Annonces aux gilets jaunes : le père Noël serait-il vraiment une ordure ?

Fièrement, il annonce tout un tas de cadeaux aux gilets jaunes dont il dit avoir entendu la colère.

Et puis, finalement, il apparaît que cette hausse du SMIC n’en est pas réellement une.

Et voilà le Premier ministre qui explique que bon nombre de cadeaux sont retirés parce qu’ils font double emploi avec le gel des taxes sur les carburants, avant d’être lui-même retoqué.

À l’évidence, les pères Noël se sont emmêlé les pinceaux dans les paquets cadeaux et se sont rendu compte que bon nombre étaient vides ou impossibles à faire ! Vous imaginez la tête de vos enfants si on leur enlevait certains cadeaux du sapin au matin de Noël et s’ils avaient des boîtes vides dans les paquets Tout plein de pleurs et puis une grosse colère !

C’est, à l’évidence, ce qui attend ce Président et ce gouvernement à la rentrée. Attardons nous un instant sur la mesure phare : l’augmentation du SMIC.

En fait, il ne s’agit nullement d’une augmentation du salaire, mais du versement d’un complément de prime d’activité. Une mesure qui ne coûtera pas un sou aux entreprises, mais qui devra être financée soit par une quelconque nouvelle taxe, soit par la dette ! Tout cela est absolument effrayant en termes d’amateurisme et d’improvisation. Mais il y a une constante, chez les inspecteurs des finances de Bercy : c’est le peuple qui doit payer in fine.

Alors, pour amadouer le peuple, on décide de lancer une grande consultation nationale avec « cahiers de doléances », comme pour la Révolution française. Un grand débat dont le Premier ministre désire faire un « jardin à l’anglaise ». Est-ce à dire qu’il espère un « Frexit » ?

Moi qui vis à la campagne, je puis vous dire que cette consultation nationale ne servira strictement à rien et ne sera suivie par personne ou si peu ! Des consultations, on en fait tous les jours avec nos élus de proximité qui font ce qu’ils peuvent avec leurs petits moyens : nul besoin de monopoliser les célèbres « salles polyvalentes » et d’enquiquiner des élus déjà surchargés en leur demandant d’organiser des réunions bidon !

Quant aux thèmes abordés…

La fiscalité : les Français sont tout à fait prêts à payer des impôts, dès lors qu’ils en « ont pour leur argent » et dès lors que l’impôt est réparti aussi justement que possible. En revanche, le bon peuple n’est pas d’accord pour engraisser un État gargantuesque incapable de restreindre, sinon d’abolir, ses privilèges !

Le logement ? Très simple à régler : construire des logements.

Les déplacements ? Élémentaire : améliorer les transports en commun, les routes, les chemins de fer et l’autonomie des trottinettes électriques (c’est une boutade).

Le chauffage ? Le sujet va vite devenir obsolète avec le réchauffement climatique, il s’agit donc d’un faux problème. On devrait plutôt parler de climatisation, surtout dans les EHPAD !

La pratique de la démocratie et de la citoyenneté ? Tout existe déjà dans nos institutions, y compris le référendum d’initiative populaire. Il suffit de procéder à certains « réglages » et supprimer le « calage » des élections présidentielle et législative pour éviter cette confiscation des pouvoirs ! Quant à la pratique de la citoyenneté, elle est grandement obérée par le fameux mille-feuille français (communes, communautés de communes, grandes métropoles, départements, régions, etc.) qui fait que le pouvoir local est, de fait, exercé par des élus d’élus, voire des élus d’élus d’élus, dans un système tellement complexe que personne ne s’y retrouve.

L’évolution de l’organisation de l’État, c’est une banale simplification que n’importe quel cabinet de consulting serait capable de faire, tant c’est évident !

Alors, tout cela va « tourner en sucette », d’autant plus que deux vrais thèmes ne sont pas abordés : l’immigration et le rôle des banques dans le financement des TPE/PME/PMI, là où il y a de réels gisements d’emplois…

À lire aussi

Surpêche en Manche : où est Brune Poirson ?

250 tonnes de poisson par jour, c’est ce que pêchent, chacun, deux chalutiers géants, l’un…