marre de cette poignée de petits connards ! », le 4 juillet dernier.

Car la question est posée. Il y a une semaine, on signalait une hausse anormale des assurances habitation due, notamment, à la hausse des cambriolages ! Ou quand l’action de quelques-uns appauvrit l’ensemble de la population.

Face à face mais solidaires ?

Les joies du vivre ensemble ? Les dépenses pour les compagnies d’assurance explosent quand, en quelques nuits d’émeutes, ont été brûlées « autant de voitures qu’en dix 14 Juillet », explique Geoffroy. Ce cogérant d’une agence d’assurance à Paris relativise toutefois le montant de 650 millions d’euros. « À titre comparatif, les aléas climatiques ont coûté 10 milliards d’euros aux compagnies d’assurance pour l’année 2022 », assure-t-il. De quoi faire passer la pilule des émeutes ? Pas vraiment… Car « la philosophie de l’assurance, c’est justement de prévoir l’aléa », assure un spécialiste du secteur qui craint « qu’à l’image des aléas climatiques, les épisodes de vandalisme deviennent bien plus qu’un aléa. Quand un risque devient une norme, les prix s’envolent », conclut-il.

En d’autres termes, et quelle que soit la contribution des casseurs à l’effort de guerre et quelle que soit l’importance de l’impact des émeutes dans votre quartier, cet épisode se ressentira dans les mois à venir sur vos contrats d’assurance. Car, oui, au fond, vous allez payer. D’une manière ou d’une autre. Et quand ce ne sont pas les assurances, c’est évidemment l’argent public qui sera déboursé. Ainsi, le conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes présidé par Laurent Wauquiez a voté une aide immédiate de 15 millions d'euros pour les commerçants victimes des émeutiers. Une décision qui a entraîné une réaction tout aussi immédiate du groupe Liberté, Identité et Souveraineté de la conseillère régionale Isabelle Surply. S’ils se réjouissent de cette mesure et « l’appuient sans réserve », ils demandent à la région d’étudier « la possibilité de se constituer partie civile ou toute autre méthode permettant de faire payer les casseurs ».

Marc Eynaud
Marc Eynaud
Journaliste à BV

Vos commentaires

26 commentaires

  1. Mais bien sûr on va payer pour les émeutiers. Les assurances sont pas des philanthropes. A la fin de leur exercice, ils évaluent les cotisations perçues, et les sinistres, tant que la balance penche en leur faveur, ils font des remises pour attirer le chaland, ou une campagne publicitaire pour informer leur clientèle que les sinistres étant dangereusement en progression, les cotisations seraient augmentées sauf pour ceux qui paient, mais non jamais de sinistre, et même de résilier de plein droit l’assuré qui occasionne trop souvent des sinistres. Dans ce cas ce sera une peine collective.

  2. Pour la nième fois, je rappelle ma suggestion : faire payer les coupables et non la collectivité des Français qui ont subi ces ravages.
    1) Juger le coupable et EVALUER (par sa contributon aux actes) le MONTANT qu’il devra REMBOUJRSER.
    2) Si insolvable, le condamner à l’emprisonnement avec assujettissement à des TRAVAUX dont la rémunération sera CONFISQUEE à concurrence du montant dont il est REDEVABLE.
    Toutes autres considérations relèvent d’un angélisme volontairement aveugle.

  3. Et pourquoi on ne condamnerait pas les coupables à réparer eux-mêmes les dégâts, des chantiers, chaînes aux chevilles, encadrement policier ou militaire. Cela supposerait de débloquer de l’argent pour payer les surveillants en plus grand nombre, mais, au moins, ces « jeunes » se rendraient utile et la punition aurait plus de sens que 1° la peine de prison qu’ils ne vont pas faire ou dont ils vont s’enorgueillir dans les quartiers ou 2° la peine financière qu’ils ne paieront pas de toutes façons.

  4. Et à mon humble avis ce n’est pas la dernière fois. Quand un Président (de La République) a dit « peu importe le quoi qu’il en coûte », qu’il semble bien protégé par ses Pairs, ses Frères et Soeurs de Loges Mondialistes malgré une dette astronomique, la France n’a que peu d’importance. C’est son tremplin…Macron vise plus haut, plus de Pouvoir….Je ne dis pas cela avec aigreur, complotisme, mais ce sont les faits et le CV complet qui l’expriment…Espérons qu’il se brule les ailes

  5. Et les retraites des braves vieux sont bloquées et c’est pourtant eux qui ont construit une partie de ce que nos « braves jeunes » font bruler !! Ils ne savent que détruire , principe des Talibans !! Il va être beau notre pays dans quelques années

  6. En doutiez-vous? Vous faire payer a été la première idée de la buse Pécresse. Mais ils sont tous au même niveau; les mêmes solutions.

  7. On va payer 2 fois, une fois pour les assurances et une autre fois pour les structures publiques qui ne sont jamais assurées. Et peut-être une troisième fois avec une nouvelle taxe préventive qui bien entendu servira à autre chose.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois