Une polémique enfle sur les réseaux sociaux depuis que le maire d’EELV de Lyon, Grégory Doucet, a décidé de supprimer la viande des menus des cantines. Une décision qui divise jusqu’aux membres du gouvernement.

Adrien Adam, qui anime la chaîne YouTube Pas Végan, réagit au micro de Boulevard Voltaire.

Le maire de Lyon, Grégory Doucet, a décidé d’introduire des menus sans viande à la cantine. Cette décision divise les opinions et même le gouvernement. Selon vous, est-ce de l’idéologie pure ?

Je ne suis pas sûr qu’il ait pris cette décision en ayant pris les mesures et les précautions nécessaires, que ce soit d’un point de vue nutritionnel et pour le plaisir gustatif de l’enfant. Les enfants ont-ils envie de ne manger que du pain, des lentilles et des légumes ? Pour eux, est-ce un plaisir et un moment agréable à table ? Ne vont-ils pas développer des carences qui, sur le long terme, vont les pénaliser sur un point de vue scolaire ? Le problème de ce genre de décision, c’est qu’il n’y a pas eu suffisamment de recul.

Vous êtes le propriétaire et animateur de la chaîne YouTube Pas Végan. Vous êtes opposé à tout ce qui touche au véganisme. Pour rappel, Gregory Doucet est un maire Europe Écologie Les Verts. Selon vous, le véganisme est-il mauvais pour la santé ?

Il faut savoir que si je me suis opposé au véganisme, ce n’était pas pour m’attaquer aux individus qui, pour certains, pensent bien faire, mais plutôt pour mettre en garde contre les dangers sur la santé. On entend beaucoup les médias vanter les régimes végétariens et végans. En revanche, des professionnels de la santé mettent de gros bémols quant aux carences que l’on peut développer. Il y a, évidemment, la vitamine B12, mais aussi beaucoup d’autres nutriments que l’on retrouve bien moins biodisponibles dans les produits végétaux. Bien qu’il y ait un consensus scientifique qui dit que, soi-disant, nous pourrions être en bonne santé en étant végan, cela requiert un suivi médical et des compléments alimentaires. Est-ce que Gregory Doucet donne aux enfants ce suivi médical et ces compléments alimentaires pour agrémenter ces repas sans viande ? Je suis sûr que non !

Derrière cette petite polémique, toute une idéologie se développe. Il y a encore quelques années, le véganisme était un phénomène marginal. Aujourd’hui, c’est vraiment devenu un discours majoritaire. A-t-on franchi une étape ?

De mon analyse, il y a une distorsion de réalité entre les réseaux sociaux, les médias et ce qui se passe dans la réalité. Beaucoup de gens défendent le véganisme mais ne l’appliquent pas réellement. Combien de fois j’ai entendu des gens dire que les élevages industriels de porcs étaient terribles. Pourtant, ils achètent le cochon premier prix. Il y a, effectivement, cette volonté d’aller de l’avant, de vouloir davantage de bien-être pour les animaux et d’aller vers le véganisme, mais en réalité, les gens ne l’appliquent pas. Je pense que cela est lié au phénomène de culpabilisation que nous avons de plus en plus. Les gens n’ont tout simplement pas envie de se battre et de se justifier. Ils préfèrent se cacher et adhérer à l’idéologie dominante qui dit « réduisons la consommation de viande et protégeons la planète ».

Derrière, c’est le mode de vie de millions de personnes mêmes des professionnels des filières viandes qui sont attaqués par cette décision.

Ces gens-là se font attaquer depuis toujours par le système économique. Les prix sont indignes et ne leur permettent pas de se rémunérer correctement. On considère que ces gens ont un avis qui ne compte pas, alors que c’est justement eux qui savent mieux que quiconque comment faire de la bonne viande. Il ne faut pas oublier que derrière un éleveur, il y a aussi un agriculteur. La ruralité est un monde interconnecté. Lorsqu’on s’attaque aux chasseurs, on s’attaque aussi aux agriculteurs puisque les chasseurs sont en lien avec les agriculteurs. C’est tout un monde qui vit ensemble et qui fonctionne ensemble. Voir des gens qui ne connaissent rien, qui ne comprennent pas ce monde et qui veulent tout légiférer provoque de l’indignation et c’est normal.

23 février 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles.Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !