Samedi dernier, ici même, je disais mon inquiétude et mon exaspération face aux excès et aux délits causés par les mariages arabes dans ma ville du Sud-Ouest. Hier, toujours dans ma ville, ce fut le même scénario, un cran au-dessus : klaxons, pneus qui crissent, drapeaux algériens, rodéos en ville, en mode crescendo. Mais il n’a pas fallu une semaine pour que ces excès montent de deux crans et prennent un tour qui était prévisible : un tué au couteau, hier, à Albi, dans le quartier de Lapanouse.

Donc hier, samedi 13 octobre, comme tous les samedis dans de très nombreuses villes moyennes du Sud-Ouest et d’ailleurs, Albi, et sa si belle cathédrale Sainte-Cécile, toute inquiète et excédée dans son silence de forteresse, observent de haut les rodéos, les convois bruyants, les cris échappant des voitures de ce mariage au sein de la communauté maghrébine (selon La Dêpêche). Selon France Bleu Occitanie, la fête très bruyante, déjà insupportable sur la voie publique et autour de la mairie, se poursuit tout aussi bruyamment dans le quartier de Lapanouse. Sauf qu’un groupe rival, du quartier Cantepau, a été dérangé par ce tapage : des sont arrivés sur le lieu de la fête avec des battes de baseball et des armes blanches. Une rixe a, alors, éclaté entre les membres des deux bandes rivales, un jeune homme de 20 ans a été poignardé. Il est décédé dans la soirée. Et des CRS ont été déployés pour assurer le retour au calme.

Voilà où nous en sommes : ce que le Français moyen est tenu de subir sans broncher, les communautés elles-mêmes, selon leur humeur, ne le supportent même pas et n’arrivent pas à vivre côte à côte !

Alors, que faudra-t-il encore à nos édiles, à nos gouvernants, à notre ministre de l’Intérieur – quand Jupiter et sa start-up nous en auront trouvé un – pour agir, sévir, interdire ces drapeaux, ces couteaux, ces coutumes mortifères (au sens propre) des mariages du samedi après-midi ?

14 octobre 2018

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.