Ce fut son choix. Il l’a pleinement assumé. Certains y ont vu la fin d’un monde ou la fin d’un règne, d’autres ont pris plaisir à voir partir ce vieux général qui avait pourtant su redresser la . Beaucoup ont rigolé qu’à trop vouloir lier son sort personnel au destin du pays et à la volonté du peuple, le vieux Président mi-bonapartiste mi-monarchiste se soit pris les pieds dans le tapis du et qu’il soit finalement tombé. En ce dimanche 27 avril 1969, les résultats du référendum sur la réforme du et la régionalisation (2 avril 1969 : Tous en campagne !) sont sans appel : le « non » l’emporte avec 52,58 % des voix, contre 47,42 % pour le « oui ». De Gaulle avait lié le succès de ce vote à son maintien au pouvoir.

Pourtant, moins d’un an auparavant, l’homme du 18 juin avait gagné la bataille de mai 1968 qui avait vu le pays presque paralysé pendant un mois. En dissolvant l’Assemblée nationale, en convoquant de nouvelles élections, il obtient une écrasante majorité au palais Bourbon et réduit la de (1916-1996), celle de Waldeck Rochet (1905-1983) ainsi que le centre de Jean Lecanuet (1920-1993) au silence : seulement 57 députés pour le premier, 34 pour le deuxième et 27 pour le troisième. « Si nous ne faisons pas de bêtises, nous sommes au pouvoir pour trente ans », confie-t-il à Alain Peyrefitte (1925-1999).

Prenant en compte une partie des aspirations des Français, le Général se lance alors dans une politique de réforme. L’aggiornamento politique et territorial lui semble indispensable. D’où cette volonté de fusionner le Sénat et le Conseil économique et social ainsi que constitutionnaliser les comme collectivités territoriales. Il aurait pu prendre la voie législative et vaincre sans coup férir. Il préfère celle du référendum et de la vox populi.

Le Général demande son avis à Robert Grossmann, fondateur de l’Union des pour le progrès (UJP), sur le résultat du référendum. Le jeune militant croit en la victoire du « oui » dans sa terre natale, l’Alsace. Le général lui répond : « Si c’est “non”, je m’en vais. Il s’agit d’un sujet essentiel. Si les Français me désavouent, c’est qu’ils ne sont pas d’accord avec ma politique. »

Le vendredi 25 avril, le chef de l’État s’adresse une dernière fois aux Français lors d’une allocution télévisée : « Françaises, Français, vous à qui, si souvent, j’ai parlé de la France, sachez que votre réponse, dimanche, va engager mon destin […] Si je suis désavoué par une majorité d’entre vous, ma tâche actuelle de chef de l’État deviendra évidemment impossible et je cesserai aussitôt d’exercer mes fonctions. »

Deux jours plus tard, à 22 h 30, alors qu’il ne fait plus de doute que le peuple a rejeté la réforme du Président, le Général ordonne à Bernard Tricot (1920-2000), secrétaire général de l’Élysée, de transmettre l’annonce de sa démission à l’Agence France-Presse le lendemain, en fin de matinée. Puis le Général change d’avis et rappelle Tricot. Il lui demande que le communiqué soit publié dès minuit. La dépêche tombe à 0 h 11. Elle porte le numéro 001 et tient en deux lignes : « Flash. Le communique : “Je cesse d’exercer mes fonctions de président de la . Cette décision prend effet aujourd’hui à midi”. » De Gaulle s’en va en terre irlandaise deux semaines plus tard. Il y séjournera pendant six semaines.

26 avril 2019

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.