Editoriaux - Entretiens - Polémiques - Société - 1 octobre 2018

Alexandre Del Valle : “Nick Conrad est la bonne conscience des médias”

Le rappeur Nick Conrad sera jugé en janvier 2019 pour “provocation directe à commettre des atteintes à la vie”. Aucune mention d’incitation à la haine raciale : cela veut-il dire que le racisme anti-Blancs n’existe pas ? Réaction d’Alexandre Del Valle au micro de Boulevard Voltaire.

Le rappeur Nick Conrad sera jugé en janvier pour “provocation au crime”. Aucune mention d’incitation à la haine raciale.
Cela voudrait-il dire que le racisme anti-blanc n’existe pas ?

Il est vrai qu’aujourd’hui, il y a des lobbies très influents qui ne veulent pas faire admettre l’idée d’un racisme anti-blanc et encore moins d’une jurisprudence qui permettrait de le qualifier.
Quand on analyse cette situation, on se rend compte que tout le monde lui est tombé dessus en lui reprochant des choses uniquement parce qu’il n’est pas puissant, qu’il n’est pas connu et qu’il n’a pas une série d’avocats très riches. Ce n’est ni Booba ni Kaaris, les fameux rappeurs qui avaient saccagé un aéroport. Ils avaient à peine fait un mois de prison et le parquet avait été relativement indulgent.
On veut donner un exemple avec quelqu’un qui n’est pas puissant, mais on ne veut pas donner un exemple qui fasse jurisprudence au niveau du racisme anti-blanc sinon beaucoup de groupes de rap seront accusés et risqueraient de voir des chansons interdites dans les années à venir.
À mon avis, il y a au niveau du parquet, une volonté à la fois de certains lobbies et de la justice de ne pas trop faire de vague. Par conséquent, on va isoler ce cas en l’accusant d’avoir incité à la haine, mais on ne le qualifiera pas d’anti-blanc car cela permettrait d’avoir une base pour faire un procès à tous les rappeurs qui ont des propos similaires.

Le rappeur Nick Conrad était complètement inconnu au bataillon avant que cette chanson ne sorte.
Y a-t-il une volonté de minimiser la personne pour la condamner derrière?

Oui. Je pense vraiment que cette histoire a été montée en épingles à partir d’une indignation réelle. Si de nombreuses autorités politiques ont dénoncé la chose de manière presque unanime, c’est parce que la personne ne pèse rien. On n’a jamais eu cet élan d’indignation depuis les années 90 avec de nombreux groupes qui incitaient à tuer des blancs, à massacrer des chrétiens, des juifs ou des homos, etc.
Nous n’avons pas décrypté cela dans les médias. Je pense que l’on se défoule sur cette personne, car il n’est pas puissant. En France, on adore se défouler sur des gens qui ne sont pas puissants.
Lorsque Monsieur Houellebecq a des propos islamophobes, il est reçu chez Ruquier avec tous les honneurs et on lui parle gentiment.
Quelqu’un qui dirait les mêmes choses, mais qui n’a pas de prix Nobel, pas de prix Goncourt et qui ne vend pas 500.000 livres, n’aurait pas le droit de dire la même chose.
Il y a une sorte de respect des puissants et un phénomène de meute de loups contre quelqu’un qui n’est pas puissant.
On retrouve le même phénomène avec Benalla. Tout le monde s’est défoulé sur lui cet été, car il ne représentait pas une tendance en dehors des gens qu’il protège. C’était le bouc émissaire pour éclabousser le Président. Il y avait un phénomène de meute.
Dans la mode actuelle, on aime bien avoir une meute qui se défoule sur quelqu’un qui est en général assez insignifiant par lui-même. On ne s’en prend pas à des masses mais à un individu insignifiant.


Nick Conrad est-il la bonne conscience des médias ?

Oui tout à fait. On laisse faire des milliers de groupes qui incitent à des choses très très violentes depuis des décennies.
Bientôt les médias diront que l’on critique tout le monde. La preuve en est que ce monsieur a incité à tuer des bébés blancs. Nous avons dit que ce n’était pas bien. Cela prouve qu’il y a un pluralisme.
On va avoir l’impression qu’il y a un pluralisme puisqu’il va être condamné car tout le monde s’est défoulé sur lui. Tout le monde a dit que c’était horrible, mais finalement en ne qualifiant pas de racisme anti-blanc les propos de ce monsieur, cela va passer comme un fait divers et il ne va prendre que quelques semaines de prison avec sursis.

À lire aussi

Alexandre del Valle : “Les Algériens en France, souvent, exhibent le drapeau algérien lors des matchs de foot ici mais ils se mobilisent très peu pour leur pays.”

Imprimer ou envoyer par courriel cet articleAlexandre Del Valle analyse la crise en Algéri…