À Bagneux, les émeutiers brûlent un monument dédié à une victime de l’esclavage

mémorial esclavage Bagneux

À Bagneux, commune au sud de Paris, « le premier mémorial au monde dédié à tous les esclaves résistants » a été en partie détruit par le feu, dans la nuit du 29 au 30 juin.

Sise au milieu du rond-point du Docteur-Albert-Schweitzer, la statue avait été inaugurée le 10 mai 2007, en « hommage aux victimes et aux résistants de ce cauchemar qui dura plus de quatre cent cinquante ans ». Elle célèbre plus précisément une femme née en Guadeloupe, une « mulâtresse », exécutée en 1802. Cette esclave, rebelle au rétablissement de la « traite des noirs » sous le Consulat de Bonaparte, connue sous le nom de Solitude, est devenue le symbole de la lutte contre l’esclavage, surtout depuis qu’elle a été tirée de l’oubli en 1972 par André Schwarz-Bart dans son roman La Mulâtresse Solitude.

Le monument de Bagneux, créé par le sculpteur Nicolas Alquin, est composé de trois totems. Deux sont en bois d’arbres venus d’Afrique après un abattage rituel. Le troisième est en fonte de fer. Ces trois totems représentent vaguement le corps d’une femme, celui de Solitude.

Un acte paradoxal

Malgré le symbole, les émeutiers n’ont pas arrêté leur geste. Les deux totems trônent encore aujourd’hui, mais à moitié calcinés. Cet acte paraît pour le moins paradoxal. Paradoxe que souligne le sculpteur Nicolas Alquin, qui s’est exprimé, hier, dans Le Figaro : « Je ne vois pas pourquoi l'on s'attaquerait symboliquement à un tel mémorial. » En effet, pourquoi, surtout quand « on » est un émeutier, c’est-à-dire, forcément, une victime du colonialisme français ? Tel est le postulat, qui n’est pas dit, mais qui crève les yeux. Les émeutiers sont des victimes, prémisse tenue pour vraie, qui n'est jamais susceptible d’être démontrée mais que conforte toute la déclaration du sculpteur compatissant.

En effet, « on » ne devait sans doute pas savoir ce que représentait ce monument. « On » est en colère, et les monuments publics en font les frais. Or, une sculpture, ça « marque l’espace public », car c’est debout. Ainsi, « mécaniquement, [ça sert] d’exutoire naturel, comme un rocher dans l’eau ». Des parents, aussi saints soient-ils, ne feraient jamais montre d’une telle philosophie devant le spectacle de leur bambin mettant joyeusement le feu au tapis de Turquie du salon.

Nous voulons bien croire, comme cet artiste angélique, que les incendiaires de Solitude n’avaient pas conscience de leur geste, mais qu’ils l’aient su ou non, là n’est pas la question.

L’assurance du pardon

Érigés « titulaires d’une souffrance qu’ils n’ont pas connue » (pour reprendre l’expression d’Alain Finkielkraut ), ils bénéficient d'une immunité absolue. Quand la statue de Modeste Testas, sur les quais de Bordeaux, avait été trouvée, le 13 septembre 2021, couverte de peinture blanche, l’acte avait immédiatement été qualifié de « raciste » et « négationniste ». En revanche, après l’atteinte du 4 juillet au mémorial de la déportation, le président du CRIF s’est empressé de désamorcer la bombe à retardement en disant que « les auteurs [avaient] été aveugles ».

L’ignorance semble suffire à racheter les malfaiteurs qui s’attaquent à des symboles. Reste à savoir jusqu’où l’ignorance crasse reste crédible. Peut-on ignorer, par exemple, ce que symbolise le drapeau tricolore ?

Jean de Lacoste
Jean de Lacoste
Journaliste stagiaire à BV, étudiant en master d'histoire du droit.

Vos commentaires

16 commentaires

  1. De l’inculture certes. Mais je voudrai en profiter pour dire qu’ériger ces Statues en mai 2007 en plus le mois de l’élection de Sarkozy, qui se disait de Droite, c’est étonnant…OK d’accord, mais il aurait du proposer que ces Statues soient érigées dans tous les Pays qui ont vécus sur la Traite des Noirs, sur l’esclavage, et là dessus les Français sont loin d’être les 1er….C’était donc arbres coupés pour une soumission annoncée…Cela n’a servi à rien puisque la plupart des Pays d’Afrique vont vers les BRICS (Chine et Russie en 1er). S’excuser c’est bien mais il vaut mieux rester fort !

  2. Est on bien sûr qu’il faille philosopher pour expliquer « Cet acte (qui) paraît pour le moins paradoxal » Que l’on permette ici de dire que cet acte s’explique tout simplement par l’ignorance, l’inculture, la sauvagerie, la sottise mais surtout par la simple haine de la France. On casse TOUT, et surtout ce qui représente la France et peu importe la forme de la représentation. On pille TOUT, et surtout ce qui peut faire du pognon sur le Bon Coin ou chez Cash Converter.
    Ce qui est très juste c’est quand on parle de mécanique. On est bien en effet dans la France Orage mécanique décrite par Laurent Obertone

  3. Cela prouve bien que ces gens, que la gauche excuse en disant qu’il sont malheureux et maltraités en France, ne sont là que pour casser bruler, démolir. Les médiathèques qui leur permettraient de s’élever, les écoles qui leur permettraient d’acquérir la connaissance, jusqu’aux monument rendant hommage à une esclaves… Les seules choses qu’ils n’ont pas encore détruites : les caisse d’allocations familiales.

  4. L’imbécillité et l’inculture crasses des émeutiers précédant la malhonnêteté intellectuelle congénitale et insondable de la secte de gauche font que ce pays dégringole chaque jour davantage, intérieurement comme extérieurement.

  5. Rien d’étonnant ! Une des caractéristiques des barbares a toujours été leur inculture et leur ignorance. Ca ne change pas, malheureusement.

  6. Acte révoltant, juste réflexion du niveau intellectuel que les Kevin et Mathéo ont pu acquérir après des années d’enseignement dans notre « magnifique » système scolaire.

  7. L’inculture voulue par l’E.N. est responsable de ces prises de position stupides. L’ignorance de l’Histoire est source de nombre de bévues dont le wokisme fait ses délices. L’amateurisme prime en tout, comme le montre notre Président.

  8. Non, ces gens ne sont victimes du colonialisme français. En revanche ils sont probablement descendants des esclavagistes et négriers d’hier et contrairement à nous, ce passé ne leur pose aucun problème au présent. D’ailleurs, rien ne leur pose problème puisque de naissance ils sont exonérés de leur passé et irresponsables de leur présent. Et ce n’est pas près de changer …

  9. Sûrement que les incendiaires sont l’ex descendants des personnes qui ont kidnappé cette esclave pour la vendre aux racistes blancs …. N’oublions jamais le fonctionnement de la traite des noirs dans les sviecles passés et qui en a profité…

  10. Peut-être que les petits anges responsables de cette profanation ne savaient même pas ce qu’ils faisaient. Mais peut-être pas, car aux Antilles les monuments dédiés à Victor Schoelcher et à la libération de 1848 ont tous été bousillés depuis des décennies. Le message est : on n’accepte pas votre pitié colonialiste condescendante, même pas votre repentance. Ni oubli ni pardon comme disent les gauchos.

    • Je ne vois pas pourquoi je me repentirais de ce que nos ancêtres ont fait. Je ne suis ni coupable, ni même responsable et encore moins comptable du passé. C’est une page de notre histoire, pas la plus glorieuse, c’est vrai, mais notre histoire comporte de nombreuses pages, certaines furent magnifiques, beaucoup furent terribles y compris pour notre peuple. D’autres ont fait pire et on ne le leur reproche rien. La réalité, c’est qu’aujourd’hui dans nos écoles, si on se repent du colonialisme ou de l’esclavage dans les cours d’histoire, on ne peut plus aborder la guerre d’algérie ou la Shoah. Cela ne semble choquer personne et pourtant cela devrait être le cas.

      • D’autant que l’esclavage continue d’exister, mais pas dans les pays de culture européenne ! Qui a mis fin à l’esclavage, où et quand ? Qui « capturait » les esclaves vendus sur les marchés pour le commerce transatlantique ? Qui razziait au XIXè s. les côtes septentrionales de la Méditerranée pour y prendre comme esclaves femmes et enfants « caucasiens » ?

  11. Cet acte ne me surprend guère vu le niveau culturel des vandales qui s’en sont pris à ce monument. Ont ils déjà ouvert un livre d’histoire, voire même simplement un livre. L’inculture crasse participe grandement au chaos actuel.

  12. Ça n’a rien de paradoxal. Aucun de ces émeutiers n’est esclave ou descendant d’esclave.
    Les descendants d’esclaves sont français de souche, dans les DOM-TOM pour les noirs et partout en France pour les blancs. Car nous sommes nombreux à être « fils de serfs » et la servitude n’est rien d’autre que le mot latin pour esclavage.
    Eux, les immigrés africains sont les fils de vendeurs d’esclaves.
    Arrêtons d’importer les discours américain, notre situation n’a strictement rien de comparable.

  13. il ne faut surtout pas restaurer cette oeuvre ! Puisqu’elle est à moitié calcinée, il suffit de la consolider, et elle restera un monument à la double symbolique : l’esclavage et la bêtise de leurs descendants.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois