est visé par l'ouverture d'une enquête préliminaire sur l'utilisation de fonds publics pour ses micro-partis.

Le parquet de Blois a confirmé, ce lundi, qu'il s'agissait « de faire vérifier les conditions exactes d’utilisation de ces fonds ». Selon Mediapart, le député du Loir-et-Cher aurait fait travailler des collaborateurs pour ses micro-partis ainsi que pour la promotion de son livre Milieu de cordée avec des fonds payés par l' et la région.

Refus de répondre

L'ancien numéro deux des Républicains, rallié à Éric dont il est désormais le porte-parole, avait refusé de répondre à un « pseudo-journal d’extrême gauche qui tente depuis si longtemps de détruire la réputation de ses opposants politiques ». Guillaume Peltier a réagi sur Twitter :

24 janvier 2022

Les commentaires sont fermés sur cette publication.