À Noyen-sur-Sarthe, des néo-ruraux lancent une pétition contre le bruit et les odeurs des animaux

vache

Le tintement des cloches, le chant du coq, le vrombissement des tracteurs, le meuglement des vaches qui vont à la traite… Tels sont les charmes de la vie de nos campagnes françaises qui résistent encore tant bien que mal à la mondialisation.

Mais les néo-ruraux (ceux qui habitaient dans les villes et sont venus chercher le calme de la campagne) ne l’entendent pas de cette oreille. Ils trouvent le moyen de se plaindre, au point même de lancer une pétition à Noyen-sur-Sarthe contre la mairie, rapporte Europe 1. L’objet de cette pétition ? C’est « par rapport au coq, aux animaux, aux odeurs », explique le maire Jean-Louis Cousin, décontenancé... À quand les pétitions de nos citadins par rapport à l’eau qui mouille ou au feu qui brûle ? Une telle déconnection de la réalité est pour le moins étonnante.

Les habitants de Noyen-sur-Sarthe ne se laissent pas avoir pour si peu. Ils ripostent avec les mêmes armes que les nouveaux venus des villes : sur le bureau du maire attendent d’être collées des dizaines d’affiches sur lesquelles on peut lire : « Le clocher rythme la vie du village » ou encore « Si vous appréciez tout ça, vous êtes les bienvenus. En cas d’allergie, bonne route ! »

Les citadins veulent vivre dans une campagne qui n’existe pas

Cela n’est pas sans rappeler le confinement, pendant lequel les « élites » urbaines (ou du moins ceux qui se considèrent comme tels) ont fui leur appartement trop petit pour rechercher l’espace d'une campagne qu’elles méprisent allègrement le reste du temps. Elles avaient trouvé le moyen de se plaindre du bruit. Cela peut aller très loin, d’ailleurs !

En mars 2022, Boulevard Voltaire évoquait le cas de Vincent Verschuere, cet agriculteur condamné par la cour d’appel d’Amiens à payer 102.000 euros de dommages et intérêts à des voisins, et à remédier dans un délai de trois mois « aux troubles anormaux du voisinage ». Il était condamné pour le bruit et l’odeur de ses vaches. Ces citadins veulent vivre dans une campagne qui n’existe pas : la campagne des vacances éternelles, sans les odeurs de fumier, sans les bruits « parasites »… Trop habitués au canapé et à Netflix, ils oublient que les habitants des campagnes travaillent ! Que les vaches constituent le salaire de certains et que les tracteurs sont leur outil indispensable. Sans ces agriculteurs, les rayons alimentaires du supermarché favori de nos citadins seront vides et nos paysages ne seront plus entretenus par leurs animaux et leur travail ! Alors, remercions les, d’autant plus qu’ils sont bien souvent payés une misère pour un acharnement exemplaire au labeur !

Matthieu Chevallier
Matthieu Chevallier
Etudiant en journalisme

Vos commentaires

62 commentaires

  1. Comme l’a chanté un belge « les bourgeois c’est comme les cochons, plus ça devient vieux plus çà devient bête, etc., etc. »

  2. C’était dans quelle province que des bobos-parigots ont porté plainte contre Cyrano, un coq qui osait chanter au lever du soleil !

  3. Ces ânes ont quitté leurs cités à cause des dealers…
    Ont ils fait une pétition contre lés trafics de drogues et autres ?
    Bougre d’âne et bougre d’andouille ne font qu’un !

  4. J’aurais bien aimé connaître le nombre de ces « planeurs  » déconnectés de la « vraie vie » .Cela rendrait l’info plus réelle .De quelle façon les villageois « autochtones « doivent réagir selon que ces citadins sont 2 ou 20 ou 200 ? Discutions à titre personnelle ,débat public ,manifs devant leurs fenêtre ,préfecture ? A quand de bonnes informations ?

  5. Il existe même des touristes qui viennent en Provence en été et se plaignent du bruit des cigales…

  6. De nombreux villages affichent ceci : « si vous n’aimez pas le son des cloches , le chant du coq et l’odeur des vaches passez votre chemin « .Je rajoute que ceux qui n’aiment pas ça retournent d’ou ils viennent : dans la crasse , la pollution , le bruit des klaxons et les rues ou l’on n’est plus en sécurité .

  7. Les vaches étaient là bien avant eux, se seraient-ils installés sans se renseigner, ou l’ont-ils fait en connaissance de cause, profitant des « nuisances » pour obtenir un prix intéressant? quitte, une fois installés, à lancer des procédures à tout va!

  8. Et si un ras-le-bol généralisé de la c… ambiante finissait par l’évacuation manu militari des bobos de nos campagnes…Un rêve! A vos fourches les pègreleux!

  9. Je parie que ce sont les mêmes qui achètent bio à leur marché écolo-bobo de quartier huppé.
    Prêts à toutes les singularités pour se démarquer et avancer leurs dogmes sociétaux comme vérité suprême.

    A l’image de ce qu’est ce pays.

  10. C’est à se demander si parfois , il n’est pas préférable d’avoir une désertification de la campagne plutôt que de subir ce genre de population qui se comporte en envahisseur , en imposant ses codes incompatibles avec la ruralité . Nous vivons vraiment une drôle d’époque .

  11. La VOYNET (ministre écolo) a obligé les fermiers qui avait des exploitations laitière de + de 100ha à mettre leurs bêtes en stabulation. Les fermier ont donc mis leurs vaches en étable. Dans leurs herbages ils les ont retournés pour faire des cultures fourragères avec engrais et pesticide (c’est plus propre que les bouses de vaches!!!) En plus, ils ont remplacé leurs excellentes races pour mettre des PRIM OLSTEIN hollandaise. Merci les écolos socialos bobos.

  12. Campagnard et rural depuis le matin du monde, je préfère le meuglement des bovins au beuglements des citadins jouant aux néo-ruraux.

  13. Au fin fond du Gers , ces néo ruraux qui a 20h vont agresser un exploitant agricole qui travail encore au champ avec le tracteur et qui s’entend dire «  que ce n’est plus une heure à faire du bruit dans la campagne « 
    Ces néo ruraux qui font fermer dans le Nord , une coopérative agricole à minuit pendant la période de moissons ( 8 jours maxi ) pour tapage nocturne ..et ils y arrivent !
    Mais bon , pas d’inquiétude, macron va arranger ça

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois