« Du haut de nos monuments, c’est notre histoire qui nous contemple. Car notre patrimoine est d’abord le témoin de notre passé. Il représente un héritage qui nous appartient à nous Français, et dont chacun de nos citoyens peut se prévaloir. Nous en sommes tous collectivement et individuellement les dépositaires », écrit cet inconditionnel et médiatique amoureux des vieilles pierres dans un ouvrage enthousiasmant, Sauvons notre patrimoine, publié en 2019. Plus loin, nous met en garde contre cette culture de l’instantané et invite les jeunes générations à « reprendre le flambeau de la défense du patrimoine » et à se sentir « concernées par ce combat ».

Ce défi a été relevé par des jeunes passionnés et bien enracinés que Boulevard Voltaire a eu l’occasion de vous présenter. Parmi eux, la famille Guyot, à La Ferté-Saint-Aubin, Christian Clarke de Dromantin, avec Patrivia, ou encore Thomas Perrigault et ces autres étudiants valeureux nettoyant les statues vandalisées…

À l’heure où notre inculture nous conduit à une réécriture hasardeuse de l’Histoire à des fins racialistes engendrant des réactions clivantes et violentes, il est urgent de (re)découvrir et sauver notre patrimoine pour se sauver nous-mêmes et combattre alors le terrorisme culturel et intellectuel. « Quand les langues se taisent, les pierres parlent encore. Elles portent la mémoire de l’Humanité, l’identité des hommes, le souvenir des générations passées, autant qu’elles sont un gage pour l’avenir car elles nous inscrivent dans la durée et dans le grand mouvement de l’Histoire », ajoute encore Stéphane Bern.

Profitons donc de ce week-end mettant nos monuments à l’honneur pour partir à l’aventure et pousser ces portes, petites ou grandes, prisées ou cachées, s’ouvrant à nous de manière exceptionnelle pour certaines d’entre elles et explorer ces lieux mythiques, historiques ou mystérieux. Connaissez-vous l’origine des ? Il s’agissait d’une « Journée portes ouvertes dans les monuments historiques » initiée, en 1984, par l’éternel ministre de la Culture Jack Lang. Face à ce succès immédiat, l’opération est renouvelée chaque année. En 1991, devant cette réussite, les pays européens prennent exemple sur la France et – cocorico ! – initient à leur tour les « Journées européennes du patrimoine » !

Cette année, cette 37e édition permet de sensibiliser aux problématiques patrimoniales et de donner à tous, quel que soit l’âge ou le niveau de connaissance, les moyens de s’approprier de manière divertissante le patrimoine grâce à des ateliers et des animations dédiés. La France est merveilleusement riche d’un innombrable patrimoine culturel, naturel, immatériel, industriel, religieux ou gastronomique, à apprécier, goûter, aimer, transmettre, sauvegarder et valoriser. Un peuple qui ne sait pas d’où il vient ne sait pas où il va. Alors seul, en famille ou entre amis, ne manquez surtout pas cette magnifique occasion. Bonnes visites !

Crédit photo @Christian Aschman

À lire aussi

Avec la crise sanitaire : la revanche de la France périphérique

Aux élus locaux de saisir cette chance pour valoriser leurs atouts... …