L’Espagne possède un gouvernement (minoritaire) très à gauche, surtout depuis que Podemos, le parti anti-système, l’a intégré. Alors que la crise économique consécutive à la crise sanitaire déferle sur ce pays, le gouvernement ressort de ses cartons une vieille idée, pourtant impossible à mettre en place : le revenu universel. Tout dépendra, néanmoins, de ce que le Premier ministre espagnol placera derrière ce mot.

En principe, « revenu universel » signifie que chaque citoyen reçoit la même allocation de base et que personne n’est exclu. Si on impose des conditions plus ou moins drastiques, on se rapproche alors du RSA français, aide justifiée et indispensable mais qu’il ne faut pas qualifier de revenu universel. Selon des journaux espagnols, on s’acheminerait vers une aide de 440 euros par mois, soit 5.280 euros par an. Ce chiffre est inférieur au montant du RSA français, mais le SMIC ibérique est de 1.123 euros bruts, contre 1.423 euros bruts en France, et le niveau de vie est moindre outre-Pyrénées. L’établissement d’un RSA espagnol concernerait trois millions de personnes et coûterait 16 milliards, auxquels il faudrait retirer les aides actuelles. Cela est cher, mais soutenable. Or, le gouvernement de Madrid parle d’aider dix millions d’Espagnols pour un coût de 53 milliards, ce qui serait insupportable pour un budget de 340 milliards.

En France, où le RSA existe, dix-neuf présidents de conseils départementaux socialistes appellent, dans une tribune du JDD, à l’établissement du revenu universel. Cette demande est tout bonnement effrayante et dévoile la totale incompétence de ces hommes politiques de gauche. Si on se contente d’étendre le RSA aux jeunes âgés de 18 ans à 25 ans, qui sont soit chômeurs soit étudiants, cela coûterait autour de 28 milliards, ce qui est déjà infinançable avec l’explosion du déficit. Mais si on suit les signataires de cette tribune, si on étend le RSA à tous les travailleurs pauvres, la facture doublerait ou triplerait suivant les modalités retenues.

Bien sûr, on ressortira le slogan « Faites payer les riches ». On peut, bien entendu, taxer ceux dont le patrimoine est supérieur à 500.000 euros, mais ce type de prélèvements atteint vite ses limites. Les « riches » déménagent et leur départ contribue à l’appauvrissement de l’État : trop d’impôt tue l’impôt. Seule piste sérieuse évoquée, un temps, par M. Hamon : diminuer drastiquement les retraites, les écrêter par exemple à 1.500 euros. Le montant total des retraites atteignant 320 milliards, économiser sur elles 25 % rapporterait 80 milliards, mais cette mesure est politiquement impensable.

En fait, quoi qu’on fasse, le revenu universel qui va plus loin que le RSA se révélerait insoutenable sur le long terme pour les finances du pays qui l’instaurerait. Depuis un mois, dans l’Union européenne, on a jeté l’austérité à la poubelle, on distribue des milliards sortis d’un chapeau magique ; cela n’aura qu’un temps. Quand les taux des emprunts français, espagnols, italiens dépasseront les 2 %, quand ces pays seront incapables de régler leurs dettes, le réveil sera douloureux. Les acquis sociaux disparaîtront rapidement. Il n’est pas sûr que, dans la France de 2030, le RSA existe toujours !

Le revenu universel provoque l’enthousiasme, mais il est temps d’arrêter de rêver et de revenir aux réalités.

À lire aussi

Qui osera dire que la charge des mineurs isolés étrangers devient insupportable ?

Le Figaro tire la sonnette d’alarme : les « mineurs » isolés étrangers, qui n’étaient que …