Editoriaux - International - Politique - 9 novembre 2018

Zuckerberg versus Trump, la prochaine affiche présidentielle aux États-Unis ?

Les startupers et les traders ont, sans haine ni violence, fait la peau aux ouvriers, aux salariés et aux précaires.

Le 6 novembre dernier, les élections nord-américaines de mi-mandat présidentiel ont laissé poindre un statu quo : la Chambres des représentants redevient démocrate, le Sénat reste républicain.

La première leçon à tirer de ce scrutin est la suivante : le parti démocrate et le parti républicain ne sont définitivement plus de centre droit. Pour le citoyen américain lambda (tant celui des grandes villes que celui des zones rurales), le leader de chacun des deux partis n’était autrefois que blanc bonnet et bonnet blanc. Protestantisation des esprits oblige, la politique devait être irrémédiablement déterminée par l’économie. Seulement, le darwinisme social a contredit tout projet économiciste. Les capitaux sont partis des États-Unis pour mieux revenir dans la poche des financiers, des êtres aussi invisibles qu’insaisissables. Alcool, drogue et suicide constituent encore le lot quotidien des désintégrés de la mondialisation financière. Avec le soutien inédit de ces populations et celui du lobby industriel, Donald Trump avait gagné l’élection présidentielle de novembre 2016, et ce, contre les médias « mainstream » du monde entier. Ces élections de mi-mandat devaient ainsi sonner la revanche des propriétaires de data.

Depuis le début des années 2000, la bourse de Wall Street mise tout dans les énergies fossiles des pétromonarchies ainsi que dans les data de la Silicon Valley dont Mark Zuckerberg (Facebook), Jeff Bezos (Amazon), Sergueï Brin et Larry Page (Google) sont les principaux maîtres à penser. Le seul lobby à payer les pots cassés de cette stratégie économico-numérique est celui de l’industrie. En conséquence, General Motors n’a pas eu d’autre choix que de se rebiffer.

Par ailleurs, les White Anglo-Saxon Protestants des zones périurbaines et rurales ont été sciemment abandonnés dans la mesure où la finance internationale avait besoin de spéculer sur un océan infini de données, des fichiers définissant chacune des identités. La géographie électorale américaine manifeste les même tensions économico-sociales que partout ailleurs dans le monde occidental. Les startupers et les traders ont, sans haine ni violence, fait la peau aux ouvriers, aux salariés et aux précaires.

Comme les mêmes causes produisent les mêmes effets, le profil sociologique de ces contrées s’est reconstitué en quatre parties : un groupe socialiste, un groupe libéral, un groupe libertaire et un groupe nationaliste. Ces élections de mi-mandat ont logiquement manifesté ces nouveaux clans politiques. Les démocrates ont clairement implosé entre la mouvance de Bernie Sanders (indépendant, mais clairement socialiste) et celle de Barack Obama (l’ancien président mouillant la chemise pour défendre sa ligne libertaire) alors que les républicains en ont fait spontanément de même entre la mouvance de Donald Trump (assumant une politique à la fois nationaliste et protectionniste) et celle de Mitt Romney (le perdant de l’élection présidentielle de 2012 étant le principal opposant de l’intérieur à Trump et défendant une ligne ouvertement libérale, en économie comme dans les mœurs).

Alors qu’Obama et Romney font encore semblant de s’opposer, les électorats de Sanders et de Trump ont en partage la même angoisse à l’endroit de la désappropriation intégrale, autant celle des emplois que celle des territoires. La spéculation et l’immigration imposent toujours la logique du nombre. Partout, la quantité tend à renverser la qualité. Pour éradiquer la fronde nationale et sociale, la Chambre des représentants s’est considérablement féminisée et singularisée. Conformément à la ligne libertaire, un maximum de candidats issus des minorités tant ethniques que culturelles ont été intronisés ; le fait le plus notable étant l’élection de deux femmes musulmanes dans le Minnesota et le Michigan. De cette manière, l’ordre islamo-libertaire ne pourra que se renforcer au pays de l’Oncle Sam.

De toute évidence, la Silicon Valley enverra irrémédiablement un de ses représentants à l’élection présidentielle de 2020. « Zuckerberg vs. Trump » : voilà l’affiche de la guerre des data.

Commentaires fermés sur Zuckerberg versus Trump, la prochaine affiche présidentielle aux États-Unis ?

À lire aussi

La nouvelle guerre froide est déclarée

Une guerre des valeurs avant d’être celle des territoires. Une guerre de tranchées. …