Assurances : vous payerez pour les émeutiers !

argent

650 millions d'euros. La facture s’alourdit pour les assureurs qui se retrouvent devant plus de 11.000 sinistres déclarés directement liés aux émeutes qui ont éclaté après la mort du jeune Nahel, à Nanterre. Une facture salée qui pourrait bien s’alourdir encore, car toutes les informations ne sont pas encore remontées. Dans le détail, les sinistres sur les biens professionnels représentent 55 % des 650 millions d'euros évoqués, et ceux sur les biens des collectivités locales 35 %, indique France Assureurs auprès de l'AFP.

Une addition salée, donc, qui pose la question du coût, certes pour les compagnies d’assurance, mais aussi pour les clients. « Dans certains quartiers, des commerçants vont voir leur prime d’assurance exploser », réagit un professionnel du secteur joint par BV, et encore, ce serait dans le meilleur des cas. « Au pire, certains auront le plus grand mal à trouver un assureur acceptant de les prendre en charge, au vu des risques », craint-il. C’est le problème du principe de la mutualisation des risques… Vous subissez un dommage et c’est l’ensemble des assurés qui payent pour vous. On est donc bien loin du principe du casseur-payeur et de la volonté des politiques de mettre les émeutiers et leurs familles à contribution.

Heureusement pour les assurés, aucune compagnie d’assurance n’a essayé de faire passer ces dommages sous le compte d’une « émeute » au sens juridique. En effet, « l’émeute » ne fait pas partie des éventualités couvertes par les assurances, puisque cette éventualité engage la responsabilité de l’État. « Les assureurs vont donc payer… cette fois », craint le député de Vaucluse Hervé de Lépinau, qui martèle : « Si ce scénario venait à se reproduire, le risque sera[it] de voir les assureurs refuser de payer l’ardoise des manquements de l’État. »

Les « petits connards » ne payeront pas ?

La classe politique et particulièrement les élus locaux n’ont pas directement mis la main au portefeuille pour réparer les dégâts, et c’est le moins qu’on puisse dire. Comme le déclare le sénateur LR Thierry Meignen, ancien maire du Blanc-Mesnil, : « Ces gamins-là qui n’ont pas de cerveau paieront […], on ne cédera pas à cette poignée de petits connards qui veulent troubler l’ordre public », a déclaré l’élu, dans une courte vidéo sobrement intitulée « J’en ai marre de cette poignée de petits connards ! », le 4 juillet dernier.

Car la question est posée. Il y a une semaine, on signalait une hausse anormale des assurances habitation due, notamment, à la hausse des cambriolages ! Ou quand l’action de quelques-uns appauvrit l’ensemble de la population.

Face à face mais solidaires ?

Les joies du vivre ensemble ? Les dépenses pour les compagnies d’assurance explosent quand, en quelques nuits d’émeutes, ont été brûlées « autant de voitures qu’en dix 14 Juillet », explique Geoffroy. Ce cogérant d’une agence d’assurance à Paris relativise toutefois le montant de 650 millions d’euros. « À titre comparatif, les aléas climatiques ont coûté 10 milliards d’euros aux compagnies d’assurance pour l’année 2022 », assure-t-il. De quoi faire passer la pilule des émeutes ? Pas vraiment… Car « la philosophie de l’assurance, c’est justement de prévoir l’aléa », assure un spécialiste du secteur qui craint « qu’à l’image des aléas climatiques, les épisodes de vandalisme deviennent bien plus qu’un aléa. Quand un risque devient une norme, les prix s’envolent », conclut-il.

En d’autres termes, et quelle que soit la contribution des casseurs à l’effort de guerre et quelle que soit l’importance de l’impact des émeutes dans votre quartier, cet épisode se ressentira dans les mois à venir sur vos contrats d’assurance. Car, oui, au fond, vous allez payer. D’une manière ou d’une autre. Et quand ce ne sont pas les assurances, c’est évidemment l’argent public qui sera déboursé. Ainsi, le conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes présidé par Laurent Wauquiez a voté une aide immédiate de 15 millions d'euros pour les commerçants victimes des émeutiers. Une décision qui a entraîné une réaction tout aussi immédiate du groupe Liberté, Identité et Souveraineté de la conseillère régionale Isabelle Surply. S’ils se réjouissent de cette mesure et « l’appuient sans réserve », ils demandent à la région d’étudier « la possibilité de se constituer partie civile ou toute autre méthode permettant de faire payer les casseurs ».

Marc Eynaud
Marc Eynaud
Journaliste à BV

Vos commentaires

26 commentaires

  1. Si ce sont les Citoyens qui doivent payer pour les Assurances, où sont passées les cotisations qui leur sont versées à longueur d’années ???
    Peut-être faudrait-il faire une enquête Crédit/Débit claire pour savoir à quoi a servi notre argent crédité !!!

  2. Non seulement « ils et elles » ne paient pas à la caisse après leur razias, mais « ils et elles » doivent bien rigoler à l’idée que ce sont celles et ceux qui ont tout perdu durant le massacre du pays, et celles et ceux qui paient des impôts, qui vont payer la note salée que « ils et elles » ont laissé.
    Bienvenue en Macronie !

  3. Comme d’habitude c’est la vache à lait honnête, non délinquante, qui bosse ou qui a bossé toute sa vie, qui est en règle en souscrivant et en payant son assurance, qui sera encore un peu plus spoliée. Je vais d’urgence examiner tous mes contrats d’assurance à la loupe et réduire au maximum le montant des primes que je paye. je conseille à tous les assurés payeurs de faire pareil, de se plonger dans leurs contrats et de ne garder que les clauses indispensables. On nous spolie par le biais de mutuelles pour financer l’AME, on nous spolie par le bien des assurances pour financer les dégâts des barbares qui veulent détruire la France :STOP, réagissons, vite, très vite ….

  4. Faire payer les casseurs ! Un doux rêve !
    Dans ce pays se sont toujours les honnêtes citoyens qui ont payés pour la racaille. Celle qui casse, et les autres, moins visibles mais tout aussi bourrés de « social ».
    Et cela dure depuis des décennies.
    Alors arrêtons de rêver et préparons notre porte-monnaie !

  5. Et si ont commencé par transféré les millions de subventions initialement prévue pour ces villes en suppriment l’argent destiné d’abord aux associations de quartiers qui ont échoués et pour certaines transfère ces dotations à l’étranger ainsi que celles destiné au travaux d’aménagement ont peut aussi fermer piscine patinoire parc de divertissement a la charge des communes sur quelques années pour récupérer des fonds la solidarité a des limites puisque nous avons déjà payé nous contribuables ces équipements

  6. Les allocations familiales vont augmenter (devinez pour qui?) et nous , nous allons payer. Le remplissage du porte monnaie s’inverse. Donc braves français allez travailler encore un peu plus.

  7. De toute façon, assureurs ou pas, les français paieront : au travers des augmentations de leurs impôts et de leurs primes d’assurance. D’où croyez-vous que vienne l’argent dans ce pays mené à la ruine ?

  8. « Et quand ce ne sont pas les assurances, c’est évidemment l’argent public qui sera déboursé » estime le chroniqueur. Petite précision, les honnêtes gens paieront trois fois : les contrats d’assurances, l’argent public pour rebâtir ce qui aura été détruit et enfin, un énième « plan banlieue » qui se profile déjà à l’horizon.

  9. Le laxisme gouvernemental , son incapacité pour ramener la paix et la tranquillité en France fait de ces élus des complices par soumission à vouloir acheter une paix sociale assise sur une bombe à retardement. De ce fait ce sont les 40% de cons….tribuables lesquels chaquefois sont condamnés systématiquement à payer pour les autres. C’est un manquement gravissime à l’exercice du pouvoir. Qu’ils laissent la place à ceux qui vont devoir montrer une main de fer.

  10. Et si on arrêtait de parler de faire payer les casseurs ? Comment 650 millions (à multiplier par 2 pour être exhaustif) pourraient être payer par quelques milliers de parents irresponsables, voire complices de leur racaille de progéniture ? Faut pas rêver. Ce sera encore et toujours le CONtribuable qui paiera ; soit en revalorisation des primes d’assurances, soit par l’impôt.

  11. Et quand on ne pourra plus payer que se passera t’il ? De plus en plus de français qui travaillent ne vivent plus décemment , ne mangent plus à leur faim et renoncent aux soins . Alors on coupe les allocs , les CMU , RSA et que l’impôt des français servent aux français .

  12. Faire payer les casseurs ? excellente idée oui mais…. ils sont tous insolvables et la majorité sont mineurs par contre les parents vivent des aides sociales donc pas possible de leur faire payer les destructions commises par leur progéniture mais pourquoi pas une diminution de 20 % des aides et allocations diverses ? seule une atteinte au portefeuille peut les atteindre. Pour les bi-nationaux pourquoi pas leur supprimer la nationalité française ?

  13. Et dans ces 650 millions d’Euros, il n’y pas les bâtiments et infrastructures de l’Etat puisque l’Etat est son propre assureur…

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois