Devant toutes ces insultes proférées gratuitement à l’égard des dieux des uns et des autres, je constate simplement que d’insultes en blasphèmes, d’outrages en calomnies, la société française s’enfonce dans un cloaque glauque et malsain pour tout le monde, musulmans, chrétiens, juifs ou athées.

D’où nous vient donc cette manie d’insulter, de blasphémer et d’injurier les dieux des autres ? Certainement pas d’une liberté qui, si elle était bien comprise, aurait dû restreindre le droit de faire et dire n’importe quoi. Un jour, c’est parce que l’insulteur croit qu’en le faisant, son dieu à lui sera plus fort que l’autre alors que, dans d’autres cas, comme celui de l’hurluberlu qui a traité gratuitement le Christ de pédé, le fait de ne croire en rien lui permet de détruire le dieu de ceux qui croient, juste parce que cette croyance le dérange…

Ce qui m’effraie le plus, dans toutes ces affaires de bas étage, c’est de voir tous ces intellectuels et penseurs de tous bords se lancer dans des querelles pour défendre le droit ou non d’insulter l’autre. Ce qui avait commencé avec Charlie continue, maintenant, avec . Dans les deux cas, le non-respect de l’autre ouvre la voie à la parole qui outrage la divinité, la religion et le sacré, donc au blasphème, terme qui a perdu tout son sens pour ceux, de plus en plus nombreux, qui errent dans nos sociétés en ne croyant plus à rien sauf à eux-mêmes. Et à ce moment-là, on fait quoi ? On va décortiquer telle ou telle religion pour aller chercher dans ses livres sacrés la petite puce violente qu’on va brandir comme épouvantail et justificatif des insultes antireligieuses.

Notre société a perdu, dans son ensemble, le sens du sacré et c’est là que le bât blesse. Blessures causées aussi par la perversité des réseaux sociaux qui charrient la haine de l’autre, d’est en ouest et du nord au sud. On a, aujourd’hui, l’impression que le fait religieux, quel qu’il soit, dérange. Dans le cas de Charlie comme dans celui de Mila, les mèches sont allumées par des individus férocement laïcs. Qu’on le veuille ou non, les dieux continueront de peser sur le fonctionnement des hommes.

Qu’on arrête donc d’insulter ceux des uns et des autres. Jésus et Mahomet ne s’en porteront que mieux pour notre plus grand bonheur à tous.

À lire aussi

Afrique du Sud : racisme organisé sur fond d’épidémie

De petites déclarations en déclarations plus officielles, le gouvernement de Cyril Ramapho…