Editoriaux - Polémiques - Société - 5 novembre 2019

Arrêtons de dire « les jeunes » pour dénommer des délinquants !

Les mots ont un sens. Et lorsque des journalistes ou responsables politiques les utilisent, ils savent pourquoi. Nous avons déjà abordé l’utilisation abondante du terme « mamans » pour désigner des femmes portant cet étendard qu’est le voile islamiste. L’heure est maintenant venue de décrypter ce qui se cache derrière le mot « jeune ».

Il désigne généralement un « homme jeune ». Ici placé, il s’agit d’un adjectif qui vient qualifier le nom « homme ». Mais en le mettant dans une phrase telle « des jeunes ont incendié… », il devient substantif. Autrement dit, la substance même du sujet d’une telle phrase serait liée au fait d’être jeune. Est-ce vraiment le problème ? Serait-ce simplement le fait d’être jeune qui pousserait un individu à se munir de cocktails Molotov, de mortiers, de couteaux ou tous autres ustensiles pour dégrader des écoles, des collèges, des fêtes foraines, des commissariats ou menacer des pompiers ? Si on poursuivait le raisonnement, on en déduirait logiquement qu’il s’agirait d’un manque de maturité qui toucherait des personnes immatures de Creuse, des Landes ou du Jura et que tout ceci passerait avec le temps. Or, ceux-là ne se baladent pas encapuchés la nuit avec des bâtons. La pauvreté et le chômage existent pourtant bel et bien en milieu rural.

Non, les « jeunes » en général et sans raison ne vont pas saccager des bâtiments publics payés avec les impôts de leurs parents. En figure de style, cette utilisation de l’expression « des jeunes » relèverait de la périphrase ou de l’euphémisme, comme pour ne pas voir la responsabilité de ceux qui commettent ces actes. On retrouve aussi cette forme de déni dans l’utilisation volontaire du terme « bêtises » pour nommer des saccages et des agressions.

Non, « le jeune » n’est pas une catégorie justifiée pour désigner les auteurs de ces faits. Le problème est que les qualificatifs pertinents relèveraient alors de la « stigmatisation », de « l’amalgame », de « l’islamophobie », du « racisme », alors on ne peut les utiliser.

Ainsi, si on ne peut qualifier ces individus avec leurs véritables adjectifs, utilisons au moins des termes comme « émeutiers », « voyous », « casseurs », « délinquants »… mais, de grâce, arrêtons de dire « les jeunes », car nos jeunes, eux, n’y sont pour rien !

À lire aussi

Et la palme du dhimmi est attribuée à…

Suite au magnifique festival contre l’islamophobie, les nominés pour recevoir la palme du …